HomeActuFestival Déc’OUVRIR de Concèze 2016

Festival Déc’OUVRIR de Concèze 2016

Photo David Desreumaux

Matthias Vincenot et l’Ensemble Déc’OUVRIR (Edition 2015) – Photo David Desreumaux

C’est l’été et depuis quelques jours, cela n’aura échappé à personne, il fait beau. C’est l’été et cela signifie que le Festival Déc’OUVRIR de Concèze approche à grands pas. « Concèze » tout court, pour les habitués, c’est un festival pas ordinaire, dans un lieu pas ordinaire. Et allez, osons-le, avec des gens pas ordinaires qui ne te veulent que du bien. C’est pas si fréquent.

Ce sera cette année, du 13 au 19 août, la quatorzième édition de ce festival populaire qui se tient donc à Concèze, en Corrèze, à quelques kilomètres de Pompadour. A une cinquantaine de Tulle, l’autre pays du fromage Hollande, comme j’aime bien dire. Pays de pommes plus que de chansons penseras-tu, mais c’est sans connaître son fondateur et actuel Directeur Artistique, Matthias Vincenot. Matthias, également co-fondateur du Prix Moustaki, vient depuis de nombreuses années en vacances à Concèze, toute petite bourgade paisible. L’idée peut sembler saugrenue mais pour Matthias, ce festival était à l’origine une façon de faire venir les gens à lui, de faire venir les amis vers ce lieu de vacances et les mêler à ses passions : la chanson et la poésie. Quatorze éditions plus loin, force est de constater que Matthias a réussi son pari.

Photo David Desreumaux

Emilie Marsh (Edition 2015) – Photo David Desreumaux

Matthias Vincenot qui donne des cours de Civilisation française à La Sorbonne est également poète. Il a d’ailleurs fait paraitre l’an dernier un recueil de poésies, Génération deux mille quoi, chez Fortuna. Recueil qui s’est traduit cette année en un CD sur lequel participent bon nombre d’artistes de la scène chanson ainsi que l’Ensemble Déc’OUVRIR, dirigé par Etienne Champollion. Oui, comme le Festival du même nom (Déc’OUVRIR pas Champollion). Pourquoi ? Parce qu’avec Matthias, tout commence et tout finit toujours à Concèze !

Concèze n’est pas ordinaire, annoncé-je en ouverture. Peu de festivals tentent de relever le défi de mêler chanson et poésie. Du coup, peu y parviennent. C’est une loi mathématique. Avec ce festival, Matthias Vincenot parvient non seulement à mêler poésie et chanson, mais il parvient à faire un mélange dont il est le seul à détenir la recette, avec un budget qui tient dans une toute petite poche. Et Dieu sait (s’il existe) comme il est difficile de faire vivre un festival ces temps-ci ! Ce mec est un druide, ne cherche pas à lui piquer la formule, il ne la donnera pas. Cependant, avec sa potion, il arrive à faire cohabiter sur une même scène, tous les soirs, poètes, comédiens et acteurs célèbres ou pas, vieilles gloires des hits-parades, artistes émergents, toutes scènes confondues. Et ça marche !

Photo David Desreumaux

Garance et le Maire de Concèze (Edition 2015) – Photo David Desreumaux

Ainsi, cette année, si tu as la bonne idée de passer par la Corrèze, tu pourras voir des artistes très très très connus que je ne connais pas comme Guillaume Grand, des moins connus que je connais bien et que j’adore comme Clio, Pauline Drand, Manu Lods, Presque Oui, Buridane et plein d’autres. Il y aura aussi des connus que je connais comme Rose que j’aime bien et Hervé Vilard que j’aime bien aussi et qui n’est pas mort contrairement à ce que prétendait Odeline Fion, dans un célèbre sketch des Nuls. Qui eux sont morts du coup. Sur l’étagère des comédiens, on aura la chance de voir la superbe Brigitte Fossey, accompagnée de Pierre Fesquet autour d’un spectacle sur Victor Hugo.

Le Festival de Concèze, c’est un esprit familial. Avec plein de bénévoles dedans qui font un travail remarquable et une bouffe à s’en délecter les papilles. Familial sur le plan artistique également puisque tous les ans, quelques artistes, presque des « sociétaires » du festival, viennent donner un spectacle, un concert. On y retrouve Emilie Marsh, Eric Guilleton, Antoine Coesens et bien sûr Etienne Champollion sans qui, de l’aveu même de Matthias Vincenot, le festival ne pourrait pas exister. Pourquoi ? Etienne est le chef d’orchestre, au propre comme au figuré, du volet musical de Concèze. Il dirige cet Ensemble Déc’OUVRIR qui accompagne bon nombre des artistes programmés sur le festival. Cette formule permet de tourner en avantage, en originalité, une contrainte économique. En effet, disposer de son orchestre permet de recevoir des artistes seuls, sans leur formation musicale qui alourdirait considérablement la note du cachet de l’artiste. Avec l’ensemble, recevoir une Rose est possible par exemple. Ca fait toujours plaisir.

Photo David Desreumaux

Pomme à la salle Latreille à Tulle (Edition 2015) – Photo David Desreumaux

Comme l’an dernier, le coup d’envoi de cette édition 2016 sera donné depuis les terrasses du château de Pompadour, lieu splendide qui domine la ville. Lors de ce lancement, plusieurs artistes au programme de l’édition distribueront le hors d’oeuvre à partir des bons morceaux de leur répertoire. On y verra Dani, Guillaume Grand, Antoine Coesens, Etienne Champollion et L’Ensemble Déc’OUVRIR, Pierre Aussedat, Emilie Marsh, Manu Lods, Eric Guilleton, Noga, Pauline Drand, Pénélope-Rose Lévêque et Justine Thibaudat. Note aussi que la journée du 14 août propose fromage et dessert. L’après-midi à la salle des fêtes de Juillac et le soir au foyer rural de Concèze. Le jeudi 18 août se jouera à la salle Latreille à Tulle où tu auras le bol d’avoir la chance de voir JB Bullet ainsi qu’Antoine et Dounia Coesens dans un spectacle familial.

Pour notre part hexagonale, nous serons présents tout au long du festival, comme l’an dernier. Fidèles au poste, on assurera notre mission « photos » sur toute l’édition et tu peux compter sur nous pour t’en faire profiter au jour le jour.


14ème Festival DécOUVRIR, affiche

Share With:

hexagone.lemag@gmail.com

No Comments

Leave A Comment