HomeReportagesC’est Lior, Monseignor

C’est Lior, Monseignor

C’est Lior, Monseignor

Une chaise au milieu de la scène, six petites cloches de couleur positionnées en demi-cercle devant, un hang, un ukulélé, et quelques petits autres objets autour. Lior Shoov arrive du fond de la salle, dans le dos des spectateurs, doucement, s’accompagnant avec une kalimba. Seule, en acoustique, des micros d’ambiance suspendus au plafond permettant une excellent sonorité, elle grimpe sur la scène et c’est parti.

Photo Flavie Girbal

Photo Flavie Girbal

C’est pas vraiment de la chanson, ce n’est pas tout le temps francophone c’est plutôt … inclassable. Et c’est un grand moment de scène. Venue des arts de la rue, et clown de formation, bonne bouille, sourire charmeur, elle joue avec son corps, fait de grands mouvements avec ses bras, émet de curieux sons de bouche et parle de façon directe avec son public. Elle chante, percussionne, improvise sur le fil, fait rire, et joue de plein d’instruments dont certains n’en sont pas mais le deviennent. Oiseau tombé du nid, avec son visage expressif et sa façon de nous regarder, et aussi extra-terrestre avec ses propositions musicales venues d’ailleurs. Une citoyenne du monde qui chante les voyages, la liberté. Elle parle d’elle, dans ses chansons, dans ses interventions « je m’appelle Lior, je viens d’Israêl, je chante depuis 7 ans« , elle présente le morceau qu’elle fait en hébreu comme un appel à la paix. Musicienne multi instrumentiste : 2 ukulélés, tubes en plastiques, harmonica, hang dont elle obtient une belle musicalité, petites clochettes de couleurs, jouet, un instrument à musique pour enfants … tout est prétexte à faire de la musique, à chanter, et à faire le spectacle.

Photo Flavie Girbal

Photo Flavie Girbal

Elle fait des percussions et des sons avec un peu tout … et sa voix est marquante ! Quand elle fait tourner de plus vite en plus vite un tube autour d’elle en créant un son musical elle chante « je fais du vent du vent devant les gens« . Tout en sensibilité, et en émotion, elle nous emmène loin  « je nage dans les nuages« . Elle compose et chante en anglais, en français et en hébreu. Parfois entre les chansons Lior regarde le public avec un sourire en coin, de temps en temps, elle fait un son avec un jouet qui fait du bruit, elle finit en frottant un sac en plastique à qui elle s’adresse en chantant « toi qui es si léger ». C’est original, humain, talentueux, inventif, musical !. Un spectacle à la fois très travaillé et laissant une certaine place à l’impro. Le public est surpris, ému, suspendu et enthousiaste, il rit, est heureux d’être là. Avec une formidable dose d’humanité, un spectacle original voire unique, ce talent brut ne laisse personne indifférent. Parfois, elle s’arrête pour dire que la réaction du public la déstabilise, nous parle de sa recherche d’artiste et d’humain, et effectivement ce concert est une sorte d’expérience pour elle et … pour le public ; mais c’est une expérience réussie.

Photo Flavie Girbal

Photo Flavie Girbal

En rappel, elle dit qu’elle souhaite terminer avec une chanson en français car même si elle ne se sent pas « chanson » elle apprécie de jouer dans ces lieux « scène chanson » avec un public très attentif. Et elle reprend Mon amour, mon ami de Marie Laforêt. Venue complètement inconnue en février, elle a conquis public et patrons du Bijou qui l’ont reprogrammé juste 6 mois plus tard. Effet du bouche à oreilles et aussi de sa prestation aux Découvertes d’Alors Chante à Montauban en mai dernier : elle se produit deux  soirées consécutives avec une salle comble et . .. un public enchanté  qui lui fera une « standing ovation » dès le premier soir. Elle nous a dit qu’elle partait chez elle en Israel, peu après le concert, après un an d’absence. Quand elle reviendra en 2015, ne la ratez pas, partez en voyage avec elle dans un de ses concerts. Un voyage à recommander à tous.

Petit nota : les photos et la vidéo proviennent du concert du vendredi 5  décembre à La Menuiserie à Pantin ; le texte chronique le concert du vendredi 12 décembre au Bijou à Toulouse. Hexagone couvre de plus en plus … tout l’hexagone !


Share With:

mick.hexagone@gmail.com

Leave A Comment