HomeActuSeptembre : les concerts chanson à Toulouse et autour

Septembre : les concerts chanson à Toulouse et autour

Septembre : les concerts chanson à Toulouse et autour

En moins de vingt jours, une vingtaine d’artistes ou groupes pour plus de trente concerts : pour la rentrée, sortons ! Et quel programme alléchant. J’ai coché quelques événements « à ne pas rater »  : une joute Jehan-Grabowski pendant quatre jours, une semaine de la goguette sur 8 jours et deux lieux, le deuxième festival Ukulélé avec entres autres Jane for Tea et Bonbon Vodou, et le nouveau passage de Bazbaz au Bijou.

Les concerts chanson à Toulouse et juste autour

mardi 11 au samedi 15 : Minichilius en apéro-spectacle au Théâtre du Grand Rond

mercredi 12 et jeudi 13 : Claire Gimatt au Bijou

vendredi 14 : Matéo Langlois au Bijou

vendredi 14 : Boucan à Ramonville (31) au Festival de rue

dimanche  16 : Marcel Dorcel et son orchestre de merde au Cactus (19h)

du mardi 18 au jeudi 20 : Bazbaz au Bijou

jeudi 20 et vendredi 21 : Patrice Mercier à la Cave poésie

vendredi 21 : Trash Croutes au Centre Culturel de Castanet-Tolosan (31)

vendredi 21 : Mon côté Punk au festival MéditerranéO’ à Portet-sur- Garonne (31)

vendredi 21 : Les Hurlements d’Léo au festival MéditerranéO’ à Portet-sur- Garonne (31)

samedi 22 : Les Trash Croutes à Itinéraire-Bis

mardi 25 au samedi 29 : Jehan & Grabowski à la Cave poésie

mercredi 26 et jeudi 27  Les Goguettes en trio au Bijou

jeudi 27 : Jane For Tea à la Pause musicale à 12h30

vendredi 28 : Ta mère la goguette au Bijou

samedi 29 : Lise Martin  à 18h Toulouse (Chantons sous les toits)

samedi 29 : Bonbon Vodou  (Toulouse Ukulele Festival)


Au Bijou

Matéo Langlois © Michel Gallas

« C’est l’art entrez ! » Voici les lettres inscrites sur la façade en ce début de mois, à la place du nom de l’artiste. C’est la deuxième année de programmation anniversaire dans le cadre des 30 ans du Bijou ! Comme tout au long de la première partie de saison, en septembre, le Bijou  fait la part belle aux artistes reconnus qui reviennent comme Bazbaz pour trois soirées (son vintage de ses claviers, voix qui groove, et certainement des nouvelles chansons de son futur album Love Muzik), aux artistes locaux comme Claire Gimmat (solo, piano et sons électroniques pour son spectacle Dans le noir – chanson électro-surréaliste) ou aux jeunes pousses talentueuses comme Matéo Langlois, une vraie belle découverte (solo, Prix Nougaro 2016, textes originaux, forte présence sur scène musicien multi-instrumentiste : piano, rhodes, beat box, saxophone et pédales d’effets). Et le Bijou participe fortement à la semaine de la goguette avec deux spectacles et trois concerts (voir ci-dessous).

 


Dans les autres salles ou endroits de Toulouse

Pour moi, l’événement du mois, se trouve à la Cave Poésie, La joute enchantée entre Jehan et Grabowski (voir l’article dans le n°7 de la revue Hexagone sur ces trois jours de carte Blanche au Bijou en février dernier), armés de leurs guitares et de leurs superbes chansons. Le principe a été rôdé lors d’un co-plateau : ils ont préféré se passer la main toutes les deux-trois chansons plutôt que d’enchaîner les deux tours de chant. Comme le but est de piocher dans leur répertoire respectif selon l’humeur du moment, il est probable que la liste de chansons soit différente chaque soir.

