HomeReportagesGarçons, s’il vous plaît !

Garçons, s’il vous plaît !

Photo David Desreumaux

Photo David Desreumaux

Le 1er juillet dernier, avait lieu la première de la nouvelle création originale des Trois Baudets, intitulée Garçons. Nouvelle car la formule avait été inaugurée l’an dernier, avec la chanteuse Loane et ses musiciens, qui sous le nom de code Georges, avaient repris avantageusement le répertoire français des années 50-60.

Cette année donc, Les Trois Baudets récidivent en proposant à Cléa Vincent, Luciole et Zaza Fournier de créer à leur tour, du 1er au 26 juillet 2014, un groupe éphémère – Garçons donc – et de se coller au répertoire des années Jacques Canetti, fondateur du lieu. Le cahier des charges est le suivant : reprendre un vingtaine de chansons d’hommes, des années Canetti (47 à 67) aux 3 Baudets donc, qui parlent de femmes.

Photo David Desreumaux

Photo David Desreumaux

Pareil exercice n’est jamais simple et la liste des écueils probables est longue. A trop vouloir coller à la version originale par exemple, il y a le risque de tomber dans la plate et inintéressante copie voire dans la parodie, à trop vouloir s’en démarquer on risque de dénaturer l’objet et de se rendre ridicules. Ces trois filles avaient donc un défi plutôt coton à relever et avouons-le tout net, elles s’en sortent plus que bien !

Déjà, première mention pour la set list. Le piège de reprendre uniquement des standards a été soigneusement évité. Mieux que cela, nous avons droit à un vrai choix intelligent, savamment dosé entre chanson littéraire de tradition et incursion dans les balbutiements des yéyés. Yéyés qui comme on le sait finiront par avoir la peau du music-hall à papa. Donc, si l’on retrouve comme c’était prévisible Brassens, Brel, Gainsbourg ou Mouloudji, nos Garçons revisitent également des morceaux pas convenus pour un sou d’un Dick Rivers encore chevelu en 1964 (Rien que toi), Christophe (Je vous salue Madame) ou Jean-Pierre Dujay (Sensual).

Photo David Desreumaux

Photo David Desreumaux

Autre mention, et c’est ce qui fait tout l’intérêt de ce très chouette spectacle ; il s’agit bien d’une revisite des chansons et non pas de quelconques reprises molles enchainées les unes derrière les autres. Les chansons ont été travaillées et retravaillées à la fois musicalement pour en offrir une nouvelle lecture qui parfois nous éclaire davantage que les versions des aînés, mais également retravaillées sur la diction du texte. Je citerai notamment Avanie et Framboise de Bobby Lapointe interprétée à trois qui est transcendée, La chanson de Maxence de Michel Legrand par Luciole et Parce Que de Charles Aznavour chantée avec une classe et une émotion pas piquées des vers par Zaza Fournier seule à l’accordéon, qui disons-le honnêtement l’emporte d’une bonne tête sur ses deux potes garçonnes.

Accompagnée par le seul vrai garçon de l’équipe, Raphaël Thyss, tantôt au piano, tantôt à la trompette, Zaza, Cléa et Luciole alternent dans des interprétations parfois à trois, parfois à 2, parfois seules à tour de rôle. On les voit régulièrement s’éclipser sur les côtés de la scène, cédant ainsi le plateau le temps d’une chanson. Cette mise en scène dynamise le spectacle, offre l’illusion d’un roulement d’artistes répété tant la scénographie joue à la fois sur les lumières et les accessoires vestimentaires. Vestes, lunettes de soleil, chapeaux, etc. Le tout, toujours très mec bien sûr ! Ces choix – et leur mise en application dans une certaine légèreté – laissent apparaitre l’aspect ludique qui se dégage de cet ensemble au même titre que le plaisir pris et l’amusement appliqué des protagonistes.

Donc, tu l’auras compris, Lecteur, si tu passes par Pigalle d’ici le 26 juillet, ne te trompe pas d’adresse. Les trois meufs à voir, c’est ces 4 garçons-là !


Garçons : du 1er au 26 juillet 2014 – (relâche les dimanches et les 5, 12, 14, 21 juillet)
Tarif unique : 10€ // Gratuit pour les détenteurs du Pass Trois Baudets

Les Trois Baudets
64 boulevard de Clichy
75009 Paris
Métro : Blanche


Share With:

hexagone.lemag@gmail.com

Leave A Comment