HomeActuFévrier : les concerts à Toulouse et en Haute-Garonne

Février : les concerts à Toulouse et en Haute-Garonne

Le festival « Détours de Chant » vient juste de se terminer le 2 février. On se dit qu’après 12 jours enchaînés de concerts, nous avons mérité quelque repos. Que nenni ! Voici une sélection d’une quinzaine d’artistes ou groupes pour une vingtaine de concerts jusqu’à la fin du mois.

Les concerts à Toulouse et en Haute-Garonne

mardi 5 : Les Bijoutiers – Le Bijou
jeudi 7 : Matéo Langlois – La Candela
vendredi 8  : MESS – Le Bijou / Kijoté – La Candela
du mardi 12 au samedi 16 : Nicolas Dimier à 19h – Théâtre du Grand Rond
mercredi 13 : Victoria Lud – Le Bijou
jeudi 14 et vendredi 15 : Moran – Le Bijou
samedi 16 :  All’arrabbiata – Itineraire bis
dimanche 17 : à 17h, Michèle Bernard et Frédéric Bobin – Chantons sous les toits à Toulouse
mardi 19 : Jérôme Pinel – Le Bijou
mercredi 20 : Matéo Langlois – Gratentour (31)
jeudi 21  : K ! – Le Bijou
vendredi 22  : Dalèle – Le Bijou
mardi 26 : Chouf & Co – Cave poésie
mercredi 27 et jeudi 28 : Lise Martin & Valentin Vander – Cave poésie
jeudi 28 : Kosh – Le Bijou


Au Bijou 

Waouh : huit spectacles du Bijou dans la sélection du mois !

Victoria Lud © David Desreumaux

Des artistes locaux ou régionaux viennent présenter leur nouveau spectacle : Victoria Lud, Dalèle et Mess. Victoria Lud proposera La belle échappée avec ses habituels acolytes Nicolas Boudes (guitare, chœurs, composition) et Anne-Laure Jouchter (claviers, chœurs). Ils chanteront certainement Eldorado. Dalèle jouera avec ses deux musiciens, Sur le fil son troisième spectacle et album dont la sortie est annoncée en février. Mess, Christophe voix-guitare et Mégane machines-clavier-chœurs, duo de chansons électro, chantera Les radiations de Suzanne Ribbes, après le concert de sortie d’album à l’Espace Job en Novembre.

Moran © Michel Gallas

Ils reviennent à Toulouse : Moran, K! et Kosh. Le québécois Moran jouera, à nouveau en duo de guitares, avec Thomas Carbou, avec ses vidéos, ses histoires personnelles et sa voix rocailleuse. K! (le projet de Karina Duhamel), revient deux ans après, a  priori dans une nouvelle formule, pour jouer La femme en boîte, son album sorti en 2018. Kosh, apprécié il y a deux ans au Printival (voir ici) exprimera sa maîtrise du beatbox et des bruitages, dans un spectacle drôle et inventif.

Jérôme Pinel, habitué de la scène du Bijou avec Strange Enquête, et en décembre dernier avec le spectacle Renaud, récréation libertaire, revient sous son nom pour Les monologues d’un code-barres. Un spectacle, sans musique, annoncé comme une galerie de portraits aux humanités cabossées, pour retrouver la voix et l’écriture particulières de Pinel. Et on démarre le mois avec Les Bijoutières. Késaco ? Au siècle dernier, les bijoutiers se retrouvaient au Bijou pour écrire des chansons et les chanter ensuite. En 2019, cette tradition est relancée avec des chanteurs toulousains (Jérôme Boloch, Murielle Erdody, Michèle Mülhemann, …)


Dans les autres salles de Toulouse

Au Théâtre du Grand Rond, Nicolas Dimier, après  avoir rendu hommage à Georges Brassens et à Jean-Claude Deret, revient avec un autre de ses répertoires préférés, celui de Patrick Font, formidable auteur cinglant et poétique de chansons drôles et souvent émouvantes. A redécouvrir.

