8.8 C
Paris
jeudi, avril 15, 2021

Buy now

- publicité -spot_img
Home Blog Page 60

Festival Chansons en Fête, dans le Jura, du 10 au 12 mai

0

Le Festival Chansons en Fête, à Salins les Bains dans le Jura, fête sa dixième édition du 10 au 12 mai.

Wally & Vincent Roca – © Chantal Bou-Hanna

L’an dernier, Hexagone était présent (la preuve ici) et a pu apprécier de superbes spectacles (David Sire, Mehdi Krüger, Monique Brun, Evasion) ainsi que l’ambiance conviviale et fraternelle d’un petit festival comme on les aime. Cette année encore, tu peux profiter d’une belle programmation, soucieuse de diversité dans les styles et les générations, avec un bel équilibre entre les artistes confirmés et les talents à découvrir. En « valeurs sûres » : Yves Jamait qui continue sa jolie Parenthèse acoustique (chroniquée ici), ainsi que le superbe duo Wally – Vincent Roca et leur festive joute verbale. Tu pourras aussi apprécier Remo Gary avec son spectacle Les falaises de Bonifacio et retrouver les fidèles Hervé Lapalud et Jonathan Mathis, qui avaient organisé et animé la Frater’nuitée l’an passé, avec leur spectacle jeune public En enfancie (chroniqué ici).

Marion Cousineau © Francis Vernhet

Laurent Assathiany, l’organisateur en chef du festival que l’on peut croiser l’été au festival de Barjac à l’affût de pépites, nous en a ramené au moins deux. Missonne, chanteuse pianiste talentueuse, appréciée l’été dernier dans la cour du château, joue en solo. Marion Cousineau, remarquée à la scène ouverte, a depuis remporté le tremplin « Initiative Chansons » et est programmée dans plusieurs festivals. Tu pourras aussi découvrir François Buffaud, Joël Jacquelin et L’équipe technique, inconnus pour moi (et c’est aussi un des intérêts de ce festival). Chansons en Fête propose plusieurs animations dont un atelier d’écriture animé par Rémo Gary et une scène ouverte. Tour de bal va assurer un bal chanson pour le final. Hexagonaute festivalier, n’hésite pas et profite du week-end de l’ascension pour, en plus du festival, venir dans une région qui vaut le détour, faire du tourisme et déguster les spécialités locales et le vin jaune, quelques hébergements étant proposés sur le site du festival.

 

L’association l’Oreille en Fête, créée au printemps 2005, organise le festival depuis 2009, en partenariat avec la Ville de Salins les Bains et avec le soutien du Conseil départemental. Elle a pour objectif de promouvoir dans le Jura, en milieu rural, la découverte de talents artistiques dans la chanson, en favorisant pour cela des rencontres conviviales : des concerts chez l’habitant où dans de petits lieux, des stages ou ateliers chanson. Nous souhaitons une belle édition et une longue vie à cette association et au festival Chansons en Fête.


Le festival Festival Chansons en Fête à Salins les Bains (39) du 10 au 12 mai

 

Le Printival BOBY LAPOINTE, 19ème édition du 17 au 21 Avril

1

Comme les trois dernières années, je viens t’annoncer ici la nouvelle édition du festival Printival Boby Lapointe auquel j’assiste sans interruption depuis au moins dix ans.

Cette édition sera bien sûr marquée par la disparition l’été dernier de l’artiste « du pays » Barbara Weldens, managée par la directrice de ce festival Dany Lapointe, elle résidait juste à côté à Fouzilhon. Tout le monde ici se souvient de sa prestation au printemps 2015. Le Printival – comment pouvait-il en être autrement ? – lui dédie sa soirée d’ouverture avec La fête à Barbara. Avec Sam Burguière à la direction artistique, on y verra, entre autres, les Ogres de Barback, Camille Hardouin (qui lui avait rendu hommage par une chanson dans une église lors du Festiv’Allier à Langogne en août dernier quand elle « remplaçait » Barbara), Ottilie [B], Barbara Hammadi (sa pianiste et amie), la Cie les Arts Oseurs … On peut regarder le clip du titre Je ne veux pas de ton amour ici

Féloche © David Desreumaux

La programmation se décline par moment. Pour les soirées, au Foyer des campagnes, on y retrouvera Yves Jamait dans sa belle Parenthèse acoustique chroniquée ici, et un co-plateau alléchant avec Syrano puis Féloche pour son nouveau spectacle. Et la carte blanche, pour la soirée de clôture, sera consacrée à Giedré, la marraine du festival 2018, qui invitera notamment Carmen Maria Véga, son ami et compère Oldelaf, et Dimoné (déjà présent l’an passé à la soirée Muses où il nous avait gratifiés, en duo avec Giedré justement, d’une mémorable et remarquable reprise de Ces gens-là de Brel). A midi, tu pourras apprécier trois concerts gratuits, au cœur du centre historique sur la place Gambetta, en plein air, en face du… musée Boby Lapointe. Avec notamment les régionaux Davy Kilembé (chroniqué récemment ici) et Jules Nectar, (lui aussi récemment chroniqué là) dont le trio nous a récemment enchantés lors d’une prestation acoustique au festival Voix de fête à Genève.

Nicolas Fraissinet – © FRANCIS VERNHET

A 19h, dans le bel écrin du théâtre de Pézenas, on pourra y (re)découvrir la chanteuse Dani en duo avec Emilie Marsh (guitare et deuxième voix) ou le suisse Nicolas Fraissinet – passés tous les deux récemment au Bijou à Toulouse -, et à ne pas rater en solo Presque Oui, dans sa tournée Vingt ans, vingt dates avec Dimoné comme invité. Dans l’après-midi, on ira faire un tour à l’Illustre théâtre pour ses deux concerts jeune public dont Zèbre à trois avec Hervé Peyrard.