Jean-François Grabowski © Francis Verhnet

Au Théâtre du Grand RondMinichilius annonce son concert de cette manière : « 10 ans après la sortie de son disque J’suis heureux, arrivé premier dans les charts des auteurs-compositeurs-interprètes de la ville de Gaillac, Minichilius revient, en version suréquipée (c’est-à-dire à 3 et pas à 1 : chant, guitare et contrebasse) ». Cela donne envie de venir le découvrir.

Lise Martin avait impressionné les « accueillants » de Chantons sous les toits, lors des auditions de novembre dernier à Albi, par sa voix et son talent. Elle a récolté quatre concerts entre mi-septembre et début octobre dont un à Toulouse (réservation : 06 41 57 31 60).  L’Itinéraire-Bis, café culturel et politique, ouvert en 2018, propose entre autres, une programmation chanson intéressante dont ce mois-ci Les Trash Croutes (dont je te parle un peu plus, un peu plus bas). Et restons dans un café Le Cactus, pour y signaler le passage annuel de Marcel Dorcel et son orchestre de merde. Ce groupe propose des goguettes de chansons de variété passées à la moulinette de ce trio masculin : le résultat est bien salé, souvent épicé avec des morceaux de gras dedans. C’est très drôle, jouissif et inventif. Décontracté et professionnel. Derrière la « déconnade » se cache le travail, et on découvre des textes bien écrits aux jeux de mots réussis.


Une semaine dédiée aux goguettes

Patrice Mercier © Chantal Bou-Hanna

Une goguette, c’est un air connu. Un air sur lequel l’interprète remplace les paroles d’origine par ses propres textes. En gros, tu prends un tube, tu gardes la musique, tu changes les paroles. Et tu as une goguette. Cette semaine commence, à la Cave Poésie, avec Patrice Mercier, pour moi LE spécialiste. Voici ce qu’en a dit Hexagone « Ecriture précise et inventive, qualité de la voix (ah les accents à la Balavoine sur ‘SMS d’un élève en détresse’), et une belle présence de comédien. J’ai eu le plaisir de voir son spectacle deux fois, alors Hexagonaute, précipite toi ». « Doté d’une qualité d’écriture remarquable, d’un sens de l’humour et de l’interprétation qui font mouche à fois. Il s’accapare les standards du répertoire pour chanter notre temps avec drôlerie, finesse et pertinence. Une indéniable réussite. » Voici trois exemples de ses réjouissantes goguettes pour te donner envie : SMS d’un élève en détresseJe te promets, et Je l’aide à mourir.

Les goguettes en trio © David Desreumaux

Suite de la semaine Goguette, au Bijou  avec les Goguettes en trio. Hexagone les aime bien aussi :  » Des goguettes sur l’actualité et souvent sur les politiques, toujours drôles (les goguettes !) avec des textes qui font mouche, de jolies interprétations et de belles idées de mise en scène. C’est très réussi. » Voici une chronique de concert datant de 2015 et la chronique de leur album en 2017Nota : le groupe s’appelle Les goguettes en trio, mais à quatre (3 goguettiers et une pianiste-chanteuse) mais cette fois, ce sera un trio… à trois !

La semaine se conclut au Bijou avec Ta mère la goguette, le rendez-vous mensuel de la goguette à Toulouse, dans l’esprit des anciens rendez-vous du Limonaire à Paris : une scène ouverte où chacun peut venir chanter une goguette qu’il a écrite, soirée animée par des goguettiers et musiciens expérimentés. Pour information, cette saison tu peux retrouver  le collectif Ta mère la goguettemensuellement, dans un des trois lieux suivants : La cave poésie, Le Bijou et Itinéraire Bis.


