19.2 C
Paris
jeudi, août 5, 2021

Buy now

- publicité -spot_img
Home Blog Page 43

Maud Lübeck – Divine

Trois ans après Toi non plus, Maud Lübeck est de retour avec un nouvel et court album, aussi dense et intime que majestueux dans sa retenue. Pas d’effets de manches ni de compositions alambiquées : Maud Lübeck propose neuf titres dans lesquels affleurent la délicatesse, la mélancolie, l’ombre et la lumière. Divine, c’est un album à fleur de peau sur l’attraction (Divine), la recherche de l’idéal amoureux (L’autre part), les hésitations devant l’engagement (Amoureuse), les incertitudes de la vie à deux (A deux) ou la séparation (Ne me dis pas). Maud Lübeck s’appuie sur des mélodies sobres et une grande économie de moyens (claviers et voix) pour parler de ce qu’il y a d’indicible dans la rencontre amoureuse : « Divine / Divin hasard / Qui m’a conduite ce soir / À son regard. » L’instrumental Cardiophonie scinde l’album en deux. Après une première partie tissant les écheveaux de la vie à deux, Maud Lübeck traite de la rupture, de l’aliénation (Cœur) ou de la séparation (Ne me dis pas). Dans ce dernier titre, la fin d’une relation, ce « long requiem d’amours enfuis », est racontée à la manière d’une froide constatation, et toujours avec pudeur et retenue. Dans Divine, on retiendra sans doute L’absente. Une grâce indéfinissable se dégage de cette chanson sur une amitié disparue (« À toi qui ne veux pas que nous soyons amies ») et sur un appel au retour de l’être aimé. La composition mélodieuse et l’interprétation à fleur de peau rend déchirante cette histoire de séparation : « Si tu voyais mon cœur comme depuis il se traîne… »

Bruno Chiron


Maud Lübeck
Divine
Finalistes  – 18/01/2019

Chronique parue dans le numéro 11 de la revue Hexagone.


Alex Beaupain – Cours camarade

0


Réalisé par Christophe Charrier
Produit par Hide Park

Pause Guitare 2019 : Les gagnants du Prix Magyd Cherfi

1

Le tremplin « Scène découverte », organisé à chaque édition du festival Pause Guitare depuis 2007, permet à chacun des groupes/artistes sélectionnés, issus de la francophonie, de jouer durant 25 minutes devant le public et un jury de professionnels. Notamment attribué, ces dernières années, à Barbara Weldens (2015), Emilie Marsh (2016), Dalton Télégramme (2017) et Govrache (2018), renommé Prix Magyd Cherfi en 2018, ce tremplin se déroule sur deux jours.

Le grand gagnant : Matéo Langlois

Prix du jury des professionnels et Prix du public, ce talentueux jeune toulousain remporte tout en 2019. Gagnant du tremplin de l’Entrepôt (voir ici) puis du Pic d’Or – double prix : jury et public – il est également retenu pour le Mégaphone Tour. Evoqué dans « Vu sur scène Détours de Chant » du dernier n° d’Hexagone, tout à la fois excellent musicien, amoureux des mots et showman, Matéo Langlois a délivré, à nouveau, une époustouflante prestation. Seul en scène, en prise avec son temps, jonglant avec les sons, micros et pédales, il maitrise autant le clavier que le saxophone. Avec son grain de voix particulier, il interprète des chansons originales écrites joliment. En quatre titres, il a prôné le mouvement et la vie, la recherche de la personnalité et la liberté. Très à l’aise sur scène, il improvise et scatte, surprend et fait rire, joue avec l’embout de son sax, danse et saute. Pour finir, il chante et joue du sax quasiment en même temps puis quitte la salle par une roulade avant ! Sa prestation, véritable spectacle, a généré l’enthousiasme. Il a gagné le droit de rejouer l’an prochain sur Pause Guitare, certainement au Grand Théâtre.


L’autre primé : Les Fils du facteur

Prix de la Dépêche du Midi et Prix Francofans. Ce groupe Suisse, dans sa formule originale en duo, avec Sacha Maffli, – voix et texte, guitare et énergie – et Emilien Colin – accordéon et keytar, chœur et humour pince sans rire – enchaîne titres drôles, touchants ou satiriques, amenés avec humour. De la chanson qui fait du bien. Eux aussi déploient une belle aisance sur scène et ont su obtenir l’échange avec le public qui les a généreusement applaudis. Les Fils du facteur ont joué plusieurs fois cette semaine. « Trois jours très intenses, avec trois types de concert très différents. Jeudi on joue deux fois à la Maison d’arrêt d’Albi. Un concert incroyable humainement et émotionnellement. Pas facile mais on s’en souviendra toute notre vie, » évoque Sacha avant qu’Emilien ne complète : « C’était particulièrement fort, pour la première fois, de partager ces moments-là derrière les barbelés avec des prisonniers. » Le vendredi, ils ont joué en apéro-concert extérieur, sous un tilleul au Café Plùm à Lautrec. Le samedi, ils ont déployé leur énergie dans une salle adaptée, avec une belle écoute public.