Cette édition, à nouveau, mettra en évidence les multiples facettes de la chanson francophone tout en démontrant son ancrage de proximité avec une part importante offerte aux artistes de la région Occitanie. Le Festival met en valeur les artistes avec un univers très personnel comme Nosfell, Ottilie [B] (en première partie de la soirée d’ouverture) et Buridane. Le Printival confirme sa volonté de faire découvrir des artistes comme, entre autres, Connie & Blyde, Blaze et Hollidays. A cet effet, il nous propose « les Vitrines du Printi », avec cette année les Belges Major Dubreucq, groupe de chanson décalée vu au récent Festival des Voix, La Piéta et la régionale Bertille, déjà venue ici l’an passé comme violoniste de Wallace.

Jules Nectar © Michel Gallas

Toi hexagonaute Printivalier, nouveau sur Pézenas, n’hésite pas et va goûter aux plaisirs des Printi’ Fantaisies qui proposent des animations, en dehors des concerts. Comme la visite guidée des lapid’airs, sculptures inspirées de l’univers de Boby Lapointe. Comme Hé V’nez les Potes !, une émission radio quotidienne en direct, à la terrasse d’un café et ouverte au public, qui reçoit les acteurs de ce festival, avec chanson en « live » et entretien avec les artistes. Comme le OFF des Printiguettes au musée Boby Lapointe avec concerts et animations. Et comme L’hélicon ! un des fondamentaux du festival, le journal satirique quotidien du Printival qui croque l’actualité du festival et que l’on dévore le soir entre deux spectacles. Cette année, ne rate pas l’exposition à l’Hôtel Flottes de Sébasan, ancien hôtel particulier du 16e siècle réhabilité en galerie d’art, qui permet de découvrir les dessins de Camille Hardouin (récemment récompensée d’un Coup de cœur de l’Académie Charles Cros pour Mille Bouches) et le travail de Maya Mihindou, l’illustratrice de l’album, mais aussi graphiste et photographe.

Davy Kilembé © Michel Gallas

Tu vois, Le Printival, désormais festival incontournable, a beaucoup d’atouts pour lui : une organisation à taille humaine et une superbe ambiance faite de convivialité, de proximité entre artistes, public et organisateurs, en un mot de passion pour la chanson. Et avec le PASS VIP (Very Important Printivalier ), tu peux assister à tous les concerts des cinq jours pour 81 euros ! Le samedi en fin de matinée, le public est invité à se rassembler sur la Place Gambetta, vêtu de leur plus belle marinière bleue et blanche, tenue fétiche de Boby Lapointe, car le Printival va tenter un RECORD DU MONDE DE RASSEMBLEMENT DE MARINIERES !

De plus, tu peux apprécier cette belle petite bourgade de Pézenas à l’accent du Sud, avec ses rues fraîches et ses artisans d’art, avec son marché typique du samedi matin, et (presque) toujours son soleil printanier. Cinq jours de plaisir. Toulousain, Montpelliérain, Biterrois, Parisien ou francophone en vacances dans le coin, allez, viens faire un tour par Pézenas et son Printival ! Et toi, hexagonaute Printivalier, viens me rencontrer pour échanger sur la chanson et sur le trimestriel Hexagone en partageant un petit verre de blanc régional.


Le festival Printival Boby Lapointe à Pezenas (34) du 17 au 21 avril. Photo en une : Giedré © FRANCIS VERNHET. Rappel : un clic sur une photo et … elle s’agrandit

Yves Jamait au Bijou : une parenthèse bien remplie

Yves Jamait, au Bijou à Toulouse c’est un événement ! Les trois concerts programmés les 21, 22 et 23 février affichent complets depuis plusieurs mois déjà. Jamait vient y donner une des premières représentations de sa Parenthèse Acoustique, entouré de Didier Grebot à la batterie et Samuel Garcia à l’accordéon et au clavier, et accompagné des deux aux chœurs.

© FRANCIS VERNHET.

Après l’annonce du concert par Pascal Chauvet, co-patron du Bijou avec sa femme Emma, le public applaudit, attendant l’arrivée des artistes par l’entrée venant des loges. Mais Yves Jamait et les deux musiciens arrivent à l’arrière de la salle avec leur veste, puis l’enlèvent sur scène en révélant chacun un tee-shirt noir avec la mention « Sécurité ». Dès l’introduction musicale du premier morceau, les spectateurs tapent dans leurs mains puis reprennent en cœur le premier refrain La fleur de l’âge (« Ne cherche pas à vouloir arrêter le temps »), en fait la première chanson du premier album. Le chanteur précise l’objectif de ce concert : une parenthèse scénique en attendant le prochain album à l’automne et le prochain spectacle. Une parenthèse qui propose de revisiter les six albums à raison de trois chansons par album, dans leur ordre chronologique. Un concert plus calme et plus posé qu’en formation complète : il chante souvent assis à la guitare, parfois assis sans guitare, et deux fois seulement, je crois, debout le micro en main. Mais la volonté de faire le spectacle reste avec l’entrée originale, les interventions pleines d’humour entre les titres qui déclenchent les rires du public, et le fil rouge du concert : les doigts levés des trois artistes indiquant le numéro de l’album qui va être évoqué.

