5 C
Paris
jeudi, avril 15, 2021

Buy now

- publicité -spot_img
Home Blog Page 72

Avignon Off : Clément Bertrand

4

Oui, je sais l’automne arrive, aussi je te propose un retour vers l’été et la chaleur. Nous revenons à Avignon, au théâtre de l’Arrache-Cœur, lieu référence du Festival Off pour la chanson, qui lui consacre pendant trois semaines une salle et 9 concerts par jour ! Cinq de ses concerts, font partie de l’opération Talents Adami. Et l’Adami a mis, mes amis, des talents : Nicolas Jules (dossier du n°4 d’Hexagone), Amélie-les-crayons avec son formidable et vivifiant spectacle déjà chroniqué ici, l’étonnante Ottilie B – belle découverte pour beaucoup – et Hildebrandt.  J’ai choisi de te parler du concert et du talent de Clément Bertrand.

© Nicolas Blanchard

Ceux qui l’avaient vu quelques temps voire quelques années auparavant ne trouveront plus de piano sur scène, l’artiste se présente désormais en duo de guitares. Clément Bertrand, physique de rugbyman, regard baigné d’humanité, écriture de poète, voix rauque et sensibilité à fleur de Peau (bleue) – Peau Bleue titre de son dernier album et de ce spectacle. En début de concert, il nous prend par la sensualité avec Ta nuque. Un peu plus tard, il ajoute l’érotisme quand il décrit les nuits de sa compagne en son absence (Le toucher, inédite sur album) « Lorsque son mec est parti, mon amoureuse se touche /… Elle va sa main caressant sous le tissu qui la contient / … Elle se bat contre la nuit / Et c’est le jour qui la couche ».  Cœur et corps en forte proximité :  « d’un seul geste on peut toucher / Et ton sein et ton palpitant » (Perles de sueur). Chaleur des mots crus dans la chaleur Avignonnaise. Les thèmes du concert sont les femmes et les femmes, l’amour (parfois amer), la mer et la mort. Cet habitant de l’île d’Yeu, colosse à la plume océane et imagée, nous envoie des vagues de tendresse et d’amour.

© Nicolas Blanchard

Attaché aux femmes (de sa vie) et de sa famille, il les dessine d’abord avec la joliment nostalgique Les seins de ma mère, avouant avoir parfois, depuis qu’il est grand, le sentiment d’être abandonné et se demandant « s’il y a bien une vie après l’enfance ». Puis dans une touchante lettre à sa sœur (Branleuse) partie vivre ailleurs, il se décrit comme : « Ton frangin la tendresse un peu picoleuse ». Attaché à son île, il nous en décrit deux aspects très différents : la mer dans le saisissant Chporgne « Un ciel poète / se fout en rogne / Et tombe en mouettes … / Du large barge / Un récif grogne / Ecumant d’rage » ; un bistrot réagissant à un avis de décès collé au carreau dans Fleurs naturelles.  Ne crois pas que cet artiste soit triste ou plombant. Dans les moments gris, il a sa solution, il se « soigne à l’amour » et nous dit Chantons donc pour « Donner l’Humanité humaine / Et quatre jeudis aux semaines ». Je le pense attaché aussi à l’amitié, il suffit de capter ses regards fraternels à son guitariste qu’il appelle « Mon Nono » sur scène. Celui-ci, Nolan Rivetti, aussi jeune qu’excellent, électrise et valorise les mots de Clément. Et il profite d’Avignon, pour jouer du banjo sur scène pour la première fois.

© Nicolas Blanchard

Clément présente parfois son prochain titre, avec souvent la main dans les cheveux (expression d’une certaine pudeur ?). D’ailleurs son répertoire ne nécessite ni une mise en scène particulière ni un éclairage sophistiqué :  la chanson poésie-émotion et la guitare électrisante emplissent oreilles et cœurs et bleuissent la peau des spectateurs.

