HomeActuA Toulouse, sélection des concerts de janvier

A Toulouse, sélection des concerts de janvier

Et voilà, 2016, c’est parti. Ma résolution hexagonesque : m’organiser mieux pour te rendre compte de tous les concerts qui m’ont marqué. Car, notamment le dernier trimestre, je me suis fait débordé par le nombre et la qualité des concerts et je garderai pour moi les photos et les notes prises sur Wally dans son spectacle anniversaire, Govrache découvert sur scène deux fois en solo cette année avec plaisir et émotion, Jules show-man aux textes incisifs, Valerian Renault passé de la luxuriance musicale de Vendeurs d’enclumes à un sacré numéro en solo et le toulousain rare et indispensable Grabowski. Donc en janvier, reprise en douceur avant d’attaquer le  festival Détours de chant qui commence le 27 janvier (et je t’en reparlerai). D’ici là, tu pourras voir ou revoir des artistes que j’ai déjà chroniqués ou évoqués sur Hexagone. La seule nouveauté à découvrir : Mélinée une chanteuse française qui vit à Berlin. Le spectacle à ne pas rater : All’arrabbiata. Comme d’hab’, une sélection subjective et éclectique que je te détaille ci dessous, par lieu.

Rappel : pour te donner envie de voir ces concerts un clic sur le nom du groupe et tu te trouves sur le site ou sur le dernier article publié, un clic sur le nom du lieu et tu obtiens son site pour les infos pratiques.


Le Bijou

Photo Michel Gallas

Photo Michel Gallas

Pour démarrer l’année, le Bijou propose des artistes locaux à découvrir et des langues « régionales ». De Toulouse, Emilie Cadiou, les 7 et 8 janvier, en duo accordéon et contrebass,e une formule que je n’ai pas encore vue. De Toulouse aussi, le 22 janvier, Claire Gimmat, que j’avais découverte en piano solo et qui se produit ici en quartet. une formule que je ne connais pas. De Mazamet, Strange Enquête, duo original tchache et contrebasse, qui vient proposer les 14 et 15 janvier leur nouveau spectacle, rodé l’an passé. Je vous ai déjà vanté les polyphonies occitanes de La Mal coiffée  : elles reviennent les 20 et 21 janvier « Cinq voix féminines. Chants polyphoniques en occitan souvent des traditionnels ou des textes de poètes languedociens. Répertoire magnifié par l’énergie radieuse du groupe, on est souvent pris, happé, conquis par le rendu du travail des voix. Compositions soutenues par une rythmique entraînante à base de percussions. » J’y serai. Les amateurs de chants basques pourront aussi découvrir le duo Berezko le 13 janvier. Sans oublier Osons les auditions publiques mensuelles le mardi 19 janvier, annoncé exclusivement féminin ce mois ci.


Chez ta mère

mélinée-2015-cindy-beuhlahMélinée, le samedi 16. Originaire de Toulouse, Mélinée vit à Berlin depuis 5 ans. Son 1er album, Berline, vient de sortir en septembre. Je l’ai découverte dans l’émission radio Chansomania avec trois chansons et une interview. Puis j’ai écouté son disque avec plaisir. Personnalité, voix agréable, ambiance musicale variée et textes ciselés. A l’écoute on ressent son univers «  mélancomique  », les chansons nous parlent souvent de l’amour avec un grand Aïe ou de sa ville Berlin. Très content d’avoir l’occasion de la voir dans sa formation en trio : elle au chant et à l’accordéon, accompagnée par guitare et contrebasse. De retour sur Toulouse pour quelques jours, elle ne repassera pas de si tôt. Tu viens la découvrir avec moi ?

Les Fils de ta mère les 22, 23 et 24 janvier pour leur premier spectacle de l’année. Je t’en dis pas plus car le répertoire choisi n’est pas encore officiellement annoncé.