© FRANCIS VERNHET

Une autre caractéristique de ce concert ? C’est sans casquette qu’Yves Jamait chante la plupart du temps. Les trois, complices, enchaînent les titres et, même si ce ne sont pas toujours les plus connus, les fidèles chantent les refrains. Jamait reprend quelques-uns de ses classiques aussi : Dimanche (Caresse-moi), Jean-Louis (« On parle on parle, mais il se fait tard ; c’est bientôt la fin du monde et j’ai plus rien à boire ») ; et nous offre une superbe version de Je passais par hasard. Il interprète deux chansons écrites par Georges Cagliari, il  explique le choix des morceaux retenus ou leur origine. En fin de concert, il reçoit une belle ovation et remercie les gens qui le suivent depuis longtemps. En rappel, il joue des extraits du prochain album : Dès l’aube, sur un sujet triste et pour finir Mon totem, plus léger et entraînant, a priori le titre du septième opus studio. Même si les fidèles représentaient la grande majorité du public certains le découvraient. Ceux-ci ont été marqués par l’émotion dégagée, la force de l’interprétation et la personnalité de la voix. A noter également ce soir-là au Bijou, la présence de Flow, venue dédicacer et vendre son livre-disque SauteMonde, superbe conte musical, dans lequel Yves Jamait chante un titre.


Deux jours après le concert, je retrouve Yves Jamait, en fin d’après-midi, autour d’une table dans la salle de bar du Bijou. Disponible, à l’écoute, il évoque avec plaisir le spectacle actuel, ainsi que son amour de la scène et de la chanson.

© FRANCIS VERNHET

Hexagone : Tu viens juste de finir une longue tournée de deux ans et tu repars pour cette Parenthèse acoustique. Pour quelle raison : l’amour de la scène ?
Yves Jamait : Oui, la scène c’est le leitmotiv, le but. Tout est fait pour elle. Je n’écris pas des textes, mais des prétextes pour arriver sur scène. J’ai juste envie d’y être, de faire le malin : ça doit faire plaisir à l’enfant que j’étais. Ce que j’ai dit pendant le concert est vrai : j’ai demandé à mon bookeur de nous trouver trois ou quatre dates par mois, pour être un peu sur scène parce que je n’ai pas envie de rien faire, même si on prépare l’album. J’ai 57 dates jusque en juin dont quinze en avril : j’adore ça ! Je suis devenu chanteur à quarante ans. J’en rêvais. Sans vraiment faire grand-chose pour. Et au moment où j’ai essayé, cela a fonctionné. Alors je ne me prive pas et je sais que je n’en ai pas beaucoup devant. Donc j’en bouffe, j’en profite un maximum. Les salles sont pleines, les spectateurs sont contents partout, j’ai un public qui me suit. J’ai cette chance inouïe : je gagne ma vie en chantant !

© FRANCIS VERNHET

Hexagone : Peux-tu nous en dire un peu plus sur cette « Parenthèse acoustique » ?
Yves Jamait : Oui, on voulait aller plus dans des petits lieux. Cela faisait longtemps que ceux-ci le demandaient et je n’en faisais qu’occasionnellement. Je voulais mener un concert plutôt sous une forme de rencontre. Et de le faire pour les gens qui me suivent depuis un moment, pour continuer à avoir ce lien là avec eux. Je trouve marrant de dire une anecdote sur une chanson, de préciser comment elle a été faite. Comme à chaque fois, je prévois quelques interventions d’humour, mais d’un soir à l’autre je peux ajouter un texte non prévu, et parfois des fous-rires naissent sur scène quand je trouve une « connerie ». Cela donne une spontanéité qui m’intéresse.
Vu la demande des salles – on a refusé beaucoup d’autres dates – et les retours du public, je sais déjà que je referai une tournée « Parenthèse ».

© FRANCIS VERNHET

Hexagone : Le principe du spectacle c’est trois chansons par album, et les albums dans l’ordre chronologique. Comment s’est fait le choix des titres ?
Yves Jamait : Le choix de faire trois titres par album déjà est une belle contrainte. Car si j’écoutais certains, je devrais faire tout le premier album. Donc il n’y a pas « Y en a qui » ni « Et je bois ». Ensuite, on ne joue pas la majorité des titres chantés dans la dernière tournée que l’on vient de faire sauf les « complètement incontournables ». Si je ne fais pas Dimanche, je pense que je vais me faire assassiner ! Un critère de choix concerne mes limites guitaristiques, un autre la volonté de rester acoustique. J’ai choisi aussi en prenant en compte l’équilibre du spectacle et la possibilité de raconter une histoire autour d’un titre ou de trouver un lien entre les chansons. Par exemple pour le troisième album, sur la première chanson En deux mots tout se passe bien dans le couple, la seconde c’est  Je passais par hasard et je finis par Le célibat : du pain béni pour pouvoir parler dessus !

© FRANCIS VERNHET.

Hexagone : Et puis parfois l’arrangement voire l’interprétation sont un peu différents comme par exemple sur Je passais par hasard ?
Yves Jamait : Oui celle-ci s’entend différemment. Cela est dû à l’arrangement de Samuel, et je suis moins dans une interprétation « Brelienne » très expressive. On est dans une autre énergie avec une guitare qui monte, un cœur qui bat.

Hexagone : Bon, ce spectacle comporte une grande erreur de construction : 3 chansons pour chaque album et seulement deux du prochain pour le rappel ?
Yves Jamait : C’est pour créer de la frustration ! En fait, comme on est en train de les écouter orchestrées, l’adaptation était plutôt difficile. J’ai choisi la première chanson pour la dramaturgie et la deuxième plus légère pour la fin. Peut-être qu’à mi-parcours, on en changera une.

© FRANCIS VERNHET.

