HomeActuBarbara Weldens gagne les Découvertes Pause Guitare

Barbara Weldens gagne les Découvertes Pause Guitare

Photo Michel Gallas

Barbara Weldens gagne les Découvertes Pause Guitare

Sur Hexagone on avait quitté Barbara Weldens avec le reportage sur son superbe concert en avril à Pézenas terminé par une standing ovation du public du Printival. On la retrouve ce samedi 11 Juillet à Albi aux découvertes du festival Pause Guitare.

Photo Michel Gallas

Photo Michel Gallas

Et elle gagne : le Prix du public & le Prix des Pros. Pour moi ce n’est pas une surprise, mais plutôt une évidence comme Emilie Marsh au Pic d’Or à Tarbes en mai. Les cinq sélectionnés se produisent sur vingt cinq minutes. Le set de Barbara, bien construit, sur cinq chansons seulement, révèle plusieurs facettes de son talent. Son univers particulier qui peut paraître sombre et bizarre, ses textes intenses et sa vision de la relation homme femme, sa voix qui peut aller jusqu’au lyrique, sa maîtrise de la scène et aussi son humour. Illustré ce jour par Où sont mes nichons ?  « plus légère et humoristique » mais pas que. Weldens, une artiste en mouvement. C’est la troisième fois que je la vois en trois mois. Un choc et un plaisir à chaque prestation. Aucun concert identique. Ici, une part de nouveau par rapport au concert de Pézenas.

Photo Michel Gallas

Photo Michel Gallas

Elle termine par une chanson inédite pour moi, déjà presque chanson bilan de la vie passée, pas très positif mais qui se termine par « J’ai un rêve qui me tient Je le lâche pas. Ça doit vouloir dire ça vivre j’en sais rien Ça me fait peur mais je lâche pas ». Sûr, un rêve qui donne une artiste d’une telle intensité il ne faut pas le lâcher. Continue Barbara ! Je pourrais reprendre les termes utilisés sur le reportage précédent (que c’est bien le copier-coller pour un journaliste flemmard qui écrit en partant en vacances !) mais comme je suis un chroniqueur consciencieux je l’adapte un peu au set. « Weldens, une sorte d’ovni de la chanson, un phénomène vocal, une force et une énergie phénoménale. Un personnage étonnant. Elle chante pieds nus, mais apporte, sur la scène, une paire de chaussures rouges à talon haut. Silhouette androgyne aux bras musclés, c’est une tornade sur scène. Avec des textes intenses, sa chanson est un cri, souvent déchirant

Photo Michel Gallas

Photo Michel Gallas

Après le concert, elle me dira son émotion d’avoir « la reconnaissance du public et des pros. » Elle me confirmera se sentir sur la bonne voie (pour la voix il me semble que c’est fait depuis un bon moment !). Car elle se sait bien épaulée par Barbara Hammadi et Christophe Boucher qui sont plus que des accompagnateurs, en fait de véritables acolytes partenaires qui « participent à part entière à la création du projet. » Elle me dit aussi être bien encadrée par Dany Lapointe (la directrice du Printival) qui s’occupe d’elle et «me donne confiance en moi». Elle évoquera aussi, avec gourmandise, la prochaine étape : un véritable album. A ce jour seul existe, pour le projet actuel à trois, un EP de démo de quatre titres. Les deux prix, gagnés à Albi, en espèces sonnantes et trébuchantes vont certainement donner un coup de fouet à cet objectif. Ce qui m’a frappé lors des deux petits échanges avec Barbara c’est son naturel, et un côté presque fragile qui n’apparaît absolument pas sur scène.

Photo Michel Gallas

Photo Michel Gallas

Sur les autres participants je retiendrai K (Karina Duhamel) qui a gagné, elle aussi, une prestation sur une scène pour la prochaine édition du festival Pause Guitare. Là aussi, les spectateurs ont découvert un univers personnel, une personnalité forte, des chansons marquantes comme Entre mes jambes et Adultère (histoire macabre mais joliment écrite et distillée où la chanteuse annonce avoir tué et rangé toutes les femmes croisées par son homme, chanson qui à chaque fois fait son effet sur le public). J’ai encore à me faire un peu au coté bidouilleuse de sons, et aux machines dont elle s’entoure. Après les découvertes, parlons un peu du festival à travers son président Alain Navarro. Le festival, 19ème édition en 2015, a pris un tournant depuis quelques années. Il se place désormais dans les grands festivals nationaux et a de prestigieuses têtes d’affiches internationales et françaises. Tu sais que je ne vais pas te parler d’eux dans Hexagone. Mais lors d’un bref échange avec Alain Navarro au Pic d’Or de Tarbes quelques semaines auparavant il m’avait cité deux caractéristiques qu’il est intéressant de noter.

Photo Michel Gallas

Photo Michel Gallas

D’abord Pause Guitare a une forte part de financement privé, garant peut être de sa pérennité. Ensuite le succès des têtes d’affiche, sur la grande scène plein air avec une jauge de 11 000  places, lui permet de continuer à promouvoir une scène chanson francophone d’artistes émergents. Cela se concrétise, entre autres, depuis neuf ans, par les Découvertes Chanson, dont je viens de te parler. Elles permettent aux artistes en développement d’être vus par des professionnels, des journalistes et par le public. Mais aussi par les Québécofolies, depuis 4 ans, plateau découverte de cinq artistes québécois francophones dont cette année Les tireux d’roches.  Et également des concerts gratuits où on a pu voir, entre autres, Boule (je t’en reparlerai à l’occasion), le Bruit qui court, Laurent Montagne et Daniel Léger. Et pour finir  une scène Talent qui regroupait Jesers, le gagnant des découvertes de l’an passé, Nevché et Karimouche. Pour terminer cette chronique sur les Découvertes je laisse aussi le dernier mot à Alain Navarro au moment de la remise des prix.

Il a rendu hommage au talent de découvreur du festival Alors Chante, mais surtout il a souhaité bon vent au nouveau capitaine du navire Dominique Janin qui a refusé que le bateau s’échoue et qui désormais le mène dans une nouvelle direction en l’amarrant à Castelsarasin (bon c’est pas tout à fait ce qu’il a dit mais j’ai essayé de garder l’esprit). Petite anecdote : Barbara Weldens était dans les 12 sélectionnés des Découvertes Alors Chante mais vu la suppression du festival cette année à Montauban les « découvertes » n’ont pas pu avoir lieu sur scène comme d’habitude avec des prestations d’environ 40 minutes mais par un vote internet à partir d’écoutes de chansons.

Photo Michel Gallas

Photo Michel Gallas


Barbara Weldens Découvertes Pause Guitare à Albi (81)  samedi 11 juillet

Share With:

mick.hexagone@gmail.com

No Comments

Leave A Comment