Théâtre du Grand Rond 

Allarrabbiata 01Cabaret All’arrabbiata du 5 au 16 janvier (relâche dimanche et lundi). D’habitude je t’annonce les apéros concerts de chanson francophone. Et là ? non ! Cela se passe à 21h dans la salle de théâtre. Et c’est le cabaret All’arrabbiata, texte satirique et chansons en italien. Un spectacle extraordinaire dont Hexagone, le premier t’a parlé pour sa naissance à la fin 2014. Un spectacle à la sauce relevée, piquante, qui reste en bouche et procure du plaisir. « Depuis longtemps, je n’avais plus vu un spectacle aussi fort, aussi prenant. Les textes sont cyniques, d’une grande intelligence et d’une âpre dureté. Chaque scène débute comme une fable, l’histoire semble excessive dans son traitement, et l’imagination débordante. On sourit, on rit. Cela parle du pouvoir, du rapport entre les dominés et les dominants, des dominés qui ne se révoltent pas, de la lâcheté, de la cruauté, de notre non humanité. C’est surtout un spectacle réussi. Les acteurs sont vraiment fantastiques, la mise en scène ne nous laisse pas nous poser, les chansons et leurs mélodies mettent de la gaieté et de l’enthousiasme, l’écriture amène des images surprenantes, l’humour est très présent. Un cabaret satirique à voir, et à revoir. » Et bien tu as dix jours pour le voir ou le revoir. J’y serai au moins un soir.


Théâtre de la Violette

Brassinsolite « Visitation de l’œuvre de Georges Brassens » : chansons de jeunesse inédites, souvent rigolotes voire osées, écrits pamphlétaires, textes non mis en musique. Choix donc d’un répertoire vraiment insolite. Spectacle présenté dans un petit théâtre du nord de Toulouse et que j’ai apprécié il y a deux ans aux apéros concerts du Grand Rond. Le duo, plutôt loufoque, est composé d’Anne Bourgès et de Nicolas Dimier, chanteur déjà vu dans plusieurs formules et notamment il y a quelques années dans Le duo parleur avec Emilie Perrin désormais Reine des aveugles (voir un peu plus bas).


Dans les bars de Toulouse

mdsodmMarcel Dorcel & son orchestre de merde. Trio masculin. Des reprises de chansons de variétés françaises connues traduites en … français mais à leur sauce. C’est trash, c’est gras et c’est très rigolo. Jouissif et inventif. Décontracté et professionnel. Depuis plus de deux ans, ils écument les bars Toulousains où un noyau d’aficionados, qui grossit chaque fois, les suit en demandant certains titres, déjà cultes. Un groupe qui ne se prend pas la tête et ne se refuse rien. Je te recommande, entre autres, le détournement des Anarchistes de Ferré, La chasseuse à partir du Chasseur de Delpech, et Mon amant de Sigean issu de Mon amant de Saint Jean. Derrière la «déconnade» se cache le travail, et on découvre des textes bien écrits, aux jeux de mots réussis. A voir au moins une fois. En janvier, ils se font une tournée des bars toulousains.  Le 07 janvier au Txus, Le 08 à l’Evasion, Le 10 au Cactus, le 24 à l’Esquinade (à 12h pour le brunch du dimanche)


Et pas loin de Toulouse : en Ariège 

Photo Michel Gallas

Photo Michel Gallas

La reine des aveugles. Vendredi 8 janvier, à Daumazan (09) Salle Léo Ferré. Là aussi, j’ai vu ce spectacle plusieurs fois et je t’en ai déjà dit du bien « Emilie Perrin – auteur, comédienne et chanteuse – aime la scène et le jeu. Ce spectacle démontre son talent : dérision, humour, satire, textes ciselés, beau travail sur la voix. Un concert très réussi : un univers plutôt noir, une belle présence de la chanteuse comédienne, des chansons originales livrées avec une interprétation personnelle et marquante, de petites anecdotes ou citations bienvenues liées à la cécité s’intercalant entre les chansons. »

Lucien La Movaiz Graine sera lui à Clermont (09) Le Souleilla, le 16 janvier en quartet et le 31 en solo.  « De l’émotion, de l’authenticité, une belle voix : un artiste original et talentueux avec deux spectacles différents et très réussis. »


 

Share With:

mick.hexagone@gmail.com

No Comments

Leave A Comment