Hexagone : Une autre belle performance : boire un litre de thé au miel pendant le concert ?
Yves Jamait : Oui, je suis persuadé que certains, voyant une bouteille de vin sur la table, doivent penser « Il ne va quand même pas se taper un litre de vin blanc devant nous ? »  J’attends en général les trois quarts du spectacle pour dévoiler le contenu. Pendant au moins treize ans, j’ai bu une à deux bières sur scène par concert. Depuis quelques temps, j’ai un peu allégé. Même si mon image est rarement associée à la verveine, en ce moment chaque jour, je bois environ deux litres de tisane ou de thé, et je cours au moins une heure.

Hexagone : Sur Facebook,  j’ai vu qu’un groupe « L’univers de Jamait » existait. On y trouve des fidèles qui viennent voir plusieurs dates sur une tournée ou/et qui proposent pour ton spectacle actuel un hébergement pour que d’autres viennent sur la ville du concert. Qu’en penses-tu ?
Yves Jamait : C’est impressionnant et émouvant. Je n’ai rien fait pour que ce groupe existe. Son nom vient du bar L’univers que j’ai chanté à mes débuts. Des « pèlerinages » se passent là-bas, notamment les soirs de zénith à Dijon et  les « fans »se rejoignent : Jean-Louis leur signe des autographes et leur fait à manger.

© FRANCIS VERNHET.

Hexagone : Comment se crée ce lien fort avec le public : par l’interprétation, par l’émotion générée ?
Yves Jamait : Je ne sais pas. Je me rends compte de la chance que j’ai, de toucher les gens, d’être en phase avec eux et qu’ils me suivent. Cela m’émeut. On me dit : ce sont tes textes, ton interprétation. D’autres que moi, comme par exemple mon pote Valérian Renault, ont un véritable talent, des beaux textes et une superbe interprétation ; et rencontrent moins d’impact.
Je sais que je suis entier dans mon implication. Je connais la chance que j’ai de faire ce métier. J’aime boire, j’aime « la déconne », mais je n’arriverais jamais bourré sur scène. Jusqu’à l’âge de quarante ans, j’ai fait des boulots de sous-fifre, et j’avais des salaires en conséquence. Donc quand je me payais un spectacle, si le mec était bourré sur scène moi j’avais perdu cinquante francs de l’époque. Je ne veux pas de ça ! Je respecte ce métier et le public. Et je suppose que cela se ressent.

Hexagone : Mercredi, à la fin du concert, une personne qui te découvrait a acheté les six albums et même Sautemonde, l’album de Flow où tu fais juste une participation. Impressionnant, non ? 
Yves Jamait : Oui, et le DVD aussi ! C’est émouvant.

Hexagone : On a évoqué l’amour de la scène. Quand on te voit dans les spectacles hommages à Leprest (avec Romain Didier et Jean Guidoni) ou à Tachan, vu la force de l’interprétation et de l’incarnation on ressent aussi un grand amour de la chanson.
Yves Jamait : Pour le coup, quand je chante Leprest, Guidoni ou Tachan, je suis bien servi ! La chanson c’est une respiration, depuis que je suis gamin. Elle me parle, c’est une évidence pour moi. La vie m’était moins évidente. A l’adolescence, j’ai beaucoup beaucoup écouté Maxime Leforestier, Bill Deraime et Casthelemis. Maxime particulièrement, il m’a fait ouvrir des dictionnaires, des livres, il m’a changé. Cela a été une grande émotion de l’approcher ensuite et un grand plaisir quand il a accepté mon invitation pour le concert à la salle Pleyel.

© FRANCIS VERNHET

Hexagone : Cette tournée, qui passe dans des lieux plus petits, te donne l’occasion de rester deux à trois soirs au même endroit, comme ici au Bijou. Pour l’artiste c’est intéressant ?
Yves Jamait : Oui, tu as un peu plus de temps. On peut visiter la ville, même si ces jours-ci, il fait froid : on pourrait se croire à Dijon ! Ici, j’ai pu me balader avec ma femme, revoir un pote d’enfance. Mais déjà, depuis que je cours, je vois désormais autre chose que les théâtres et les hôtels.

Hexagone : On finit par une question géographique : quand verra-t-on un « Bar à Jamait » du côté de Toulouse ?
Yves Jamait : A toutes les questions géographiques de ce type «Pourquoi vous ne passez pas par chez nous ? » ma réponse est simple : parce que l’on ne nous invite pas ! On répond à la demande. On a fait vingt-cinq « Bar à Jamait » environ en dix ans, dont un au Zénith de Dijon devant 4500 personnes pendant plus de quatre heures. Si quelqu’un veut en organiser un à Toulouse, ou ailleurs, on vient avec enthousiasme.


Yves Jamait, au Bijou à Toulouse les 21, 22 et 23 février. Compte-rendu du concert du 21 et de l’entretien du 23. Photos de Francis Vernhet.

La Playlist de la Webradio – Avril 2018

0

C’est avec plaisir que nous dévoilons la playlist d’avril 2018. Comme d’habitude, nous avons cherché à mêler les esthétiques musicales, les générations, et les albums sortis plus ou moins récemment. Je rappelle que ces titres ne sont pas les seuls morceaux diffusés sur la radio, mais ils forment la sélection qui sera la plus mise en avant durant le mois d’avril.

Je vous invite à consulter la grille complète pour savoir quoi passe et quand : découvertes, chansons, pop / rock, music-hall, rive gauche, etc. Il y en a pour tous les (bons) goûts.

Plusieurs liens pour nous écouter, voir en bas de page.