Les autres participants

Prix Magyd Cherfi, 5 et 6 juillet 2019 : Lombre (Pic d’Or 2018), SiAu (Prix Moustaki 2019), Jérôme Mardaga (Festival Francofaune Belgique), Chances (Canada), Nirman (prix Pause Guitare au tremplin Matthieu Côte), Bertille (Festival Printival)


Photo en une : Magyd Cherfi  – © David Desreumaux

Lily Luca, nouvel album à venir

Lily Luca, récente gagnante du tremplin A nos chansons, organisé par Initiatives-Chansons, prépare actuellement un nouvel album qui succèdera au remarquable Le charme impénétrable des artistes torturés, paru il y a trois ans.

Cette nouvelle pièce à l’édifice de Lily devrait paraître en novembre 2019. Nous n’avons pas pour habitude de relayer en nos pages les financements participatifs, mais nous le faisons volontiers ici, sensibles que nous sommes aux chansons de Lily Luca dont nous suivons le travail avec grand intérêt depuis plusieurs années. Une page Ulule explique fort bien les tenants et les aboutissants des attendus quant à la réalistaion de ce disque. Il ne reste plus que 4 jours pour apporter sa contribution. Lily s’est également pliée à l’exercice de la goguette explicative (Cf. vidéo ci-dessous).



Nous ne sommes pas seuls à Hexagone à soutenir ce projet. Plusieurs ambassadeurs de renom n’ont pas hésité à participer à cette campagne.

Ainsi Miaou, le petit chaton


Ainsi Jean-Michel, le petit poupon


Ainsi Bernard, le petit chanteur à texte


Ainsi Frédéric, le petit Frédéric


N’hésitez pas à rejoindre les rangs de ces ambassadeurs.

Vincent Delerm – La chamade


Vincent Delerm : La Chamade, disponible ici : https://lnk.to/VincentDelermLaChamade.
En concert à la Cigale (Paris) du 22 au 26 octobre 2019 : Complet !
Rdv du 5 au 9 novembre 2019, et en tournée dans toute la France : https://lnk.to/VincentDelermConcerts.

Réalisé par Cauboyz
Produit par Transfuges

Directeur de production : Romuald Sintes
Administrateur de Production : Emmanuel Besson
Chargée de production / Régie : Margo Cholez
Chef opérateur : Vincent Desrousseaux
Assistante caméra : Anais Bollegue
Electro : Delphine Menoret
Assistante de production : Ilona Tran
Assistante technique : Elise Meunier
Make up : Estelle Lonegro
Comédien : Stéphane Pitti
Comédienne : Jade Lopes

Paroles et musique : Vincent Delerm
℗ & © 2019 VF Musiques – tôt Ou tard

Avignon Off 2019 : Sélection de concerts

1

Après avoir présenté les concerts des lieux « chanson » du festival d’Avignon Off (du 5 au 28 juillet), L’Arrache coeur et L’Atypik, voici une sélection de concerts dans les autres lieux du festival où les artistes jouent au moins dix jours.


Spectacles déjà vus et recommandés par Hexagone

Certains spectacles ont déjà été évoqués comme Contrebrassens, le Cabaret All’arrabbiata et On voudrait revivre avec Léoplodine HH.

Pour les amateurs de goguettes. Patrice Mercier et ses Mélodies chroniques (« Vu sur scène » le n°12 d’Hexagone). De grandes qualités d’interprétation et une superbe écriture. « C‘est irrésistible de drôlerie ». Au théâtre du Petit Chien. Les goguettes en trio mais à quatre reviennent avec le spectacle : Globalement d’accord. Du 5 au 16 juillet au théâtre de l’Essaion.

Le cirque des Mirages. Fred Parker au piano et Yanowski aux textes et au chant jouent Delusion Club. Théâtral et original,  Au théâtre du Chien qui fume.


