Evie – Le hic

0
82

Trois ans après les Balades électriques, Evie revient avec un quatrième album, Le hic, écrit entre Pigalle et la Bourgogne. Du point de vue de la voix et de l’écriture des textes, Evie est dans la lignée de Françoise Hardy : chaque mot est choisi, a son importance, son sens. Cette conteuse de la mélancolie livre un album sombre qui cultive l’art de poser des mots tristes sur des musiques dansantes (Avec des si). Car Evie semble avoir pris la plume pour pointer tous les maux de notre « épique époque » – comme elle la nomme dans Le hic, chanson très critique quant à la dépendance numérique et à son impact sur nos vies. La plupart des titres de l’album, sur un tempo enlevé, mêlent sons électros et textes écrits et articulés, transportant vers ce qu’il y a de plus oppressant. Dans Papapa Evie évoque le deuil, la perte du père – le texte est touchant, le phrasé rapide. Et si Des vents contraires apporte de la douceur, ils sont ceux des amours éphémères, des chemins qui se croisent puis se perdent, des relations qui se terminent sans explication. Nuit noire, premier single de l’album, nous promène dans Paris une nuit d’insomnie et de déprime – « Nuit blanche idées noires ». Evie dépeint dans Le hic une société de solitude et individualiste, où les humains coexistent mais ne se regardent plus. Un monde obscur, certes, mais décrit avec une telle poésie qu’elle donne envie d’aller au combat pour tenter de le changer. 

Malorie d’Emmanuele


Evie

Le hic

Glory Daze

2021

Chronique parue dans le n°21 de la revu(Automne 2021)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here