Sur les trois semaines du festival, ce n’est pas le concert qui a attiré le plus de monde, et c’est bien dommage, mais ce n’est pas grave car les spectateurs présents en sont sortis le cœur chaviré et les yeux plus brillants. Ils s’en souviendront, et en parleront (tiens, la preuve avec cette petite chronique). Si tu ne me crois pas hexagonaute parisien, vas voir Peau Bleue au Forum Léo Ferré les 12 Octobre, 9 novembre et 7 décembre. Et pour toi, hexagonaute de la région Ouest, il sera au Festival Chant’Appart en février et mars 2018. 


Le 14 juillet Clément Bertrand à L’Arrache-coeur lors du festival Off d’Avignon. Un grand merci à Nicolas Blanchard pour les photos de scène de cette première collaboration.

Jules et le Vilain Orchestra à Ludolac

0

Une fête au début de l’été, en plein air, près d’un lac, avec des animations et deux concerts gratuits dont celui de Jules et le Vilain Orchestra qui l’accompagne (une programmation concoctée par l’association Algorithme qui avait déjà reçu Jules en octobre 2015). Tout était prêt pour une belle journée conviviale et familiale. Tout sauf le soleil, car le temps très orageux a fait durer le suspense sur la tenue du concert en fin de journée.

© Lisa Bernat

Jules arrive sur scène avec ses six « vilains » musiciens. Les locaux se rapprochent doucement de la scène en voyant arriver un orchestre. Ils pensent peut être écouter un orchestre de bal, voire un orchestre à deux balles. Or cet orchestre, c’est de la balle ! Ces musiciens assurent musicalement (section cuivre, basse et guitare, batterie et clavier) et s’impliquent sur des superbes chœurs. Et cet orchestre, au top, est au service d’un véritable show-man : Jules, superbe voix, grande activité et puissante présence.

Ce show-man doublé d’un rockeur de variété, aime la scène sur laquelle il exulte. Ce soir, il a choisi dans son répertoire des titres plutôt rythmés et gais. Il est drôle et sait embarquer le public. Très vite, il le fait participer notamment avec T’es chiante qui, comme son titre ne l’indique pas, ne s’adresse pas à sa compagne. Le public, désormais regroupé devant la scène, reprend naturellement les refrains. Sur des musiques joyeuses, et des refrains entraînants, la voix en avant, Jules énonce des textes forts. L’air de rien, il fait passer plus de messages et d’humanité que certaines chansons dites « engagées ». Comme par exemple, quand il évoque la femme, bonne à tout faire, vue par son homme (Thérèse), et quand il fait le descriptif du petit chef (Léon). Le sommet est atteint avec Par amour, une des chansons les plus frontales entendues contre les religions.

© Lisa Bernat

Il laisse également entrevoir sa nostalgie, du temps (Quand j’étais jeune) où « Pour écouter de la musique / Il fallait acheter des disques » en reprenant le dernier refrain sur la musique d’’Envole-moi de Goldman. A la fin de son concert, il enchaîne par son « ex-futur tube » C’est cher mais c’est bon avec, sur le refrain, une jubilatoire traversée de scène des trois guitaristes et une chorégraphie adaptée pour le public « genoux, côté, en haut les mains ». Maîtrisant la scène, il est à l’écoute des réactions du public. A un spectateur un peu éméché, comme on en voit souvent dans les concerts plein air, il emprunte son chapeau et le met dans sa poche (le spectateur, pas le chapeau). Quand il voit deux couples se mettre à danser le rock, il décide de reprendre ensuite Pas de Boogie Woogie chantée par Eddy Mitchell, titre absolument pas prévu dans sa set liste. Improvisation judicieuse puisque d’autres couples rejoignent les premiers danseurs. D’ailleurs, on voit bien qu’il aime cela le Jules : que son public participe, chante et danse, en interaction avec la scène.

