Home Actu Barjac m’en chante : Louise O’sman

Barjac m’en chante : Louise O’sman

0
565
Louise O'sman © David Desreumaux

Nous avons rencontré Louise O’sman (chronique d’album dans le n°14 et portrait dans le n°9 d’Hexagone) fin juillet au festival off d’Avignon, ville où elle a plaisir à venir : en 2019 pour un festival complet et régulièrement depuis quelques années à la Maison de la Poésie, pour des résidences ou pour chanter dans un lieu accueillant, ami des mots et de la poésie. Louise O’sman est une Auteure-Compositrice-Interprète et accordéoniste aux textes denses et poétiques. Elle nous évoque le début de sa relation avec son instrument : « Toute petite j’étais fascinée par l’accordéon diatonique de mon frère aîné, il me fascine, j’en rêve la nuit, les boutons de nacre m’obsèdent et j’ai l’impression qu’on peut tirer à l’infini sur le soufflet. A 6 ans, mes parents mélomanes me demandent quel instrument je veux faire, et depuis je ne l’ai plus quitté ».

Après une formation classique au conservatoire, elle joue dans plusieurs groupes (swing, jazz musette, musique des Balkans, foro brésilien). Au cours de ses études, elle constate dans ses écrits un amour pour la formulation des phrases et apprécie les fins dramatiques ou poétiques. Elle aime écrire et commence assez tard vers vingt-cinq ans, à partir de son arrivée à Marseille. Elle se met à interpréter ses chansons dans le duo No Man’s Louise avec Dilan Roche au violoncelle.

En 2018, après la fin du duo arrivent les concerts en solo. Elle confirme son plaisir : « Les premières dates en solo, prévues à deux, ont été un peu une révélation. Dans ce que l’on communique et partage avec le public, on est dans une fusion, une dualité très forte, beaucoup plus qu’en groupe ou en duo. C’est beau une adresse de texte partagée de manière aussi directe avec le public. Je pense que dans le parcours d’un interprète un passage en solo est important. »

Louise O’sman
© David Desreumaux

En septembre 2019 sort l’album Joyeuse Ville, produit par le label belge Homerecords et arrangé par Pierre Slinkx. Musicalement, plusieurs instruments élargissent la palette musicale autour de l’accordéon : alto, trompette, guitare acoustique, guitare électrique, contrebasse, percussions.

Sur la scène, la prestation a évolué depuis ses débuts en solo. Le concert, initialement très acoustique et épuré, s’est enrichi au fil du temps, d’abord par l’ajout de pédales d’effet, utilisées à bon escient, toujours au service des textes et des ambiances. Jouer de la percussion avec le Bendir lui permet, à un moment donné, de se lever et d’être dans une autre intention et également une autre sonorité, avec l’utilisation du looper, pour l’instant uniquement sur les percussions. Cette année 2021, la volonté d’avoir un vrai spectacle solo s’est concrétisée par une création lumière, sonore et vidéo, suite à des résidences à l’Espace Julien à Marseille. L’évolution se prolonge aussi dans l’environnement de l’artiste : le label Homerecords, Neômme label et boîte de production localisée à Lyon pour développer le projet et également La Clique, un tourneur plus local basé à Marseille.

Lors de son concert à Avignon, en préparation active de sa prestation à Barjac, elle a présenté, à un titre près, le répertoire qui sera proposé dans le Gard. Une belle répétition. Elle a donné un joli concert intimiste deux soirs d’affilée, dans un endroit où elle se sent bien, à un horaire particulier (minuit). Elle confie : « Un moment assez précieux, entre hier et le lendemain, quelque chose de poétique même dans l’horaire du concert. J’aime bien avoir cette palette de salles : lieux intimes, salle et scène de festival comme Barjac pour garder toutes les formes de transmission des mots et de la musique.

Le festival Barjac m’en chante constitue une étape importante pour Louise O’sman. Elle confie « C’est déjà une petite reconnaissance. Et l’occasion d’aller à la rencontre de gens qui aiment vraiment la chanson, qui sont très assidus et j’espère très curieux de tout type de chanson. Très heureuse d’y aller et un petit peu stressée car on sait que l’on a affaire à des connaisseurs, à un public exigeant ». 

Dans son spectacle, elle interprète  Compagnon, une chanson sur son accordéon. «J’ai une relation très forte, avec cet instrument tellement présent dans ma vie. C’est une déclaration d’amour. Et aussi plus largement, une manière de remercier tous ces outils, véritables tapis volants, qui nous permettent d’accéder à des niveaux spirituels plus élevés et nous poussent encore plus loin sur les chemins de l’imagination. L’accordéon m’a permis d’écrire, l’écriture ne serait peut-être pas venue sans la musique, la poésie étant pour moi d’abord la musique des mots »


Festival Barjac m’en chante : concert le jeudi 5 août au chapiteau. Les précédents articles : Clotilde Moulin, Nicolas JulesEntre 2 Caisses et AnneliSe Roche.

Maison de la Poésie (dirigée par Alain Igonnet) : concerts les 25 et 26 juillet. Entretien effectué le 26 juillet


NO COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here