10.6 C
Paris
dimanche, mai 16, 2021

Buy now

- publicité -spot_img
Home Blog Page 165

Babx lauréat du prix Raoul Breton 2014

0

Que de chemin parcouru par Babx depuis son coeur qui larsennait en 2004 ! Le voici aujourd’hui tout fraichement auréolé du prix Raoul Breton qui lui sera remis par Gérard Davoust (Président des Editions Raoul Breton), Lilian Goldstein (Responsable des Musiques Actuelles et de l’Action Culturelle SACEM) et Jo Masure (Directeur du Festival Alors… Chante) le 31 mai 2014, lors du festival Alors… Chante !, à 21H00 sur la scène tu théâtre Olympe de Gouges à Montauban.

Photo Julien Mignot
Photo Julien Mignot

Le prix Raoul Breton qui existe depuis plus de 40 ans vise à récompenser le travail d’un auteur interprète francophone pour l’originalité de ses créations et la qualité de ses prestations scéniques. Parmi les prestigieux prédécesseurs à Babx, on peut mentionner pêle-mêle Maxime Le Forestier (1973), Jacques Higelin (1982), Renaud (1983), Romain Didier (1985), Mano Solo (1995), Allain Leprest (1996), Thomas Fersen (1998) ou encore Jamait en 2005. On voit là que c’est un prix qui compte et qui a toujours su viser juste.

Succédant à Alexis HK lauréat en 2013, Babx recevra une bourse d’écriture et une bourse d’investissement dans une résidence de création. Alors qu’il est actuellement en tournée avec son dernier album Drônes Personnels, Babx sera sur les planches du Cent Quatre à Paris le 11 juin prochain. Une bonne occasion d’aller fêter ce prix mérité avec ce Babx qui sait tout à la fois se constituer un univers personnel fort riche et original et aussi participer avantageusement sur des projets aussi variés que Julien Doré, L ou Camélia Jordana.

Oldelaf : Je mange

En d’autres temps, Souchon critiquait notre propension de citoyen du monde occidental à trop manger dans la désinvolte On est foutu on mange trop. Les années passent mais les choses changent peu et c’est ainsi qu’Oldelaf dans le sillage de son génial aîné apporte son jovial coup de griffe pour pareille attitude. Je mange, le titre ici présenté, montre la bouffe comme activité défouloir, passe-temps comme d’autres vont pisser ou prendre un livre.

Agnès Bihl aux Bouffes Parisiens

On était loin hier soir des petits troquets étriqués où a commencé Agnès Bihl. Il y a 15 ans elle balançait sa gourme et ses rimes à L’Ailleurs ou au Limonaire et c’était soir de gala, comme à l’Olympia.

Photo David Desreumaux
Photo David Desreumaux

Aujourd’hui la p’tite Bihl n’est pas malade et elle a bien grandi. Hier soir la parigote s’est mis le public des Bouffes Parisiens dans la poche dès le lever de rideau. Après une première partie assurée avec la qualité textuelle et la verve qu’on lui connaît par l’inoxydable et cocasse Bernard Joyet accompagnée par Nathalie Miravette au piano, Agnès a livré deux grosses heures de sa vie de femme.

Dans ce somptueux théâtre à l’italienne tapi de velours rouge et inauguré en 1855 par Offenbach, Agnès Bihl a présenté son nouveau spectacle, 36 heures de la vie d’une femme (parce que 24 c’est pas assez), créé par Didier Grebot, Marylou Nezeys et Simon Malmenaide. Accompagnée, comme c’est le cas depuis 2009, par Dorothée Daniel au piano, Jérôme Broyer à la guitare et Sébastien Bacquias à la contrebasse, Agnès a montré que si son dernier album n’affiche pas exactement la même tonalité militante que sur ses œuvres de jeunesse, militance tout de même il y a au service de la cause féminine – notamment – dans une langue toujours aussi innovante, fraiche et subtile. Le féminisme vu par Bihl, c’est bien davantage Epicure et l’hédonisme plutôt que les vieilles mal embouchées qui râlent dès qu’un mec veut les approcher…

