HomeActuDétours de chant, du 22 janvier au 2 février : un festival majeur !

Détours de chant, du 22 janvier au 2 février : un festival majeur !

Détours de chant, du 22 janvier au 2 février : un festival majeur !

 Détours de chants fête sa majorité avec sa dix-huitième édition du 22 janvier au 2 février (hé oui, douze jours de concerts !) Ce festival propose une affiche riche et éclectique de 44 artistes et 61 concerts sur 25 lieux ! (20 à Toulouse et 5 dans les environs).

© Chantal Bou-Hanna

La programmation, que tu peux découvrir en bas de cet article et en détail sur le site Détours de chant,exprime la volonté, comme à chaque édition, de faire découvrir des talents et de montrer la chanson multiforme d’aujourd’hui.  Voici ci-dessous, ma présentation subjective et illustrée (liens avec des articles du site, photos et vidéos de chanson). En commençant par les quelques têtes d’affiche. Yves Jamait ouvre le festival, avec son nouveau spectacle Totem, nom de son dernier album. Déjà présent à Détours de Chant 2017, il devrait remplir, avec ses trois musiciens, la grande salle du Casino Barrière. On note aussi la présence d’artistes expérimentés et reconnus ayant fidélisé leur public même s’ils ne sont pas « télé-médiatisés ». Comme Les Hurlements de Léo, huit sur scène, qui jouent leur spectacle actuel Luna de papel. Comme Les Wriggles, toujours en rouge, qui effectuent leur retour, avec un nouveau spectacle – entre chanson, théâtre et humour – qui affiche souvent complet.

Des artistes souvent évoqués dans Hexagone (revue et site)

© Chantal Bou-Hanna

Govrache. On l’a vu en entretien dès le n°1, certaines vidéos de ses slams ont été filmées par Hexagone comme Pigeons, ou diffusées comme Ma femme ou L’homme trottoir. Dans le n°9, on trouve le compte-rendu de son magnifique concert à Barjac fin juillet.  » C’était à la fois plaisir et pur régal que de voir cet orfèvre des mots. Govrache a littéralement soulevé le public avec la qualité de ses textes et sa maîtrise de la scène. Il est précis, exigeant et avance à son aise entre amour, humour et engagement. Observateur hors-pair, il balance des mots sculptés méticuleusement de déclarations sentimentales à chialer en brûlots sociétaux bien inspirés. Assurément un des grands moments du festival ». Début juillet, il a gagné le prix Magid Cherfi, au festival Pause Guitare, en n’interprétant que des slams dont l’émouvant Le bout de la table ou Le dormeur du râleA Détours de chant, il sera en première partie d’Yves Jamait puis jouera deux soirs au Bijou. Tu n’as donc aucune raison de le rater.

© David Desreumaux

David Sire avec Cerf Badin. On l’a vu ici en portrait sur le n°3, et son titre Pousser a été filmé lors de son passage à la Blackroom d’Hexagone. Voici ce que j’ai écrit sur son spectacle Avec, qu’il va (re)jouer au Bijou : « C’est étonnant, tendre, musical, subtil, visuel, drôle, frais, émouvant, profond, parfois déjanté et surtout débordant d’humanité. Avec une énergie folle presque équivalente à sa générosité et à son talent, David Sire propose une performance bourrée de poésie, d’idées, d’humour et voire de « Bidulosophie » (pour ne pas citer le mot philosophie), pour une belle promotion du partage et de la vie qui vaut le coup. Un spectacle inclassable avec des ballons, des pompes à vélo, des danses, des guitares, des percussions corporelles et une belle interactivité avec le public. En duo avec son comparse et excellent guitariste Fred Bouchain ». Là aussi je te recommande fortement ce spectacle vu quatre fois.

Entre 2 Caisses.  Ce groupe, quatuor d’hommes chantistes, en entretien sur le n°3 d’Hexagone, vient jouer son spectacle Sous la peau des filles, créé en 2016, mis en scène par Juliette, et basé sur des reprises de « chansons de filles » écrites par des femmes pour des femmes. Là aussi, je te recommande ce spectacle original apprécié deux fois.