Quelques spectacles que nous allons voir

Chacun sa famille. Avec Enzo Enzo, Laurent Viel et le guitariste Thierry Garcia, dans une mise en scène de  Gérard Morel, Ce spectacle, sur le thème de la famille, propose  une vingtaine de chansons originales, écrites par Pascal Mathieu et composées par Romain Didier. Théâtre du Cabestan

Bernard Dimey Père et fille – Une incroyable rencontre avec Dominique Dimey. Du théâtre musical. Dominique  interprète les poèmes et chansons de son père, accompagnée au piano, et évoque leur rencontre. Théâtre du Cabestan

Louise O’sman, en portrait dans le n° 9 d’Hexagone. Avec son accordéon elle vient présenter, en avant-première, son album Joyeuse ville.  En solo, sauf les 12, 13 et 19 où elle sera en duo avec un guitariste. A la Croisée des chemins.

Les épis noirs. Pierre Lericq, l’auteur compositeur des Epis noirs, vient avec sa création 2019, Allons Enfants ! Huit comédiens-musiciens-chanteurs jouent et chantent pas moins que… l’épopée de l’Histoire de France. Du théâtre musical. Au Théâtre du Chêne Noir

Tío, Itinéraire d’une enfant de Brassens avec Christina Rosmini. Cette année, avec Contrebrassens évoquée plus haut, Brassens est célébré au féminin. Théâtre du Cabestan.

Gainsbourg confidentiel. Entre théâtre et concert, ce récit musical évoque le Gainsbourg des débuts difficiles. Stéphane Roux au chant est accompagné par un guitariste et un contrebassiste. Au Collège de la salle.

Carnet de notes. Un spectacle musical sur le thème de l’école, où sept comédiens, chanteurs et musiciens revisitent la variété française. Par la compagnie qui avait présenté le réjouissant Album de famille quelques années auparavant. Théâtre des Gémeaux.

In vino délyr. Bruno Duchateau et Sylvie Marin, duo vocal décalé, chante le vin sur des reprises de chanson ou d’airs d’opéra. Les jours pairs à l’Atelier 44.


A découvrir ?

Inconnus d’Hexagone, ces artistes sont certainement à découvrir. Moone, artiste des Hauts-de-France, présente son album live Sortilège by Moone à l’Atypik Théâtre. Fahb vient chanter son second album En attendant… au théâtre Le Castelet. Les locaux Dizzylez Trio, slam et chanson, joueront Intimes Galaxies, à la Maison de la Parole du 5 au 2 . Jef Kino,  chanteur lillois, propose son dernier album : Haut les cœurs ! du 18 au 28 au Théâtre Carnot.

Joseph Chedid – Bande originale

0


Écrit et Réalisé par Ananda.
Directeur de la photographie : Florent Larriven
Guide / régie Locale : Will
Montage : Ananda
Etalonnage : Isabelle Laclau
Chez Pixel et Décibel

 

Antoine Sahler

Le visage d’un poupon d’antan, la silhouette indolente, Antoine Sahler fait paraître un presque premier album. En solo sur les planches au début des années 2000, le garçon s’est fait discret depuis, travaillant pour d’autres en sous-main, spécialement aux côtés de François Morel. Antoine Sahler revient donc seul, fort d’une expérience de la scène et de l’écriture, avec un album particulièrement réussi à la construction étonnante : six plages loufoques plus quatorze titres, dont deux magnifiques cantiques à la chanson, comme l’artiste les affectionne : J’en ai plein, En morceaux. Tout chante en son ouvrage, et même les pianos !

Musicalement, le garçon s’éloigne des caf’ conc’ pour proposer une chanson pop sans douleur, produite, esthète, légère et malicieuse. Faisant état, tout en délicatesse, d’une crise existentielle lucide – comme ce titre sautillant bien que programmatique, Et à la fin : « on meurt » –, Antoine Sahler égraine, l’air de rien, les thèmes qui nous hantent : ça fait quoi de vieillir ? (Sénescence), pourquoi a-t-on peur de s’engager ? (Ton prétendant), parent divorcé, est-ce grave ? (Semaine B), survit-on à la ville ? (D’ailleurs), c’est quand la décroissance ? (Merci merci). Autant de tubes en puissance qui ne manqueront pas de vous toucher l’âme. Ne souhaitant pas se prendre pour le capitaine du Titanic, Antoine Sahler annonce la vieillesse, ce naufrage qu’il faut regarder en face, ou peut-être espérer ; comme dans Leur amour perdure, où un couple espionne des amoureux hors d’âge. Et si chanter, comme philosopher, c’était apprendre à mourir ?

Flavie Girbal


Antoine Sahler
Antoine Sahler
Le Furieux  – Février 2019

Chronique parue dans le numéro 11 de la revue Hexagone.