Toulouse Ukulele Festival (deuxième année)

© David Desreumaux

Ce festival créé l’an passé par Jane For Tea (JP.Salvodelli et Séverine Lescure), organise fin septembre, avec le Centre Culturel Henri Desbals, une deuxième édition élargie, avec quelques nouveautés. Le jeudi ce sera Uke in Town (in french : deux concerts en ville). Jane For Tea, en portrait dans le n° 6 d’Hexagone, viendra à la Pause musicale, présenter certainement de nouvelles chansons. Ael, chanteur atypique, sera à 19h30 au social club de Tonsor et Cie, lieu atypique avec magasin et coiffeur-barbier, et entonnera ses Chansons sauvages avec ses ukulélés. Le samedi, une journée complète consacrée à cet instrument, de plus en plus présent dans le monde de la chanson, sera proposée : brocante, tremplin scène découverte, initiation et spectacle enfant (Un uku dans la poche), scène ouverte et quatre concerts en soirée. Avec Bonbon Vodou ( le duo JereM et Oriane Lacaille –  chansons savoureuses, voix agréables, jolies mélodies et instruments originaux – nous embarque dans un savoureux mélange entre chanson française et musique afro-créole. Et Lucrèce Sassella que je reconnais… ne pas connaître. Longue vie à ce festival original !


La deuxième édition de Saisons d’Elles 

Emilie Cadiou et Aude Bouttard © Michel Gallas

Le festival Saisons d’Elles, dont c’est la deuxième édition, après celle de 2016 évoquée iciorganisé par l’association Folles saisonsest consacré à « Elles », les artistes féminines et à leurs créations artistiques. Tout un week-end, dans le quartier des Pradettes, à base de concerts (sous chapiteau), d’animations musicales en extérieur, de rencontres-débats et échanges avec un jardin des associations. En ce qui concerne la chanson française, Emilie Cadiou et Aude Bouttard, accordéon et contrebasse, joueront le samedi les chansons poétiques et étranges d’Emilie, après leur passage à Barjac très apprécié cet été en concert de fin de matinée. Véronique Pestel : On l’avait vue à Toulouse en piano solo il y a deux ans, on l’a revue en trio, à Barjac à l’été 2017, accompagnée de Clélia Bressat Blum et Clément Wurm. C’est dans cette formule qu’elle se produira le dimanche. Son concert sera suivi à 19h30 le duo  Femmouzes’T, reformé depuis un an, inspiré par la musique populaire du Nordeste brésilien et par la chanson française.


Pas loin de Toulouse 

D’abord, à Portet-sur-Garonne, citons le MéditerranéO’, festival gratuit de musiques du monde, où nous avons vu de très bons concerts les années précédentes. La France faisant partie du monde, voici deux concerts francophones qui sont proposés. Mon coté Punk et leur set énergique aux sonorités latines, vu en août au Festiv’allier à Langogne qu’ils avaient conclu par une reprise de Leprest S.D.F et une chanson de Dimey. Les Hurlements d’Léo, et leur vingt ans d’existence, avec la tournée de leur dixième album Luna de papel – voir ici le beau clip original et les paroles de ce titre – . 

Trash Croutes © Michel Gallas

Dans cette chronique, on ne cite pas de festival de rue, sauf parfois Aurillac. Mais Boucan, joue au festival de Ramonville. Leur premier mini-album Premiers cris, à la musique cinématographique, m’a enthousiasmé. Un boucan très musical joué et chanté par le trio : Mathias Imbert (contrebasse) – qui accumule les projets collectifs comme Bancal Chéri-, Piero Pépin (trompette), et Brunoï Zarn (guitare, banjo).

Et puis Les Trash Croutes, viennent chanter à Castanet-Tolosan. Ces cinq musiciennes chanteuses, en collants et paillettes, reprennent en chœur des tubes kitsch anglo-saxons qu’elles chantent en français avec une traduction / re-écriture à leur façon. Un groupe de scène, un peu barré-décalé -voir ci-contre leur salut particulier-, d’excellentes musiciennes (deux ukulélés, une contrebasse, un xylophone, un keytar – piano guitare-) avec une belle complicité et une grande débauche d’énergie. Réjouissant.


Photo de une : © Chantal Bou-Hanna (Patrice Mercier). A noter : un clic sur le nom d’un lieu toulousain, d’un festival ou d’une association et tu obtiens les informations pratiques. Un clic sur le nom d’un artiste qui a eu récemment un article sur le site et hop tu es en train de lire cet article.

Share With:

mick.hexagone@gmail.com

No Comments

Leave A Comment