Des artistes que j’aime particulièrement

© Chantal Bou-Hanna

Davy Kilembé, Sur son concert en trio, au Printival ce printemps dernier j’écrivais ceci : « Davy Kilembé, expérimenté, sait embarquer et tenir un public. Il met en pratique le titre de son dernier album : Danser les mots. Avec sa voix chaude et son joli jeu de guitare, nous partons en voyage avec lui : sonorités aux couleurs chaudes, textes remplis d’humanité, et des mélodies qui donnent envie de reprendre le refrain. Les thèmes sont parfois empreints de nostalgie ou de mélancolie. Sur des ballades ou des rythmes entraînants, ce citoyen qui chante, nous livre sa vision de la société, mais plutôt sous forme de fable, le sourire aux lèvres et sans donner de leçons. » Depuis, il a obtenu un joli succès lors de son passage en août dernier lors de Barjac m’enchante. Après Danser les mots (chroniqué ici)son nouvel album Chansons d’amour sort au moment du festival.

Anastasia.  Appréciée l’été 2017 au Festiv’Allier à Langogne, son spectacle a été un de mes gros coups de cœur à Avignon l’été dernier. Elle était en quartet sur scène, avec sa belle voix soul, des textes tranchants, des cordes vibrantes (violoncelle, contrebasse), des percussions endiablées, et des chœurs très présents aux harmonies vocales envoûtantes. Ici elle sera en solo, dans deux lieux différents, et chantera certainement Aqua Toffana

Marianne Aya Omac © Michel Gallas

Marianne Aya Omac. Une voix extraordinaire, puissante et chaleureuse, des propos humanistes, une forte présence charismatique et plus de… vingt-deux ans de scène. Cette folk-singer chante en français, espagnol et anglais et nous procure, à chaque concert, un flot intense d’émotions. Après sa formule en sextet, avec trois femmes choristes et des concerts mémorables 2016-2017, elle nous revient dans une nouvelle formule en trio pour présenter, entre autres, les titres de son nouvel album Je reviens, annoncé pour le printemps.

Patrice Caumont. En solo depuis quelques années, cet artiste atypique revient au théâtre du Grand Rond avec son nouveau disque Wow. Imprévisible et touchant sur scène.

Le Bel Hubert. Ce chanteur garagiste, sexagénaire Suisse, salopette rouge et regard malicieux, joue en solo de la guitare beaucoup et de l’accordéon un peu. Ses aventures, aux textes fort bien troussés, sentent bon le terroir jurassien. Chansons tendres ou parfois truculentes. Il peut se montrer naïf, mais aussi clairvoyant et lucide, avec ironie et humour. Les pieds sur terre, la tête dans les étoiles. Je le recommande également très fort (ah ben oui, je suis dans le paragraphe « Des artistes que j’aime particulièrement » !).

Une belle place pour les talents locaux

Laura Wild © Francis Vernhet

Laura Wild. En portrait deux pages sur le n° 10 actuel d’Hexagone, cette jeune artiste, au début de son aventure artistique, lauréate du Prix Nougaro en 2017, va chanter pendant cinq jours, au Théâtre du Grand Rond.  » En scène, Laura dévoile une présence étonnante, un univers personnel authentique et une belle capacité d’improvisation. Elle chante d’une voix intense qui prend au ventre et vient au cœur. Les concerts sont différents à chaque fois. Son solo ukulélé-guitare est empreint de portraits ou de paysages émouvants et sensibles, de contes et de poésies douces et amères. » Je suis impatient de voir la nouvelle proposition de cette artiste au fort potentiel.

Marie Sigal vient présenter ses nouvelles  » chansons sensibles et cardiaques « , pour la création de son spectacle en quartet. Trash Croutes. Ces cinq musiciennes chanteuses, en collants et paillettes, reprennent en français et en chœur des tubes de variété internationale plutôt kitch, qu’elles traduisent et arrangent (musicalement) à leur sauce, à base de ukulélés, contrebasse, keytar (piano-guitare), et xylophone, et parfois basse et sampler. Leur troisième album est chroniqué dans le n°9 d’Hexagone. Un groupe de scène, un peu barré-décalé, à la belle complicité et avec une grande débauche d’énergie. C’est gai, entraînant et réjouissant. D’autre part, les « Coups de pousses » au Bijou permettent sur une journée de découvrir cinq artistes locaux ou régionaux.