Chouf – Chansons à la cheminée © Michel Gallas

A la Cave poésie. Pour ses régulières « Chansons à la cheminée », Chouf et ses invitésproposent un moment entre potes, pour découvrir ou redécouvrir des chansons DU répertoire ou du leur dans leur plus simple appareil, sans micro. A ne pas rater, et pour la première fois à Toulouse : le superbe spectacle de Lise Martin & Valentin Vander : Presque un cri … sur les chansons de Vladimir Vissotsky.  Voici mes notes :  » La force et la beauté des textes et des chansons. Sans micro, dans une ambiance intimiste. L’interprétation magistrale de Lise Martin avec sa voix magnifique. La conviction de Vander et son jeu de guitare. La beauté des chants à deux. Les chansons s’enchaînent sans bonjour, sans parole : un concert court et intense où on a envie de dire bravo à chaque fin de chanson. Un spectacle qu’on souhaiterait voir tourner beaucoup. »

Dans le cadre de Chantons sous les toits, Michèle Bernard avec son accordéon et Frédéric Bobin avec sa guitare, tous deux veant de la région Rhône-Alpes, joueront « Balades croisées ». Ce spectacle, dans lequel ils mélangent leurs 2 répertoires, a été initié lors d’une soirée « Hexagone » à Thou Bout d’Chant (Lyon) en septembre dernier. C’est donc leur première en Haute-Garonne. Plaisir assuré, à ne pas rater.


Dans les bars associatifs ou en appartement

© Michel Gallas

A La CandelaMateo Langlois, jeune artiste talentueux et prometteur, dont je t’annonce régulièrement les concerts, vient de franchir un nouveau palier. Le 25 janvier, il était au Metronum, sélectionné aux auditions régionales des Inouïs du Printemps de Bourges. Le 26, avec une superbe prestation de 40 minutes, il remporte le Prix des Lycéens aux Coups de Pousses de Détours de Chant et il gagne une programmation pour l’édition 2020 du festival. Matéo Langlois multi instrumentiste, – piano, saxophone, boite à rythme, beatbox -, fait de la musique, chante et raconte des histoires originales sur des thèmes très diversifiés avec un grain de voix particulier. Ce poète moderne, très à l’aise sur une scène, improvise, danse et saute. A la Candela, il jouera son concert complet. A aller voir sans attendre. A noter qu’il joue aussi le 20, à Gratentour (31), pour les « midinotes » du mercredi. Kijoté, en duo guitare et contrebasse, lui succédera le lendemain et chantera son album Les Perdants Magnifiques.

A Itineraire Bis, le Cabaret All’arrabbiata continue sa belle carrière méritée après avoir fêté sa centième en novembre dernier. Allez voir – ou revoir – Renata Antonante, Pablo Seban et Lucas Lemauff.

Photo Michel Gallas

Je ne retire aucun mot à cette ancienne chronique : « Depuis longtemps, je n’avais plus vu un spectacle aussi fort, aussi prenant. Construit à base de textes issus de chroniques d’Ascanio Célestini et de chansons de lutte en italien, il procure un grand plaisir de spectateur puis occupe notre esprit durant plusieurs jours. Les textes sont cyniques, d’une grande intelligence et d’une âpre dureté. Chaque scène débute comme une fable. On sourit, on rit, parfois jaune. Cela parle du pouvoir, du rapport entre les dominés et les dominants, des dominés qui ne se révoltent pas, de la cruauté, de notre non humanité. C’est surtout un spectacle formidablement réussi, avec un trio de comédiens chanteurs vraiment fantastiques. La mise en scène ne nous laisse pas nous poser, les chansons et leurs mélodies mettent de la gaieté et de l’enthousiasme, l’humour est très présent. » Le trio, en entretien ici, aura joué la veille à la Halle de Rabastens (81), dans le département voisin.


Photo à la une : Michèle Bernard & Frédéric Bobin © David Desreumaux

Share With:

mick.hexagone@gmail.com

No Comments

Leave A Comment