© Lisa Bernat

Le public n’était pas uniquement composé de locaux qui ne le connaissaient pas. Jules est un artiste attachant, au public fidèle. Certains professionnels ont quitté pour une soirée le festival Pause Guitare et Albi pour venir le saluer et voir le concert, comme les patrons du Bijou à Toulouse, le directeur du festival Semaphore en Chansons et celui de la salle La2deuche. On rencontre aussi le fan-club régional (bonjour Laeti) et des passionnés de chanson dont une ambassadrice d’Hexagone (bonsoir Laure). Bien après le concert, sous une tente, une guitare passe entre différentes mains pour différentes voix et arrive dans celles de Jules. Il joue du Goldman, du Nino Ferrer, du Renaud, etc. Vu sa belle et grande connaissance de la «variété de qualité », il pourrait écrire une rubrique régulière sur les albums marquants (ah mon oreillette me dit que c’est déjà le cas tous les trimestres dans le magazine Hexagone !). D’ailleurs, il a créé un nouveau spectacle interactif, sous forme d’un blind-test, le Jules Box. Sans que l’on ait besoin de mettre une pièce dans la machine, Jules et ses musiciens, délivrent comme une discothèque idéale des chansons francophone de 1950 à nos jours, bien sûr remaniées, malaxées et réinventées.

En synthèse, s‘il joue vers chez toi, ne le rate pas ; s’il joue beaucoup plus loin et bien déplace toi, tu ne le regretteras pas.


Samedi 8 juillet : Jules et le Vilain Orchestra à Ludolac St-Lieux-lés-Lavaur (81). Quelques prochains concerts : Vedettes tour (avec le Vilain Orchestra) : le 7/10 à St Germain en Laye (78) pour l’Estival et le 11/11 à Bruxelles (B). Le Jules Box : le 17/10 à Achères (78).

Un grand merci à Lisa Bernat pour les photos en espérant que cette collaboration soit la première d’une longue série pour les concerts sur Toulouse et ses environs. Six bises de remerciement à Laeti Guiraud pour sa pertinente et bienveillante relecture.

L’Estival de Saint-Germain-En-Laye : l’édition des 30 ans !

1

Festival majeur de l’automne en région parisienne, l’Estival de Saint-Germain-en-Laye délocalise certains de ses événements à Poissy, au Vésinet ou au Pecq. Cette année, l’Estival fête sa trentième édition, du 22 septembre au 7 octobre. Pour « l’Estival – Festival des Musiques », cette date anniversaire mettra bien sûr l’accent sur ses « trente ans de musique et de chanson », mais sera une nouvelle occasion pour l’équipe de passionnés de proposer au public une belle palette de têtes d’affiche pour des prix raisonnables allant de 22 à 40 €. Fervent acteur de la Fédération des festivals de la chanson francophone et soutien actif de l’académie Charles-Cros, l’Estival inscrit une large part de son action dans l’encouragement et l’émergence de nouveaux talents. Une trentaine de concerts seront gratuits et permettront au public de découvrir des artistes plus ou moins connus tels que Gauvain Sers, Volo, Amélie-les-crayons, etc.

Anniversaire oblige, le festival se clôturera avec Le Chœur Dédicace et une création autour de trente années de chansons à l’Estival. Parmi ses membres, le chœur devrait enregistrer la présence de Yael Naim, Tryo, Clarika, Presque Oui, et Jules & le Vilain Orchestra. Une édition 2017 à ne pas rater !


Programmation partielle : Olivia Ruiz, Ben l’Oncle Soul, Jane Birkin, François Morel, Oldelaf et Alain Berthier, Jacques Haurogné, Wally, Radio Elvis, Audrey et les Faces B – Basha Slavinska, Cyril Mokaiesh, Leïla Huissoud (en photo – © David Desreumaux), Sarah Toussaint-Léveillé, Samuele, etc.

Festival l’Estival : du 22 septembre au 7 octobre 2017.

Tarifs : gratuit, 10 €, 22 €, 25 €, 30 € et 40 €.

Hexagone la webradio : la grille & la première playlist.