Quelques spectacles évènements

Une soirée spéciale propose, dans le cadre magnifique de l’auditorium Saint-Pierre-des-Cuisines, un double plateau original avec le danseur Aurélien Kairo sur les chansons de Brel et les polyphonies corses du groupe TavagnaLes étrangers familiers reprennent leur étonnant spectacle Un salut à Georges Brassens avec au chant Eric Lareine, Loïc Lantoine ainsi que les musiciens Claude Delrieu et Denis Charolles et, entre autres, François Pierron à la contrebasse. Dick Annegarn, en entretien dans le n°10 actuel, présente deux soirs d’affilée son spectacle 12 villes, 12 chansons avec l’Orchestre Symphonique de l’Ecole de Musique de Tournefeuille.

Les spécificités habituelles de Détours de chant

Matéo Langlois © Michel Gallas

Le festival offre sept concerts gratuits, dont Davy Kilembé, Anastasia, Wallace, à des horaires décalés (12h30 en semaine, 15h le samedi et 16h le dimanche) et deux en participation libre : Laura Wild et Patrice Caumont. Pour te laisser plus de choix, huit groupes ou artistes se produisent deux fois et deux artistes cinq jours. Et tu peux bénéficier d’un tarif réduit pour tous les concerts dès que tu décides d’en voir au moins trois. La programmation « Jeune public » continue cette année avec deux spectacles et quatre concerts.

La journée « Coups de pousses » au Bijou permet de découvrir cinq artistes régionaux, chacun sur quarante minutes. Les trois que je connais, déjà programmés au moins une soirée au Bijou, sont la promesse de prestations d’un joli niveau. Matéo Langlois, jeune auteur-compositeur, manie talentueusement les instruments – piano, boite à rythme, saxophone, beatbox -, tout comme la plume avec ses histoires originales sur des thèmes très diversifiés. Cette belle révélation toulousaine de ces derniers mois, à la forte présence sur scène, a impressionné les gens qui le découvraient en décembre sur une création autour des textes de Renaud avec Chouf et Jérôme Pinel (Strange Enquête). Le duo DIOD (Emilie Cadiou au texte, chant et accordéon, Ode Bouttard au chant, contrebasse) a enchanté le public de Barjac, en apéro concert en extérieur et sans micro. Lombre, jeune artiste d’une vingtaine d’années, est le lauréat du Pic d’or 2018. Et nous découvrirons avec plaisir Cessyle et PAP/Comme la première fois.

D’autres propositions

Bonbon Vaudou © Michel Gallas

 » La langue française chantée sur tous les rythmes, portée par tous les styles musicaux : voilà la marque de fabrique de ce festival  » Voici ce que dit l’édito du programme du festival qui incite le spectateur à la « curiosité et goût de la découverte ». Des exemples de cet éclectisme ? L’atmosphère cinématographique et le voyage sonore du trio Boucan – guitares contrebasse et trompette – où l’on retrouve Imbert-Imbert. Les chansons et musiques métissées de Bonbon Vaudou portées par de nombreux instruments souvent originaux. Le récital rock avec l’énergie de Sarah Olivier en quartet. Chants en français, portugais et parfois occitan, avec le retour des Femmouzes T.La belle proposition d’Hildebrandt. Les harmonies vocales du duo folk alpin Facteurs Chevaux. Et encore je ne t’ai parlé que des groupes et artistes, plutôt « chanson », que je connais un peu. Tu peux aussi découvrir la chanson jazz de Vanina Franco, celle annoncée expérimentale de Manu Louis, le hip-hop de Sens + Dj NO.NO et le rap de Denfima.

