HomeReportagesLe Printival : Les moments marquants au théâtre de Pézenas

Le Printival : Les moments marquants au théâtre de Pézenas

Le Printival : Les moments marquants au théâtre de Pézenas

Je t’ai déjà parlé de la soirée d’ouverture au Théâtre de Pézenas avec le concert d’Amélie-les-crayons. Alors cet article évoque les moments marquants des jours suivants dans ce superbe lieu.

© David Desreumaux

Tony Melvil le mercredi 12 Avril. Un concert de qualité d’un artiste singulier. Lui  au chant et à la présence particulière, parfois au violon et quelquefois à la guitare. Entre les chansons, il égrène des textes curieux (en fait ce sont des chroniques d’un chanteur désarmé qu’il publie régulièrement sur son site). Un trio à la belle et forte musicalité, et aux accents rock. Des chansons aux thèmes profonds  comme 3m2 descriptif de la vie dans une cellule de prison ou Des miroirs à l’envers. Des moments poignants voire émouvants et d’autres plutôt délirants. Avec des textes souvent au deuxième degré (au moins !) comme Le tango des armes à feu où il dit apprécier d’avoir des armes à la maison, ou comme le bien vu Mourez les vieux quand il propose au public de chanson française à l’âge moyen très élevé de reprendre en cœur le refrain. Parfois le batteur Maxence Doussot, habité et debout, se met à crier. Le guitariste plutôt discret fait à un moment de la percussion sur des barreaux. Tony Melvil, Bravos des Professionnels lors du Festival Alors… Chante ! 2016, a déjà sorti trois E.P ainsi qu’un album jeune public, et on a envie de suivre attentivement son évolution.

© David Desreumaux

Flow le jeudi 13 avril. Ceux qui ne la connaissaient pas ont eu un vrai coup de cœur et un coup au cœur. Ceux qui comme moi, la voient souvent ces derniers temps (c’était le quatrième concert en un an), continuent à apprécier sa force d’interprétation et l’émotion qu’elle procure. Avec cette voix puissante et un peu cassée, cette artiste authentique et entière, la sensibilité à fleur de peau, fait mouche et nous touche au cœur et aux tripes. Le répertoire devient de plus en plus centré sur les enfants avec des chansons aux mots simples sur des sujets forts. Avec son look de punk elle chante sa berceuse, Le sourire d’un môme, qui fait souvent pleurer comme la plus récente Bataclan. Elle se produit en duo, qu’elle appele Les Flow, avec son guitariste choriste hors-pair Etienne Abellion. Souriante sur scène, faisant montre d’une belle énergie, depuis ses derniers concerts, elle se réapproprie de façon extraordinaire Lily de Pierre Perret, et finit par une chanson d’amour Suspendue. Pour ceux qui ne l’ont jamais vue, ne la ratez pas.

© David Desreumaux

La séquence émotion continue avec Camille Hardouin (ex Demoiselle Inconnue) le vendredi 14 avril. C’est l’artiste que je vois le plus en ce moment et tu peux lire un article complet sur trois de ses prestations – en six semaines – dans le dernier numéro de ton magazine trimestriel préféré où tu trouveras aussi sa présentation des chansons de son premier album Mille Bouches qui sort officiellement le 28 avril. Je vais juste insister sur le caractère singulier de ce concert car avec son set plutôt « habituel » on l’a sentie particulièrement émue et heureuse. La cause semble en être la conjonction de la beauté de ce théâtre et de l’intensité du moment car pour la première fois, elle amenait son album dans ses bagages. Après une prestation prenante, elle a invité les spectateurs qui le souhaitaient à venir s’asseoir sur scène autour d’elle (« Le concert est fini. Vous pouvez partir. Vous pouvez aussi venir avec moi« ). Et elle chante a cappella Le partisan de Cohen en anglais et en français, accompagnée par une partie du public. Beau moment d’émotion. Vu le nombre de disques vendus à la fin du concert, l’artiste n’était pas la seule à attendre la sortie de l’album. Allez je vais me répéter mais, comme pour Flow, pour ceux qui ne l’ont jamais vue, ne la ratez pas.

© David Desreumaux

Revenons à la matinée du vendredi 14 avril pour la remise des Coups de cœur de l’académie Charles Cros en chanson francophone pour la deuxième année consécutive au théâtre de Pézenas, dans le cadre du Printival. Les dessinateurs de l’Hélicon (journal quotidien du festival) s’expriment en direct et projettent le résultat sur la scène derrière les chanteurs et le présentateur : de l’humour et de l’impertinence qui font du bien. L’an passé les dessinateurs avaient insisté sur le côté « Muppet show » des membres de l’Academie assis-avachis sur les chaises pendant  la durée de la cérémonie, cette fois-ci l’accent est mis sur les chansons plutôt « plombantes » ou tristes choisies pour cette matinée.

Les neuf lauréats présents chantent deux titres (une seule pour les deux groupes programmés dans le festival Iaross et Grèn Semé) de l’album primé, ce qui est une belle occasion pour le public de découvrir gratuitement ces artistes.

Katel © David Desreumaux

On a particulièrement apprécié Leopoldine HH, récente gagnante du prix Moustaki, d’abord en trio pour Blumen im topf joliment mis en scène, elle avec une petite harpe et ses deux musiciens … sans instrument, puis seule au clavier dans une interprétation d’un texte de Topor (Zozo lala). Un autre moment particulier, Laura Cahen a chanté son premier titre avec trois choristes : Katel (récompensée également pour son album Elégie) et ses deux musiciennes.

Voici ci-dessous la liste compète des artistes récompensés lors du Printival de Pézenas (par ordre alphabétique du prénom dans chaque catégorie, comme sur la publication de l’académie Charles Cros). Tu peux remarquer qu’une grande partie de ces albums ont été chroniqués sur Hexagone, les plus récents le seront probablement. Nota : les artistes présents et chantant lors de cette cérémonie sont indiqués en gras.

Erwan Pinard © David Desreumaux

Coup de cœur spécial : Albin de la Simone – L’un de nous
Albums : Clio – Album éponyme, Erwan Pinard – Obsolescence programmée, Fishbach – A ta merci, Iaross – Le cri des fourmis, Katel – Élégie, Laura Cahen – Nord, Léopoldine HH – Blumen im topf, Octave Noire – Néon, Tim Dup – Vers les ourses polaires, Volo – Chanson française
Francophonie : Charlotte peut-être (Suisse) – Act of man, Lisza (Belgique) – La vie sauvage, Louis-Jean Cormier (Québec) – Les grandes artères, Grèn Sémé (Réunion) – Hors sol


 Au Théâtre de Pézenas (34) pour le Printival Boby Lapointe : Tony Melvil le 12 avril, Flow le 13 avril, Camille Hardouin le 14 avril, la remise des Coups de Coeur de l’académie Charles Cros le 14 avril matin

Share With:

mick.hexagone@gmail.com

No Comments

Leave A Comment