Détours de chant, du 24 janvier au 4 février, à Toulouse et alentours

0
142
Thomas Fersen ©David Desreumaux - Utilisation interdite sans l'autorisation de l'auteur

Pour sa 22e édition, le festival hivernal de la région Occitanie, du 24 janvier au 4 février, propose à nouveau une affiche riche et éclectique de 39 artistes et groupes pour 54 concerts sur 22 lieux (16 à Toulouse et 6 dans les environs) ! La programmation, à découvrir en détail sur le site Détours de chant, expose comme chaque année la chanson multiforme d’aujourd’hui en alternant quelques « têtes d’affiche », des artistes confirmés non ou peu médiatisés et des talents à découvrir tout cela en offrant une large part aux artistes régionaux.

Dessin de Piérick

Les « têtes d’affiche » dans les lieux à jauge importante

Yves Jamait à la Halle aux Grains, revient pour la troisième fois dans ce festival, avec son nouveau spectacle et ses trois musiciens. Bonus : le spectacle sera chansigné par Isabelle Guicherd. Le groupe Debout sur le Zinc se produit au Metronum avec le spectacle issu de leur dixième album studio. En dehors de Toulouse, Bertrand Belin – et c’est complet – sera à Tournefeuille, Thomas Fersen revient au festival à Bruguières avec son nouveau spectacle Une vie de saltimbanque, mi-concert mi-one-man-show, avec un guitariste, une accordéoniste et une violoniste, où se répondent chansons de son répertoire et textes en vers, extraits de son roman à paraître.


Les artistes reconnus

Au théâtre des Mazades du slam en quartet avec Govrache à la fois tendre et enragé et souvent bouleversant, puis en clôture du festival Loic Lantoine et Marc Nammour « Fiers et tremblants ».

Le lieu chanson toulousain en avant-première du festival « Barjac m’en chante » ? Peut-être car trois des quatre artistes programmés au Bijou chanteront dans le Gard cet été : Yoanna (retour de concert dans n° 21 d’Hexagone) « tonitruante et sensible, incandescente et facétieuse » en duo accordéon-batterie, Lula Heldt (retour de concert dans n° 25) et son violoncelle pour son solo de poésie onirique et déjantée, François Puyalto et sa basse (retour de concert dans n° 23).

A la médiathèque Cabanis, on peut assister à une exposition graphique de Delphine Fabro à partir des textes de Nicolas Jules (en dossier dans le n°4) et celui-ci y jouera en trio. A la faculté, le duo Bonbon Vodou – Oriane Lacaille et Jerem – (retour de concert dans n° 24) nous emmènera dans leur « Cimetière Créole » : univers personnel, chansons dépaysées et instrumentarium étonnant.


Les spécificités habituelles

La journée « Coups de pousses » permet de découvrir cinq artistes régionaux, chacun sur quarante minutes : de Perpignan La Fé en guitare-voix ; Malo Texier en guitare-voix aussi, soutenue par le Bijou et récemment labellisée par le Réseau Chanson Occitanie ; Bercé à découvrir ; la désormais toulousaine Arbas ukulélé et looper et Rat’Shak au piano, déjà vue sur la scène du Bijou.

Des concerts en journée sont gratuits, deux autres spectacles sont en participation libre au Théâtre du Grand Rond : une semaine avec Crolles un duo féminin belge de comédiennes chantant a capella, une semaine avec Hélène Piris et son violoncelle (chronique d’album dans n°23), dynamisme sur scène et chansons incisives, en duo avec un batteur. Pour offrir plus de choix, sept artistes jouent deux fois et deux artistes cinq fois.


Une belle place pour les talents locaux

Les régionaux sont bien présents avec Samuel Covel, labellisé par le Réseau Chanson Occitanie, Hérault guitariste en duo avec un batteur, Corentin Grellier (chronique d’album dans le n°16) en duo acoustique avec l’accordéoniste Claude Delrieu ainsi que la chanteuse guitariste Mymytchell et le duo Plus rien d’humain (Christelle Boizanté, Fabrice Guérin). Le tarnais Jérôme Pinel assure la première partie du concert de clôture en quartet (guitare, clavier et batterie) avec son premier album chanson « Un autre jour ».


Et d’autres propositions

Les exemples démontrant l’éclectisme de cette programmation ne manquent pas. Maïa Barouh franco-japonaise et flûtiste de formation s’inspire souvent des chants ancestraux japonais, Yannick Jaulin le conteur devient chanteur dans un quartet rock batterie guitare et clavier-accordéon. George Ka une jeune franco-vietnamienne en trio s’exprime entre slam et chanson. Samuele vient du Québec. Laurent Cavaillé, chanteur occitan, est aussi percussionniste et accordéoniste. Estelle Meyer, comédienne reconnue et chanteuse singulière revient au festival en trio. Söta Sälta un duo féminin (Elsa Birgé et Linda Edsjö) recréent des reprises en français et en suédois avec vibraphone- percussions et objets sonores. Marcia Higelin est à découvrir, en duo avec un pianiste, comme Tom Bird vainqueur du Prix Magyd Cherfi. La Trace du Papillon est un duo (Camille Sabathier voix-violon, Alexis Kowalczewski percussions-clarinette basse) pour un voyage musical et poétique à travers l’œuvre de poètes arabes.


Articles sites récents liés au festival Détours de Chant : entretien avec Jeph lors du Détours de Chant 2020, annonce de Détours de Chant 2022. A noter : c’est à notre Pierick hexagonal que l’on doit l’affiche et les dessins.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here