Photo David Desreumaux
Photo David Desreumaux

Agnès Bihl  n’a jamais eu la langue dans sa poche parce qu’elle porte une robe et c’est le public qui en profite. Attirée depuis le début de sa carrière par le brassage des arts – on se souvient en 2004 qu’elle avait mêlé chansons et dessins de Delphine Courtois à l’espace Jemmapes – Agnès a mis en correspondance son album 36 heures de la vie d’une femme (parce que 24 c’est pas assez) avec un recueil de nouvelles du même titre. Hier soir, sur la scène des Bouffes Parisiens, elle s’est livrée à la lecture d’une de ces saynètes, Le baiser de la concierge. Magnifique histoire « d’une ordure ordinaire » qui livre toute une famille de juifs aux allemands durant la seconde guerre mondiale. La lecture de la nouvelle est suivie de la chanson : prolongement de l’histoire, des émotions où chanson et littérature s’appellent et se répondent comme dans un devoir de mémoire.

Devoir de mémoire et de lutte chers à la belle Bihl qui évoquera bien sûr les résultats des élections européennes de la veille et entonnera un de ses premiers succès historiques, L’enceinte vierge, histoire de montrer aux empêcheur d’avorter en rond qu’une Bihl assagie n’est pas une eau qui dort et que si elle chante les amours souvent foireuses, « les bon crus qui font les meilleures cuites », son flingue n’est jamais bien loin et attention, elle sait s’en servir !

K! : La femme en boite

Finissant Pic d’argent 2014 derrière Radio Elvis, K! poursuit son bonhomme de chemin. Voici un morceau du dernier EP, La femme en boite

Radio Elvis, pic d’or 2014

0

Pic d’Or 2014 pour Radio Elvis et c’est pas volé ! Pour se les mettre dans le creux de l’oreille, voici La traversée qui peint bien l’univers textuel et musical de ce jeune groupe engagé sur une bonne voie. A suivre de près.

Chouf : La cuisine de sorcière

Un rythme enlevé et un clip superbe pour La cuisine de sorcière de Chouf.

 

Manu Galure : Que de la pluie

Extrait du nouvel EP 4 titres de Manu Galure, Que de la pluie. Superbe !

 

Roucaute : J’ai voté Front National

Deuxième chanson de Roucaute sur Hexagone cette semaine. Pour la bonne cause à quelques heures du prochain scrutin européen…

J’ai voté Front National – (Gilles Roucaute / Gilles Roucaute)

J’ai voté Front National
Pour la première fois d’ma vie
Je l’ai lu dans le journal
On est envahis (x4)
Ils me disent tous que c’est mal
Que j’ai fauté, j’ai failli
Mais j’les emmerde, j’avais l’choix et j’ai choisi

J’ai voté Front National
C’est ça leur démocratie ?
Le pas pire ou le moins mal
C’est tout c’qu’on choisit (x4)
J’voulais just’ fout’ la pagaille
Leur montrer que nous les p’tits
Si on cogne on peut faire mal à ces pourris

J’ai voté Front National
Ben quoi, c’est pas interdit
Leurs affaires, l’argent sale
C’est que des pourris (x4)
La soirée électorale
Et leurs sales yeux déconfits
J’ai pris mon pied, oui j’avoue que j’ai bien ri

J’ai voté Front National
Pas pour l’drapeau, la patrie
J’suis pas fan du Maréchal
Et j’suis pas nazi (x4)
Mais ça peut pas faire de mal
Un vrai chef à ce pays
J’suis pas racist’ mais bien fait pour tu sais qui

J’ai voté Front National
Cont’ les racailles, les bandits
Qu’ils s’en aillent, ciao bye bye
Loin dans leur pays (x4)
Puis ça mettra au travail
Les chômeurs français, moi j’dis
Au boulot, les assistés et leurs amis

J’ai voté Front National
Pour la dernière fois d’ma vie
Le régime électoral
Paraît qu’c’est fini (x4)
J’ai voté Front National
J’aurais p’têt pas dû, tant pis
J’voulais mettre feu à une paille
Et c’est l’incendie

Polo / Fredogre : Bleu Marine

Avant les élections de dimanche prochain, une petite piqûre de rappel de ce qu’est la peste brune… Nouveau clip en studio de la chanson Bleu Marine manifeste salutaire de Polo et Fred des Ogres de Barback.