9

Nous l’annoncions il y a quelques jours sur les réseaux sociaux, Hexagone fait sa rentrée en se dotant d’une webradio 100% chanson, 100% plurielle. Après trois ans et demi d’existence, à rendre-compte de nos découvertes par le biais du site ou de la revue, la création de cette webradio nous a semblé essentielle. Nous autres, à la rédaction, nous avons la chance de pouvoir écouter toutes ces jolies chansons – trop peu diffusées – qui se créent en permanence, mais pas le lecteur. Et puis, parler de découvertes sans donner le moyen de les écouter, c’est un peu dommage. Alors, pour davantage de partage, on s’est dit que cette radio devait exister. C’est un moyen d’accès simple à l’effervescence de cette scène chanson. Cette station sera plurielle parce que la chanson est une esthétique de la diversité. Pas question de tirer les draps plus d’un côté que de l’autre. Il y aura de la chanson littéraire – à l’ancienne diront certains – de la pop, du rock, de l’électro, du slam, de la variété, tout ce qui fait la « chanson ». « Chanson », un mot qui effraie aujourd’hui et que beaucoup renvoient – à tort – dans la naphtaline. Nous tâcherons donc d’ouvrir large le spectre artistique et de proposer ce qui se fait d’intéressant (et il y a matière !) aujourd’hui sans oublier d’où l’on vient. Je n’en dis pas davantage, la grille ci-dessous parle d’elle-même.

Il n’y aura pas d’animateurs sur la radio. Le but est avant toute chose de diffuser de la chanson (24 h / 24). Nous diffuserons un flash info en début de matinale, un autre à midi et un dernier à 19 heures pour rester connecté à l’actualité tout de même…

Pas d’animateurs, cependant, il nous arrivera de prendre des directs. Lorsque ce sera le cas, nous préviendrons par le biais des réseaux sociaux. Cette radio ne fait que naître, beaucoup de choses sont encore à créer, à imaginer et il va sans dire que ce canal se modifiera au fil du temps dans le but d’être le plus pertinent et au plus proche des attentes des auditeurs. A présent, la grille. Un peu plus bas, la playlist.

Grille de la webradio Hexagone. Rentrée 2017-18

La grille
Lundi
9h-12h : La matinale. Tous les jours, après le flash info, une matinée en chanson mêlant la playlist et une large sélection de morceaux chanson, pop, rock, etc. De temps en temps, des petites interviews d’artistes ou d’intervenants de la filière chanson.

12h-12h30 : 100% découvertes. Rien que des artistes en émergence et à découvrir.

12h30-13h30 : L’album de la semaine. Toutes les semaines, un album à découvrir en intégralité.

13h30-14h : Destination Rive-Gauche. Retour au temps des cabarets, de l’après-guerre et de la naissance d’une nouvelle forme de chanson humaniste, encore vivace aujourd’hui.

14h-15h30 : C’est plutôt chanson. Pendant une heure et demie, un mélange de titres typés chanson : découvertes, standards, monstres sacrés, etc.

15h30-16h : Poasis. La pause poésie et littérature. Tous les jours une petite dose de poésie ou de littérature parce que la chanson vient aussi de là…

16h-16h30 : Cap Francophonie. 100% de titres d’artistes hors Hexagone.

16h30-18h : La playlist. Pendant une heure et demie, découvre la playlist d’Hexagone. La playlist, ce sont 100 titres sélectionnés par la rédaction parmi les nouveautés mais pas seulement. Tous les mois, un nouvellement de trente titres est effectués.

18h-19h : Les découvertes de 18h00. Rien que des artistes en émergence et à découvrir.

19h-21h : Avant de sortir. Tous les jours, après le flash info, un début de soirée en chanson mêlant la playlist et une large sélection de morceaux chanson, pop, rock, etc. De temps en temps, des petites interviews d’artistes ou d’intervenants de la filière chanson.

21h-23h : L’heure du concert. Durant toute la semaine, à 21h, c’est l’heure du concert de la semaine.

23h-23h30 : Poasis. Rediffusion du jour.


Mardi
9h-12h : La matinale. Tous les jours, après le flash info, une matinée en chanson mêlant la playlist et une large sélection de morceaux chanson, pop, rock, etc. De temps en temps, des petites interviews d’artistes ou d’intervenants de la filière chanson.

12h-12h30 : 100% découvertes. Rien que des artistes en émergence et à découvrir.

12h30-13h30 : L’album de la semaine. Toutes les semaines, un album à découvrir en intégralité.

13h30-14h : Destination Rive-Gauche. Retour au temps des cabarets, de l’après-guerre et de la naissance d’une nouvelle forme de chanson humaniste, encore vivace aujourd’hui.

