HomeAlbumsLes Grandes Bouches : Jaurès !

Les Grandes Bouches : Jaurès !

LesGrandesBouches-Jaures-pochette« Jaurès, ils t’ont assassiné et nous, nous en mourons aussi » regrettent joyeusement Les Grandes Bouches en ouverture de leur nouveau projet artistique, Jaurès !, qui n’est pas un livre, qui n’est pas un disque mais les deux à la fois. Un livre-disque, paru le 8 septembre dernier, qui vient certes rendre un hommage à l’aimé Jean Jaurès, mais l’hommage, chez Les Grandes Bouches, ne se borne pas à venir discourir 2 minutes – montre en mains – au café du Croissant pour commémorer les 100 ans de l’assassinat de l’homme politique et repartir vers un autre déjeuner…

Pas de calcul opportuniste chez ces toulousains. La lutte chez eux, c’est comme respirer, c’est naturel. Issus des collectifs Motivés et 100% Collègues, il y a déjà belle lurette qu’ils ont mis leur généreuse énergie et leurs instruments au service de la chanson d’engagement. Au service d’une lutte sociale qui les conduit à chanter partout où la loi du Capital passe son rouleau-compresseur. C’est peu dire qu’ils ont du boulot… De Molex en Conti, de Cimade en Sanofi, ils n’ont qu’un mot d’ordre, Partager plus pour partager plus. Dans cette démarche, on pourrait les rapprocher de la Compagnie Jolie Môme.

Ce nouvel album, qui donne la réplique au Bal Républicain paru en 2012, poursuit donc son travail d’éveil des consciences, de résistance à un système qui nous mène à la perte en s’appuyant sur l’histoire d’un Jaurès dépoussiéré, rendu présent et ultra contemporain par le biais des luttes d’aujourd’hui. Le joli livret qui propose – outre les textes des chansons – chronologie et textes divers rappelle que Jaurès était avant tout le défenseur de toutes les libertés.

Pari réussi donc pour Les Grandes Bouches de mettre Jean Jaurès au centre de la chanson et du spectacle vivant. Ce Jaurès qui n’aurait peut-être pas rechigné à dire ses indignations, à dénoncer les inégalités et les injustices en poussant la chansonnette aux côtés des Grandes Bouches. Lui qui bondit sur une table en 1896, lors de l’inauguration de la verrerie ouvrière d’Albi, pour entonner La Carmagnole.


Share With:

hexagone.lemag@gmail.com

No Comments

Leave A Comment