PLAYLIST WEBRADIO HEXAGONE – AVRIL 2018
NOM Prénom Titre Album
1 ADAMO Salvatore Juste un je t’aime Si vous saviez
2 ALCAZ L’eau des larmes Portés par les vents
3 ALEXIS HK Le vin Georges et moi
4 ALYSCE Milutki Désir de révolte
5 ANN Keren Somerset Maugham Souchon dans l’air
6 ANNICK CISARUK & DAVID VENITUCCI Les accordéonistes La vie en vrac
7 ARLETTE Louis A notre gloire Sourire carnivore
8 AUBRET Isabelle Amsterdam Dernier rendez-vous à l’Olympia
9 BALMINO Va comprendre Contresens
10 BATAILLE Antoine Tant (feat. Marcel Kanche) Crescent Hôtel
11 BAZAR & BEMOLS Le métro Habillés d’humeur
12 BERGER Laurent Tous les amours L’âme des maraudeurs
13 BERNARD Michèle Madame Anne Scène & canapé
14 BETSCH Bertrand La beauté du monde La vie apprivoisée
15 BISTAN Reno Bouche de Rose Genova
16 BLANCHOUD Stéphanie Les beaux jours Les beaux jours
17 BOBIN Frédéric Le soir tombe Les larmes d’or
18 BOLLE Maggy Mayolang J’suis pas ta mère
19 BONBON VODOU Face aux appartements African Discount
20 CASTEL Jérôme Ton chien La chaleur animale
21 CHERHAL Liz Sauvage L’alliance
22 CLOUP / UTRILLA Michel / Béatrice Se détacher 2017 Etat des lieux intérieurs
23 COFFEES AND CIGARETTES Chinese opium Freak show
24 CÔME Dans les leçons Point Némo
25 CROZE Pauline Tu es partout Ne rien faire
26 DANNY BUCKTON TRIO Une bonne guerre Argentique
27 DAPHNE Faite à l’envers Iris Extatis
28 DE POOL Phanee J’aurai le temps Hologramme
29 DECOSTER Sammy L’homme sans voix Sortie 21
30 DOMINIQUE A Corps de ferme à l’abandon Toute latitude
31 DU TREFLE Cloé La méprise et le mépris Entre l’infime et l’infini
32 DUPRE Baptiste La peine L’évadé
33 EVIE La ligne Balades électriques
34 FARAVARJOO Claire Noctambule Minuit
35 FAURE Gaël Traverser l’hiver Regain
36 FEU CHATTERTON Souvenir L’oiseleur
37 FONTAINE WALLACE Architecte Fontaine Wallace
38 FRAISSINET Les mutants Voyeurs
39 FRASIAK Monsieur Boulot Concert au théâtre de Bar le Duc
40 GARCONS Ca va, ça vient EP
41 GARY Rémo & Cie Travailler du chapeau Rémo Gary & Cie
42 GATICA Mon cher amour EP
43 GERVAISE Plein de questions Humeur vive
44 GIBERT Alain Opération Topaze Canyon Alibi
45 GONTARD La main tiède de la violence
46 HOLTZ Murielle Demain Soulitude
47 HUISSOUD Leïla Alexis HK L’ombre
48 HUMEAU Romain Artichaut Mousquetaire #2
49 JAMES Syka Jeu de rôle Reflet
50 JULIETTE Procrastination J’aime pas la chanson
51 K! L’adultère
52 KANCHE Marcel Echassier Mor
53 KARINA Anna Ma ligne de chance Je suis une aventurière
54 KENT Panorama La grande effusion
55 KIEFER Que la lune Manifeste
56 KRUGER Mehdi Les désertaires Luttopies
57 LANTOINE Loïc Tu me vieux ? Nous
58 LAPOINTE Pierre Sais-tu vraiment qui tu es La science du cœur
59 LEOPOLDINE HH. Saison seule Blumen im Topf
60 LES ESCROCS Kalou Super-Héros
61 LES FOUTEURS DE JOIE Sous les étoiles Des étoiles et des idiots
62 LES HURLEMENTS D’LEO Luna de papel Luna de papel
63 LES OGRES DE BARBACK & BROTTO LOPEZ Condkoi Quercy-Pontoise
64 LIPPE Mathieu Océane Les amants de l’aube
65 LISZA Orphelin La vie sauvage
66 LIVIA Papa Le bateau riche
67 LOU Le seul moment Le seul moment
68 LUCARNE Puzzle
69 LUCIEN LA MOVAIZ GRAINE Le pas Juste en face
70 LULU BORGIA Un temps médiéval Chair publique
71 MARC Yvan Sous les gants Nos dimanches
72 MARY Pascal Sans fin Presque
73 MASSEPORT Carole Chez moi A la fin de l’hiver
74 MATSKAT Une chanson Matskathérapie
75 MECHE Vendredi 13 Pour une nuit d’hiver
76 MELVIL Tony Wagon à bestiaux La relève
77 MERLET Xavier Encore AOC
78 MODIANO Marie Pauvre chanson Pauvre chanson
79 MOULIN Clotilde Allumeuse Désaccords mineurs
80 NASH Cœur de pierre Nach
81 NECTAR Jules Nos rêves Nos rêves
82 NIKO Le fils du passeur Fleurs de l’amour
83 NOOSPHERE Raining Noosphère
84 NOSFELL Les gorges Echo Zulu
85 NOUR Terrain de jeu Après l’orage
86 OLDELAF Clara Goliath
87 PAULIN Benjamin La fin du monde a déjà eu lieu Meilleur espoir masculin
88 PAULY Adrienne Tout l’monde s’éclate A vos amours
89 PIGALLE Je suis un guichet automatique d’autoroute Ballade en mélancolie
90 POMME La lavande A peu près
91 PRAVI Barbara Deda EP
92 RIVET Denis Ici la vie est rude Permafrost
93 SAMUELE La sortie Les filles sages vont au paradis…
94 SANSEVERINO Pas à Lafayette Montreuil / Memphis
95 SIMPSON Zoé Caresse-moi Femmes debout
96 STRANGE ENQUETE Vivre dans la ville où l’on a grandi Mettre son sac à l’arrière
97 SYLVESTRE Anne Flou Ecrire pour ne pas mourir
98 TARRIER Rémy Blues de vache Flâner
99 VILLE Louis Combien de lunes
100 ZIAKO Je voudrais faire comme Corto Né en voyage