14h-15h30 : C’est plutôt pop & rock. Pendant une heure et demie, un mélange de titres typés pop & rock : découvertes, standards, monstres sacrés, etc.

15h30-16h : Poasis. La pause poésie et littérature. Tous les jours une petite dose de poésie ou de littérature parce que la chanson vient aussi de là…

16h-16h30 : Dans la revue ce trimestre. 100% de titres d’artistes présents dans le numéro du trimestre en cours.

16h30-18h : La playlist. Pendant une heure et demie, découvre la playlist d’Hexagone. La playlist, ce sont 100 titres sélectionnés par la rédaction parmi les nouveautés mais pas seulement. Tous les mois, un nouvellement de trente titres est effectués.

18h-19h : Les découvertes de 18h00. Rien que des artistes en émergence et à découvrir.

19h-21h : Avant de sortir. Tous les jours, après le flash info, un début de soirée en chanson mêlant la playlist et une large sélection de morceaux chanson, pop, rock, etc. De temps en temps, des petites interviews d’artistes ou d’intervenants de la filière chanson.

21h-23h : L’heure du concert. Durant toute la semaine, à 21h, c’est l’heure du concert de la semaine.

23h-23h30 : Poasis. Rediffusion du jour.


Mercredi
9h-12h : La matinale. Tous les jours, après le flash info, une matinée en chanson mêlant la playlist et une large sélection de morceaux chanson, pop, rock, etc. De temps en temps, des petites interviews d’artistes ou d’intervenants de la filière chanson.

12h-12h30 : 100% découvertes. Rien que des artistes en émergence et à découvrir.

12h30-13h30 : L’album de la semaine. Toutes les semaines, un album à découvrir en intégralité.

13h30-14h : Destination Rive-Gauche. Retour au temps des cabarets, de l’après-guerre et de la naissance d’une nouvelle forme de chanson humaniste, encore vivace aujourd’hui.

14h-15h30 : Je m’voyais déjà. Pendant une heure et demie, uniquement des morceaux de celles et ceux qui ont fait le music-hall depuis le début du 20ème siècle jusqu’aux grandes heures de Bobino et de l’Olympia version Bruno Coquatrix.

15h30-16h : Poasis. La pause poésie et littérature. Tous les jours une petite dose de poésie ou de littérature parce que la chanson vient aussi de là…

16h-16h30 : L’heure des mioches. Des chansons pour les plus petits et leurs parents.

16h30-18h : La playlist. Pendant une heure et demie, découvre la playlist d’Hexagone. La playlist, ce sont 100 titres sélectionnés par la rédaction parmi les nouveautés mais pas seulement. Tous les mois, un nouvellement de trente titres est effectués.

18h-19h : Les découvertes de 18h00. Rien que des artistes en émergence et à découvrir.

19h-21h : Avant de sortir. Tous les jours, après le flash info, un début de soirée en chanson mêlant la playlist et une large sélection de morceaux chanson, pop, rock, etc. De temps en temps, des petites interviews d’artistes ou d’intervenants de la filière chanson.

21h-23h : L’heure du concert. Durant toute la semaine, à 21h, c’est l’heure du concert de la semaine.

23h-23h30 : Poasis. Rediffusion du jour.


Jeudi
9h-12h : La matinale. Tous les jours, après le flash info, une matinée en chanson mêlant la playlist et une large sélection de morceaux chanson, pop, rock, etc. De temps en temps, des petites interviews d’artistes ou d’intervenants de la filière chanson.

12h-12h30 : 100% découvertes. Rien que des artistes en émergence et à découvrir.

12h30-13h30 : L’album de la semaine. Toutes les semaines, un album à découvrir en intégralité.

13h30-14h : Destination Rive-Gauche. Retour au temps des cabarets, de l’après-guerre et de la naissance d’une nouvelle forme de chanson humaniste, encore vivace aujourd’hui.

14h-15h30 : C’est plutôt chanson. Pendant une heure et demie, un mélange de titres typés chanson : découvertes, standards, monstres sacrés, etc.

