HomeReportagesValentin Vander : trois soirées à Toulouse en novembre

Valentin Vander : trois soirées à Toulouse en novembre

Valentin Vander : trois soirées à Toulouse en novembre

En octobre, le marathon de Galure dans les lieux toulousains en 6 concerts différents. En novembre, voici à nouveau une (mini) tournée intra toulousaine. Cette fois-ci, Valentin Vander, parisien, vient trois jours pour trois prestations différentes. Hé Michel tu vas te spécialiser dans le suivi des tournées… toulousaines ?

Photo Michel Gallas

Photo Michel Gallas

Valentin Vander n’est pas un inconnu pour toi l’Hexagonaute fidèle. Tu as déjà pu lire un article pour sa pratique des goguettes dans Les goguettes en trio mais à quatre et un pour son concert de sortie de l’album de ses compositions aux Trois Baudets.

Etape 1. Osons les auditions publiques mensuelles du Bijou. Un temps contraint : 20 minutes d’intervention pour chacun des six artistes ou groupes. Valentin, en solo avec sa guitare choisit d’interpréter quatre de ses chansons et aucune goguette. Des titres plutôt calmes avec un dernier un peu plus rapide et à tendance plus souriante. Depuis quelques mois, un coup de cœur du public (uniquement honorifique) est attribué par vote. C’est Valentin Vander qui l’a obtenu ce mois-ci. Un bon début pour sa mini tournée. 

Etape 2. Soirée goguette Chez ta mère. Le lendemain. Ce lieu associatif organise, pour la deuxième saison, un mercredi par mois une soirée goguette. Elle est animée par un « chandelier » : Benoit, le chanteur d’un groupe local Sale Pierrot. La goguette tu connais ? On prend une chanson connue, on garde la musique et on change les paroles. Soit sur un thème choisi (ce mois-ci « toujours ») ou souvent sur des sujets d’actualité. Des gens non artistes peuvent venir chanter une goguette sur scène accompagné ici par un guitariste et un accordéoniste.

Photo Michel Gallas

Photo Michel Gallas

Ce n’était pas ma première goguette ici mais j’ai senti un moment particulier ce soir là. Peut-être (surement) en lien avec la proximité du 13 novembre. Mais pas uniquement car quelques goguettes, directement ou pas, évoquaient cet évènement. Non, plutôt à cause (ou grâce) au plaisir d’être ensemble, de chanter, de boire et de partager. La salle était pleine, la bonne humeur présente. En fin de soirée, tout le public reprend des goguettes écrites sur un carnet de goguettes : c’était comme une sorte de communion humaine, un bon moment de plaisir en commun, où l’on rit et où on se défoule en chantant en chœur. Oui une ambiance particulière, plus de personnes que d’habitude se sont lancées sur une ou deux goguettes, les applaudissements étaient plus chaleureux. Valentin est intervenu sur deux chansons accompagné au piano par Clémence Monnier. Une sur le don du sang des homosexuels avec  la musique de 95 fois sur cent de Brassens . L’autre titre, assez surprenant évoque d’abord une cueillette de cerises sans noyau puis les terroristes du 13 novembre qui avaient ces noyaux de cerise au lieu du cerveau. Humour, technique, intelligence et engagement citoyen : deux top goguettes. Clémence Monnier, en piano solo, nous en fait aussi deux superbes, démontrant l’habitude, la maîtrise et le talent des «goguetiers » venus de Paris. Sur la musique de Gotingen, elle traite de l’après 13 novembre sous l’angle BFM et Facebook avec « Le scoop, le choc sensationnel, sans oublier l’émotionnel ce sont de vrais professionnels à BFM à BFM » pour finir par « J’ai plus besoin de chaleur humaine que de BFM que de BFM » Voix, mélodie, textes : un régal ! Et un peu plus tard sur l’air de Avec le temps de Ferré elle nous fait Avec ce temps sur le réchauffement et l’absence d’hiver. Quand je disais que c’était une soirée qui fait « chaud au cœur ».

Etape 3. Concert Valentin Vander Chez ta mère. Il chante accompagné au piano par Clémence Monnier.

Photo Michel Gallas

Photo Michel Gallas

 Il démarre, comme le mardi au Bijou, par Les Bohémiens un superbe  texte de Gaston Couté. Et il continue par Si on savait qui contient le titre de son récent premier album L’audace ou la timidité. Puis il  enchaine sur une subtile « Tu es partie … trop tard » dont on s’aperçoit au fil des couplets qu’il ne s’adresse pas à son ex amie. A l’aise sur scène, avec un bon contact avec le public, une jolie voix et des mélodies agréables il nous délivre un tour de chant qu’un amateur de « chanson française » pourrait trouver classique. Mais, même s’il est centré sur des chansons parlant d’amour de différentes manières, son répertoire révèle différentes facettes. Des chansons de scène et quelques titres à tendance plus comique comme Le chat par exemple mais aussi plusieurs poèmes d’auteurs, qu’il a mis en musique, comme Hugo sur Le vent de la mer. Et il nous surprend par la profondeur et la subtilité sur Les nouveaux Dieux. Un joli accompagnement au piano lui permet souvent de laisser sa guitare et de nous montrer ses qualités d’interprète voire de comédien. Et puis, ce soir-là, un moment spécial, une des particularités du spectacle vivant que j’apprécie, le concert du jour ne ressemblant pas (toujours) à celui de la veille (ou du lendemain !)

Photo Michel Gallas

Photo Michel Gallas

Valentin, peut être un peu inquiet par les informations comme quoi certains parisiens, pourtant peut être plus connus que lui, avaient parfois chanté devant un public clairsemé, et bien il a fait un pari la veille au soir. Il a parié qu’il finirait en caleçon si le nombre de spectateurs dépassait un certain seuil (pari peut être dû à la bière ou à la « chaleur » de la soirée goguette). Je ne pense pas que c’était lié mais effectivement les spectateurs étaient là, en nombre, et il… a dû tenir sa promesse (d’où les photos que tu ne devrais pas voir à chaque concert de Vander !). Ce pari a été un peu le fil rouge de la soirée, il en a joué pendant le temps du concert, a enlevé quelques boutons à sa chemise, et puis un peu plus au moment du rappel. Donc une soirée particulière mais surtout un bon concert.

Valentin Vander, après ces trois soirs toulousains, continuera sa tournée dans le  Sud Ouest en allant chanter à Anéres dans les Pyrénées, bourgade qui a la spécificité d’organiser en août le championnat du monde des goguettes, puis dans le Gers. Ce jeune artiste, qui m’impressionne dans les goguettes, a vraiment beaucoup d’activités. Les goguettes, son tour de chant qui concrétise l’album et aussi des spectacles pour enfants. Il était à Avignon cet été avec La Cigale et la Fourmi (et autres Fables de La Fontaine) des textes du fabuliste avec un format plutôt décalé. Et il a écrit un autre spectacle pour enfants, joué à Paris ces derniers mois. Peut-être lui faudra-t-il choisir sa voie /voix principale. En tout cas on le reverra avec plaisir dans quelques mois pour apprécier l’évolution.


Photo Michel Gallas

Photo Michel Gallas


Valentin Vander à Toulouse – le 17 novembre pour Osons au Bijou, le 18 novembre pour Ta mère, la goguette ! et le 19 novembre en concert Chez ta mère.


Rappel : un clic sur une photo elle s’agrandit, un clic sur un titre de chanson en gras et tu regardes la vidéo Hexagone de ce titre.

 

 

Share With:

mick.hexagone@gmail.com

Leave A Comment