Programmation complète

Mardi 22 janvier : 19h00 Laura Wild  Théâtre Du Grand Rond  / 20h15 – Yves Jamait + Govrache – Casino Barrière
Mercredi 23 janvier : 19h00 Laura Wild – Théâtre Du Grand Rond / 21h00 Boucan – Le Taquin / 21h30 Govrache – Le Bijou
Jeudi 24 janvier : 12h30 Davy Kilembe  – Salle du Sénéchal / 19h00 Laura Wild – Théâtre Du Grand Rond / 21h00 Rue Rouge – Centre d’animation de Lalande /21h00 Marie Sigal – Centre Culturel Alban-Minville / 21h00 Bonbon Vodou – Centre Culturel Henri Desbals / 21h00 Femmouzes T. Le Metronum / 21h30 Govrache Le Bijou
Vendredi 25 janvier : 19h00 Laura Wild – Théâtre Du Grand Rond / 21h00 Manu Louis – Le Taquin / 21h00 Sarah Olivier – Le Chapeau Rouge / 21h00 Marianne Aya Omac -Salle des fêtes de Launaguet / 21h30 Davy Kilembe – Le Bijou
Samedi 26 janvier : 15h00 Anastasia – Médiathèque Saint-Cyprien / 16h30 Coups de Pousses (Lombre + Diod+ Cessyle) au Bijou / 19h00 Laura Wild – Théâtre Du Grand Rond / 20h30 Sense et DJ No.No – Centre d’animation de Saint-Simon / 20h45 Dani – Théâtre du Centre Colomiers / 21h00 Les Wriggles – Le Bascala / 21h00 Michel Fourcade and Ze Princess – Les Trash Croutes – Espace Bonnefoy / 21h30 – Coups de Pousses : Matéo Langlois PAP/Comme la première fois Dimanche 27 janvier : 11h00 Alain Schneider – Centre culturel Alban-Minville / 16h00 Anastasia – Le Salon Musical Bouloc / 16h00 Monsieur Co – Médiathèque José Cabanis / 16h00 Dani – Théâtre du Centre Colomiers / 17h30 Denfima – Espace Job
Lundi 28 janvier : 10h30 Alain Schneider – Centre culturel Alban-Minville
Mardi 29 janvier : 19h00 Patrice Caumon – Théâtre Du Grand Rond / 20h30 Tavagna-Club Talasani & Aurélien Kairo – Saint-Pierre des Cuisines / 21h30 David Sire & Cerf Badin – Le Bijou
Mercredi 30 janvier : 15h00 Malice Bouclette – Théâtre Du Grand Rond / 19h00 Patrice Caumon – Théâtre Du Grand Rond / 19h30 Facteurs chevaux – La Cave Poésie / 20h30 Les Etrangers Familiers + Clara Sanchez – Théâtre des Mazades / 21h30 David Sire & Cerf Badin – Le Bijou
Jeudi 31 janvier : 12h30 Le Flegmatic – Salle du Sénéchal / 12h30 Wallace – La Fabrique CIAM / 19h00 Patrice Caumon – Théâtre du Grand Rond / 19h30 Facteurs chevaux – La Cave Poésie  / 20h30 Dick Annegarn – L’Escale Tournefeuille / 21h00 Baptiste Braman – Le Taquin / 21h00 Le Bel Hubert – La Cave Poésie / 21h30 Hildebrandt – Le Bijou
Vendredi 1er février : 12h30 Vanina de Franco – La Fabrique CIAM / 19h00 Patrice Caumon – Théâtre du Grand Rond / 20h30 Dick Annegarn – L’Escale Tournefeuille / 21h00 Le Bel Hubert – La Cave Poésie / 21h00 Entre 2 Caisses – Le Chapeau Rouge / 21h30 Hildebrandt – Le Bijou
Samedi 2 février : 15h00 Zitoune – Médiathèque Empalot / 15h00 Malice Bouclette – Théâtre Du Grand Rond / 19h00 Patrice Caumon -Théâtre Du Grand Rond / 20h30 Les Hurlements d’Léo – Théâtre des Mazades

Vu cette programmation, pour les étrennes tu peux offrir – ou te faire offrir – des places de concerts à – ou par – tes amis, ta famille et tes voisins. Soyez curieux et venez nombreux ! J’ai prévu d’aller voir un grand nombre de concerts. On s’y rencontre ?


Festival Détours de chant du 22 janvier au 2 février 2019. Photo de une : Yves Jamait © Chantal Bou-Hanna.

Rappel : Si tu cliques sur le titre d’une chanson hop tu vois apparaître la vidéo associée. Pour les artistes qui ont eu un article récent sur le site, un clic sur le nom de l’artiste et hop tu vois la chronique.

Pour revenir sur le festival 2018, tu peux aller lire les chroniques :  ici et .

Share With:

mick.hexagone@gmail.com

Leave A Comment