Watine – Jetlag

Réalisation : Renaud de Foville
Paroles et Musique : Catherine WATINE – CATGANG Music
https://watine.bandcamp.com/album/geo…
disponible en CD digipack ou double Vinyle
www.watineprod.com
Distribution France : DIFFER’ANT
Distribution UK : NORMAN RECORDS
Worldwide BELIEVE DIGITAL


JETLAG (Musique et Paroles Catherine WATINE)

Comme un jetlag, tout devient étrangement vague
Comme un jetlag après l’aéroport, les bateaux dans les ports s’évaporent
Et la mer se retire en repliant ses vagues, c’est là que tout devient étrangement vague,
Comme un jettlag après l’aéroport
T’est-il déjà venu à l’idée d’entrer dans le désordre de tes idées,
La tour de Babel ce n’est rien à côté …
Et moi je me demande quel est le courant que l’on dépense
D’où vient cette lumière qui me traverse comme une fulgurance
Le fond du problème, je peux l’évoquer, nous voulons tous l’immortalité
Et Faust de le constater, nous ne chanterons qu’un seul été
A la salle des ventes montent les enchères, la vie m’échappe mais la vie m’est chère
Alors j’attends que quelqu’un là-haut me repère, pour que je forme une autre paire
Dans une espèce de huis-clos à la Dolto
Je me dis que Non l’enfer ce n’est pas les autres
Certes, Sartre disait le contraire mais il avait Beauvoir et il ne voyait qu’elle
C’était pourrait dire, comme sa sentinelle
Certes, J’ai des hauts et des bas, mais quand on aime, on ne tombe pas
Et que cela ne reste pas lettres mortes, c’est l’être humain et je n’en démords point
Comme Adam a son Eve, tout homme a son rêve
Je sais, la randonnée risque d’être mortelle,
Je sais c’est cruel mais s’il a cru en Dieu ,’homme peut se croire éternel
A la salle des ventes montent les enchères, la vie m’échappe mais la vie m’est chère
Alors j’attends que quelqu’un là-haut me repère, pour que je forme une autre paire
L’enfer c’est la face cachée du paradis, difficile de mourir
La question c’est l’après ? et qu’en dire ?
Se voiler la face n’efface pas les traces du doute
Alors vendre son âme au diable ou la mettre sous les clous pour la mise en bière
La mise en doute ne date pas d’hier
Faust n’est pas à ranger dans les méchants, je veux juste essayer de rester sur le banc
Pour laisser venir à moi les petits penchants pendant qu’il est encore temps
La vie m’échappe mais la vie m’est chère
Rien n‘est plus clair, quels que soient les parades, les artifices, les traversées du désert
La vie m’échappe mais la vie m’est chère
Alors j’attends que là-haut que quelqu’une me repère pour que je forme une autre paire
Pour que je forme une autre forme,
Sans norme, ce serait énorme
Comme une farce faite à l’homme, ce serait énorme
C’est là que tout devient étrangement vague, comme un jetlag, tout devient vague,
A la salle des ventes montent les enchères, la vie m’échappe mais la vie m’est chère
L’enfer ce n’est pas les autres, non, l’enfer ce n’est pas les autres
C’est la face cachée du paradis, mais c’est si difficile de mourir
C’et là que tout devient étrangement vague, comme un jetlag
Je sais, la randonnée risque d’être mortelle,
Je sais c’est cruel, mais s’il a cru en Dieu, l’homme peut se croire éternel

Projet GEOGRAPHIE SOUS-CUTANEE

Barjac 2019, Marion Rouxin dans la programmation

Communiqué de l’Association Chant Libre

Insuffisamment remise de son accident datant du mois de Février, Michèle Bernard se voit dans l’obligation de renoncer au spectacle qu’elle devait présenter avec Monique Brun, le mercredi 31 Juillet dans la Cour du château Espace Jean Ferrat, dans le cadre du Festival Barjac m’en chante 2019. C’est donc une nouvelle proposition que nous vous faisons : Marion Rouxin partagera le plateau avec Frédéric Bobin.
21:30 – Frédéric Bobin accompagné par Hélène Piris
22:45 -Marion Rouxin accompagnée par Edouard Leys
Les personnes qui ne souhaiteraient pas conserver leur billet pour cette soirée, doivent prendre contact avec l’Association Chant Libre, pour mettre en place un remboursement. Sinon, ils utiliseront le billet déjà en leur possession.


Photo : Marion Rouxin par David Desreumaux – Reproduction interdite


Suivez-nous sur Instagram