 

Pour nous écouter depuis son ordinateur :

Pour nous écouter, plusieurs moyens sont à disposition.
– Soit à partir de l’onglet « Player Radio » sur notre page Facebook (https://www.facebook.com/Hexagone.lemag/app/561167923986789/)

– Soit, sur le site d’Hexagone. Puis, cliquer sur le player pour lancer l’écoute.
Le player se trouve également dans la barre latérale de tous les articles.
Pour détacher le player, il suffit de cliquer en haut à droite et il se détache. Tu peux ensuite le positionner où tu veux sur ton ordi et écouter toute la journée.
www.hexagone.me

– Soit, sur le site de l’hébergeur de la radio. (Tu peux liker et commenter)
https://fr.radioking.com/radio/hexagone-la-radio

Sinon, voici quelques liens pour accéder autrement à la radio, en fonction de tes préférences.
Lien iTunes :
https://www.radioking.com/api/radio/hexagone-la-radio.m3u

Lien Windows Media Player :
https://www.radioking.com/api/radio/hexagone-la-radio.asx

Lien Winamp :
https://www.radioking.com/api/radio/hexagone-la-radio.pls

Lien Real Player :
https://www.radioking.com/api/radio/hexagone-la-radio.pls

Lien Quick Time :
https://www.radioking.com/api/radio/hexagone-la-radio.qtl

Lien internet par défaut :
http://www.radioking.com/play/hexagone-la-radio

Lien internet par défaut (HD):
http://www.radioking.com/play/hexagone-la-radio/117154

Sur smartphone :

C’est possible, surtout pour iPhone. Pour cela, il te faut télécharger l’application Radio King et l’installer. L’appli n’est pas super bien foutue parce qu’il n’y a pas de lien de recherche, mais je t’explique comme arriver assez simplement sur Hexagone la webradio.
Quand l’appli est installée, dans les « Genres » tu choisis « Hits ». Quand tu es sur les Hits, dans la barre du haut, tu cliques sur « Hits français » et dans la liste qui s’affiche tu nous trouveras en descendant progressivement.
Voilà, une fois que tu y es, tu ne bouges plus rien et quand tu reviens sur l’appli tu retombes sur nous directement. Et ça marche bien.
Les liens vers l’appli.
Apple : https://itunes.apple.com/fr/app/radio-king/id598626511?mt=8

Pour les utilisateurs d’Androïd, le plus simple est d’utiliser ce lien direct : http://www.radioking.com/play/hexagone-la-radio

Quelques concerts en avril dans le Sud Ouest

0

Voici, et cela devient une bonne habitude, une sélection spécifique pour les concerts du Sud Ouest, hors Toulouse (voir ici pour les concerts toulousains), avec les structures (lieu -association) que l’on apprécie, dans le Tarn notamment avec le Café Plum et Chantons sous les toits mais aussi dans le Gard avec  Courant scène et aussi parfois ailleurs comme en Gironde avec Bordeaux Chanson.

Une sélection de concerts chanson dans le Sud Ouest

mercredi 4 : AnneliSe Roche – Le Caillou du Jardin Botanique Bordeaux (33)
jeudi 5 : Le cirque des Mirages – Université Champollion – Albi (81)
jeudi 5 : Muriel Erdödy – Le Fort à Montauban (82)
vendredi 6 : Yeti – Courant scène – à Vauvert (30)
vendredi 6 : Victoria Lud – Tous en scène- Condom (32) et samedi 7 La Tannerie à Agen (47)
vendredi 6 : Frédéric Bobin / Cave coopérative de Labastide de Lévis (81)
vendredi 6 : Jofroi – Médiathèque de Puygouzon (81) et le samedi 7 – Domaine Rieux à Gaillac (81)
vendredi 6 : Reno Bistan – Salle des fêtes de Padiès (81), samedi 7 – Château de Mayragues à Castelnau de Montmiral (81) et dimanche 8 à Castres (81) à 17h
samedi 7 : La reine des aveugles –Relais de Poche – Verniolle (09)
dimanche 8 : Bazar et Bemols – Jardin de l’Abbaye à Gaillac (81)
mercredi 18 : Garance – Le Fort à Montauban (82)
vendredi 20 : Eskelina au Café Plum à Lautrec (81)
samedi 21 : Marin au Relais de Poche – Verniolle (09) et dimanche 22 au Café Plum à Lautrec (81)
samedi 28 : Tom Poisson – Bordeaux Chanson à Léognan (33)


Dans le Tarn (81)

Marin – © Michel Gallas

On pourrait presque faire une chronique exclusivement rien que pour les concerts de ce département tellement la chanson y est présente et appréciée. Au Café Plum à Lautrec, en avril cette sélection propose trois concerts. Laurent Berger en solo est venu le premier avril chanter son tout nouvel album L’âme des maraudeurs. Ensuite, Eskelina arrive en quartet et enfin le régional Marin en trio avec son univers poétique particulier.