15h30-16h : Poasis. La pause poésie et littérature. Tous les jours une petite dose de poésie ou de littérature parce que la chanson vient aussi de là…

16h-16h30 : Dans la revue ce trimestre. 100% de titres d’artistes présents dans le numéro du trimestre en cours.

16h30-18h : La playlist. Pendant une heure et demie, découvre la playlist d’Hexagone. La playlist, ce sont 100 titres sélectionnés par la rédaction parmi les nouveautés mais pas seulement. Tous les mois, un nouvellement de trente titres est effectués.

18h-19h : Les découvertes de 18h00. Rien que des artistes en émergence et à découvrir.

19h-21h : Avant de sortir. Tous les jours, après le flash info, un début de soirée en chanson mêlant la playlist et une large sélection de morceaux chanson, pop, rock, etc. De temps en temps, des petites interviews d’artistes ou d’intervenants de la filière chanson.

21h-23h : L’heure du concert. Durant toute la semaine, à 21h, c’est l’heure du concert de la semaine.

23h-23h30 : Poasis. Rediffusion du jour.


Vendredi
9h-12h : La matinale. Tous les jours, après le flash info, une matinée en chanson mêlant la playlist et une large sélection de morceaux chanson, pop, rock, etc. De temps en temps, des petites interviews d’artistes ou d’intervenants de la filière chanson.

12h-12h30 : 100% découvertes. Rien que des artistes en émergence et à découvrir.

12h30-13h30 : L’album de la semaine. Toutes les semaines, un album à découvrir en intégralité.

13h30-14h : Destination Rive-Gauche. Retour au temps des cabarets, de l’après-guerre et de la naissance d’une nouvelle forme de chanson humaniste, encore vivace aujourd’hui.

14h-15h30 : C’est plutôt pop & rock. Pendant une heure et demie, un mélange de titres typés pop & rock : découvertes, standards, monstres sacrés, etc.

15h30-16h : Poasis. La pause poésie et littérature. Tous les jours une petite dose de poésie ou de littérature parce que la chanson vient aussi de là…

16h-16h30 : Cap Francophonie. 100% de titres d’artistes hors Hexagone.

16h30-18h : La playlist. Pendant une heure et demie, découvre la playlist d’Hexagone. La playlist, ce sont 100 titres sélectionnés par la rédaction parmi les nouveautés mais pas seulement. Tous les mois, un nouvellement de trente titres est effectués.

18h-19h : Les découvertes de 18h00. Rien que des artistes en émergence et à découvrir.

19h-21h : Avant de sortir. Tous les jours, après le flash info, un début de soirée en chanson mêlant la playlist et une large sélection de morceaux chanson, pop, rock, etc. De temps en temps, des petites interviews d’artistes ou d’intervenants de la filière chanson.

21h-23h : L’heure du concert. Durant toute la semaine, à 21h, c’est l’heure du concert de la semaine.

23h-23h30 : Poasis. Rediffusion du jour.


Samedi
9h-10h : L’heure des mioches. Des chansons pour les plus petits et leurs parents.

10h-13h : La matinale. Tous les jours, après le flash info, une matinée en chanson mêlant la playlist et une large sélection de morceaux chanson, pop, rock, etc. De temps en temps, des petites interviews d’artistes ou d’intervenants de la filière chanson.

13h-14h : 100% découvertes. Rien que des artistes en émergence et à découvrir.

14h-15h : Dans la revue ce trimestre. 100% de titres d’artistes présents dans le numéro du trimestre en cours.

15h-16h : L’album de la semaine. Toutes les semaines, un album à découvrir en intégralité.

16h-17h : La playlist. Pendant une heure, découvre la playlist d’Hexagone. La playlist, ce sont 100 titres sélectionnés par la rédaction parmi les nouveautés mais pas seulement. Tous les mois, un nouvellement de trente titres est effectués.

17h-18h : Standards d’hier et d’aujourd’hui. Une heure de standards d’hier et d’aujourd’hui.

18h-18h30 : Cap Francophonie. 100% de titres d’artistes hors Hexagone.