 

Bleu Marine – (Pierre Lamy / Pierre Lamy – Frédéric Burgière)

Les temps sont bleu Marine, entendez ça et là
Les voix de la raison résonnent de tristes constats
Enfants de la déprime, jeunesse en perdition
De tous vos détresses, voici la solution

Sur radio bleue marine, du soir jusqu’au matin
La chanson bleu marine nous serine son refrain
La pensée bleu marine, d’avant mai soixante-huit
Qui se borne à trouver que le train va trop vite

L’histoire est bleu marine, de savants historiens
Un peu révisionnistes, mais sachant grec et latin
Ont remonté le temps d’avant le Roi Louis XVI
Pour compter les méfaits de la révolution Française

La philo bleu marine  vous parle de Rousseau
Comme on parle d’un Ogre ou d’un vieux saligaud
Elle traite encore Voltaire de démon satanique
Et conteste certaines lois de la mathématique

Qu’est-ce que tu t’imagines ?
Les idées bleu marine
Ne datent pas d’hier
Sous le manteau d’hiver
De la nuit bleu marine
Qu’est-ce que tu t’imagines 
Les idées bleu marine
Ont toujours existé
Et les mots bleu marine
Sont les mots du passé

Ecrivains bleu marine, friands de bagatelles
Férus de Brasillach et de Drieu La Rochelle
Qui de l’air entendu de ce qui va sans dire
Prétendent mes enfants que vous ne savez plus écrire

Poêtes bleue marine, à l’air désabusés
Tristes rats de cocktails aux cheveux argentés
Terrassés par l’ennui et le pâté en croûte
Qui pètent dans leur lit et sanglotent sur leur déroute

Journalistes marine, au curieux pédigrée
Qui écrivent des listes et ressortent de vieux dossiers
Sur l’Algérie Française, le temps des colonies
Qui ont toujours sur eux l’adresse d’un ancien nazi

Marine d’astrologues qui prévoient le destin
Et de cartomanciennes lisant les lignes de la main
De mathématiciens qui calculent la dèche
De grands amis des chiens, qui prônent la chasse et la pèche

Qu’est-ce que tu t’imagines ?
Les idées bleu marine
Travaillent du chapeau
Quand claque le drapeau
Dans la nuit bleu marine
Qu’est-ce que tu t’imagines ?
La saison bleu marine
Est déjà dépassée
Et les mots bleu marine
Sont les mots du passé

Dynastie bleu marine, famille aux cheveux blonds
Qui comptez les euros cachés au chaud sous l’édredon
Crustacés politiques, crabes dans leurs panier
Saumâtre rhétorique d’arguments prêts à penser

Enarques bleu marine dévorés d’ambition
Rompus aux syllogismes de la communication
Grands patrons bleu marine, au bleu regard d’acier
Amateurs de cantiques et des sermons de vieux curés

La rue est bleu marine, flotte de marins louches
Bleu marine armada faite de branches et de souches
Bâtiments de poivrots, flottille de quartier
France des braves gens qui craignent Donald et Mickey

Marée sécuritaire, haro sur le baudet
Policiers bleu marine, triés sur le volet
Brutes de toute espèce, trognes à faire frémir
Toutes les fortes têtes n’ont plus qu’à bien se tenir

Qu’est-ce que tu t’imagines ?
Les idées Bleu Marine
Qui sonnent le carème
Seront les chrysanthèmes
De nos nuits bleu Marine
Qu’est-ce que tu t’imagines ?
Cortège bleu marine
De notre mise en bière
Quand les mots bleu Marine
Sortent du cimetière
Qu’est-ce que tu t’imagines ?
Mort vivant bleu marine,
Dans la nuit bleu marine de tes rêves, on y crève…

Manu Galure : Que de la pluie

Le temps file et le Vacarme de 2010 de Manu Galure n’est plus qu’un bruit de fond en dépit de l’indéniable qualité qu’affichait cet album. L’heure est venue de se remettre à la tâche discographique et c’est d’ailleurs ce que fait le toulousain en s’apprêtant à entrer en studio d’ici quelques semaines.

En attendant, un EP 4 titres est disponible afin d’accompagner la souscription de l’album  Que de la pluie dans sa version longue  dont la sortie est programmée pour novembre 2014. Réalisé par Camille Ballon (Java, R.Wan, Renaud Papillon Paravel, etc.), le machin promet d’être une tuerie sans nom à en juger par les 4 premiers morceaux sortis du tube à essais. Dans un Dragster qui se méfie des cow-boys dans le quartier, c’est le beat bien raide et à cheval sur Trenet et Higelin que nous revient Manu dans une forme tonitruante. On attend la suite avec impatience.

Suivez-nous sur Instagram