L’édition 2018 de Chantons sous les toits, poursuit son acte 1 jusqu’au huit avril. D’ici là, on pourra apprécier, entre autres, des artistes déjà vus l’an passé et redemandés : Frédéric Bobin ainsi que le groupe Bazar et Bemols. Et aussi des artistes qui ont marqué les auditions de Chantons sous les toits en Novembre dernier :  Reno Bistan, chansons d’humour et d’ironie, ainsi que Jofroi textes et chansons remplis pleins d’humanité. Pour toute info sur les concerts : Chantons sous les toits c’est ici.

Toujours dans le Tarn à Albi, dans le cadre des concerts gratuits à l’université Champollion, Le retour du Jeudi programme le retour du Cirque des Mirages, cabaret expressionniste fantasmagorique à l’univers trouble et troublant. Quel plaisir de revoir ensemble Yanowski au chant et Fred Parker au piano !

Un peu plus loin en Occitanie

Muriel Erdödy © Michel Gallas

Dans le Tarn-et- Garonne (82), à Montauban depuis février, la salle du Fort propose plusieurs rendez-vous mensuels. En Avril, ce sera d’abord la Montalbanaise Muriel Erdödy, que l’on a vue récemment à Toulouse en sortie de résidence, en duo avec Pascal Rollando aux percussions. Puis ensuite en solo, la parisienne Garance qui prépare son second Avignon Off d’affilée. En Ariège, La Reine des Aveugles proposera sa formule en duo au Relais de Poche à Verniolle.

Victoria Lud, dont je te parle souvent, trio cabaret rock à l’univers original et décalé, jouera un soir dans le Gers et le lendemain dans le Lot-et-Garonne. N’oublie pas dans l’Hérault (34) du 17 au 21 avril, la vingtième édition du Printival Boby Lapointe à Pézenas. Mais il est bien possible que je te reparle bientôt de la programmation 2018 au cours une chronique dédiée.


Plus loin

AnneliSe Roche © Chantal Bou-Hanna

A Vauvert (30), l’association Courant scène programme le  retour de Yeti, qui chante ses histoires en anglais, néerlandais (son pays d’origine) et français (elle a vécu 15 ans dans le Sud de la France) , tout en faisant ses rythmes de beat box et en s’accompagnant à l’accordéon, la flûte et avec une loopstation.

AnneliSe Roche, jeune et talentueuse auteure-compositrice-interprète, découverte à Barjac lors de la scène ouverte, ces deux dernières années a sorti un mini-album chroniqué dans le n°6 d’Hexagone. A Bordeaux, dans le cadre des Mercredis Chanson, elle partage un plateau découverte avec trois autres groupes. A découvrir si tu as l’occasion. De son côté Bordeaux Chanson (33), dans le cadre de ses Soirées Chanson, présente Tom Poisson à Léognan. Au Bijou, fin février nous avons eu le plaisir d’apprécier une des toutes premières représentations de ce nouveau spectacle « 2 + 1 » . Je te le laisse découvrir. Pour info, Tom Poisson sera au festival d’Avignon Off cet été.


Photo de une Tom Poisson : © FRANCIS VERNHET

Les concerts en avril du côté de Toulouse

0

Le printemps est arrivé et avec lui une nouvelle sélection fleurie d’une vingtaine de concerts chanson.

Les concerts chanson à Toulouse et dans les alentours

mardi 3 et mercredi 4 : François Morel à Odyssud – Blagnac (31)
mardi 3 au samedi 7 : Ben Herbert Larue au Théâtre du Grand Rond à 19h
mercredi 4 : Charlélie Couture à la salle Nougaro
mercredi 4 et jeudi 5 : Amélie-les-Crayons au Bijou
jeudi 5 : Giedré au Rex
jeudi 5 : Sanseverino à l’Aria – Cornebarieu (31)
vendredi 6:  Les Grandes Bouches   à L’Impro et à l’Astronef le 28 avril
mardi 10 : Jules Nectar au Rex
mardi 10 au jeudi 12 : Nicolas Jules invité du Banquet – Cave Poésie
mardi 10 au samedi 14 : Marcel Dorcel et son orchestre de merde au Grand Rond à 19h
jeudi 12 et vendredi 13 : Liz Cherhal au Bijou
vendredi 13 : Camille Hardouin à l’Aria – Cornebarieu (31)
mercredi 18 :  Dani au Bijou
jeudi 19 : Femmouzes T à la Pause musicale
mardi 24 et mercredi 25 : Hervé Suhubiette et Lucas Lemauff au Bijou
mercredi 25 : Dominique A au Bikini
jeudi 26 et vendredi 27 : Jehan au Bijou
dimanche 29 : Jehan – Suarez – Chapiteau de l’AGIT à Berat (31)
lundi 30 : Les Trash Croutes au Bazar du Bazacle


Au Bijou, on continue cette saison exceptionnelle avec encore cinq concerts voire six concerts dans cette sélection.

© David Desreumaux

D’abord Amélie-les-crayons, venue au Bijou  pour son premier spectacle il y a bien longtemps, est de retour pour la deuxième saison de son superbe spectacle Mille ponts. Tu peux relire ici la chronique de son spectacle au Printival l’an passé. Et tu peux la retrouver dans le n°5 d’Hexagone, en couverture et pour un long entretien réalisé lors du festival d’Avignon l’été dernier. « Un spectacle complet avec danses, percussions avec les pieds sur plancher, changement de mise en scène et souvent d’instruments à chaque morceau. Riche et joyeux sur la forme, il évoque sur le fond le thème de la filiation, du lien, et de la solidarité. Comme elle le chante si bie« Où que j’aille, il y a le fil. Ce lien qui va de mon cœur à votre âme est indestructible » « Alors je danse … Je chante de toutes mes forces et Mille Ponts se font ».  Comme toujours original et créatif on y retrouve, avec plaisir, sa superbe voix et sa belle présence sur scène. Un spectacle en trio avec deux musiciens – excellents multi- instrumentistes –  en fait véritables  partenaires – Olivier Longre et Quentin Allemand. Un spectacle qui fait du bien : je l’ai vu trois fois l’an passé et j’y retourne !