18h30-19h : Poasis. La pause poésie et littérature. Tous les jours une petite dose de poésie ou de littérature parce que la chanson vient aussi de là…

19h-21h : Avant de sortir. Tous les jours, après le flash info, un début de soirée en chanson mêlant la playlist et une large sélection de morceaux chanson, pop, rock, etc. De temps en temps, des petites interviews d’artistes ou d’intervenants de la filière chanson.

21h-23h : L’heure du concert. Durant toute la semaine, à 21h, c’est l’heure du concert de la semaine.

23h-23h30 : Poasis. Rediffusion du jour.


Dimanche
9h-10h : L’heure des mioches. Des chansons pour les plus petits et leurs parents.

10h-13h : La matinale. Tous les jours, après le flash info, une matinée en chanson mêlant la playlist et une large sélection de morceaux chanson, pop, rock, etc. De temps en temps, des petites interviews d’artistes ou d’intervenants de la filière chanson.

13h-14h : 100% découvertes. Rien que des artistes en émergence et à découvrir.

14h-15h : Dans la revue ce trimestre. 100% de titres d’artistes présents dans le numéro du trimestre en cours.

15h-16h : Standards d’hier et d’aujourd’hui. Une heure de standards d’hier et d’aujourd’hui.

16h-17h30 : La playlist. Pendant une heure et demie, découvre la playlist d’Hexagone. La playlist, ce sont 100 titres sélectionnés par la rédaction parmi les nouveautés mais pas seulement. Tous les mois, un nouvellement de trente titres est effectués.

17h30-18h : Poasis. La pause poésie et littérature. Tous les jours une petite dose de poésie ou de littérature parce que la chanson vient aussi de là…

18h-19h : L’album de la semaine. Toutes les semaines, un album à découvrir en intégralité.

19h-21h : Avant de sortir. Tous les jours, après le flash info, un début de soirée en chanson mêlant la playlist et une large sélection de morceaux chanson, pop, rock, etc. De temps en temps, des petites interviews d’artistes ou d’intervenants de la filière chanson.

21h-23h : L’heure du concert. Durant toute la semaine, à 21h, c’est l’heure du concert de la semaine.

23h-23h30 : Poasis. Rediffusion du jour.


La playlist
A présent, nous sommes bien heureux de divulguer notre première playlist. La playlist comporte 100 titres dont le tiers sera renouvelé tous les mois. Comment choisissons-nous les morceaux ? Pour l’essentiel de la playlist, le choix s’est porté sur une sélection d’albums reçus par la rédaction. La plupart de ces disques ont d’ailleurs été chroniqués dans les différents numéros de la revue. En règle générale, nous ferons figurer en playlist des chansons tirées d’albums récents (jusqu’à un an d’existence environ). Mais il y a aussi quelques exceptions que tu ne manqueras pas de remarquer. Par exemple, la présence d’Anne Sylvestre avec Carcasse. Pourquoi ? Tout simplement parce que Anne fêtera à l’automne ses 60 ans de chanson au 13ème Art, à Paris et qu’une nouvelle intégrale de son oeuvre est attendue pour la fin de l’année.

On pourra s’étonner de la présence d’Olivier Py dans cette liste, avec une chanson qui doit avoir dépassé les quinze ans d’âge (Dans les jardins de Pampelune). Pourquoi ? Parce que je pense que c’est là aussi notre rôle que de faire découvrir de grandes chansons, méconnues parce que portées par des artistes « hors réseau chanson ». Travaillons donc à croiser les arts. Sans lézarder.

Il n’aura pas échappé au lecteur attentif que le désir d’éclectisme cohérent est inscrit au coeur même de cette playlist. Variée dans les esthétiques, variée sur le plan générationnel, variée en terme de notoriété. Cette playlist aurait pu être tout à fait différente qu’elle n’aurait pas été une mauvaise sélection pour autant. Elle n’est qu’un regard, une émotion à un instant T.

Nous te donnons rendez-vous dès lundi 11 septembre à 9h00 pour la première Matinale.

Playlist Hexagone – Septembre 2017
Playlist Hexagone – Septembre 2017

 

Suivez-nous sur Instagram