© Michel Gallas

La suite du menu « bijouesque » :  Liz Cherhal avec son tout nouveau spectacle qui inclue un chansigneur et un nouvel album L’Alliance puis Dani accompagnée à la voix et à la guitare par Emily Marsh. Après  Hervé Suhubiette et Lucas Lemauff : Hexagone, on les aime bien et on t’en parle souvent. On les avait apprécié ensemble dans B comme Fontaine (cf. photo). On les retrouve ici dans une création dont on ne sait encore rien : il faut aller les voir ! Et pour finir le mois, le retour à Toulouse de Jehan en solo, étonnant interprète, dans son nouveau spectacle. Si j’ai dénombré six concerts c’est que le Bijou produit celui de Jules Nectar dans la salle du Rex, à la capacité d’accueil plus importante, pour fêter la sortie de l’album Nos rêves, chroniqué dans le n° actuel d’Hexagone. Le trio avec Milu à la voix et Clément Foisseau à la guitare vient de faire une superbe prestation en (quasi) acoustique au festival Voix de fête à Genève. Au Rex, Milu Milpop, DJ issue de la scène électro polonaise, retrouve son clavier et ses machines et le Jules Nectar trio son public de fidèles toulousains.


Les artistes locaux ou régionaux 

© Michel Gallas

Les Grandes Bouches font leur « Tournée internationale de Toulouse » dans trois bars musicaux (ils ont commencé le 31 mars au Taquin et ils terminent par un nouveau lieu l’Astronef, café associatif et culturel). Un nouveau spectacle Chansons aiguisées, le tour de Chant, avec une nouvelle composition du groupe puisque Philippe Dutheil est désormais entouré de quatre artistes : à (re) découvrir. Après leur passage remarqué au Bijou lors de la carte blanche à Grabowski, Marcel Dorcel et son orchestre de merde reviennent au théâtre du Grand Rond, pour cinq jours d’apéro spectacle. Des goguettes de chansons de variété passées à la moulinette de ce trio masculin : le résultat est bien salé, souvent épicé avec des morceaux de gras dedans. C’est très drôle, jouissif et inventif. Décontracté et professionnel. Derrière la « déconnade » se cache le travail, et on découvre des textes bien écrits aux jeux de mots réussis. Le duo Femmouzes T s’est reformé ces derniers mois et sera à la Pause musicale. Après le concert au Rex en février pour la sortie de leur quatrième album : Le Disque Laser, on retrouvera les Trash Croutes, au Bazar du Bazacle. Ce groupe de scène féminin de cinq musiciennes chanteuses, en collants et paillettes, reprennent en chœur des tubes kitsch anglo-saxon qu’elles chantent en français avec une traduction – re-écriture –  à leur façon. Réjouissant.


Dans les autres salles à Toulouse

Ben Herbert Larue © Michel Gallas

Au théâtre du Grand Rond, sur cinq jours en apéro-spectacle, Ben Herbert Larue, pour moi, LA Découverte du récent festival Voix de fête. Il se dit Ogre de mots et les chante ou les dit, les déclame ou les murmure avec une belle vigueur d’interprétation. Il se produit en trio avec deux musiciens (un contrebassiste et un multi-instrumentiste) partenaires. Tu viens découvrir ?

A la Cave Poésie, Le Banquet invite Nicolas Jules, un quartet à cordes dont Clément Petit le violoncelliste habituel de Nicolas Jules et celui-ci à la voix : une alléchante curiosité. Et au Rex, Giedré propose son nouveau spectacle GiedRé est les gens. A la salle NougaroCharlélie Couture vient avec Solo +, un spectacle qui est + qu’un solo puisqu’il est accompagné par un guitariste. Mais pas la peine de te faire l’article pour que tu ailles prendre un billet : c’est complet.


Autour de Toulouse

© David Desreumaux

A Odyssud, François Morel, pour deux soirs, présente son superbe spectacle chroniqué ici lors de son passage à Barjac l’été dernier :« Un magnifique spectacle. On y retrouve ses qualités de chanteur et d’interprète et sa verve de chroniqueur. La scénarisation du spectacle et son talent de comédien font merveille. Et on rit beaucoup, dans les textes et situations entre les chansons voire pendant. On ressent une nostalgie certaine ainsi que l’amour de la vie, des mots et de la chanson». En avril, l’Aria à Cornebarrieu, programme deux concerts. D’abord Sanseverino – en couverture et en entretien dans l’actuel n°7 d’Hexagoneavec sa tournée Montreuil/Memphis, au son blues, avec en première partie le local Archibald, dont je te parle régulièrement. Puis Camille Hardouin, tout juste auréolée du Coup de cœur Charles Cros remis le dimanche 25 mars pour son album Mille Bouches. En fin de mois, Dominique A présentera son spectacle Toute latitude, du nom de son dernier album, au Bikini. Un peu plus loin, à Bérat Jehan et Lionel Suarez viennent jouer leur spectacle hommage à Leprest : Pacifiste inconnu que nous avions fortement apprécié, à Toulouse, deux ans auparavant, dans le magnifique cadre de St Pierre des cuisines pour le festival Détour de chants.

Suivez-nous sur Instagram