HomeInterviewsClaire Sabbagh, retour sur scène

Claire Sabbagh, retour sur scène

Claire Sabbagh, retour sur scène

Claire Sabbagh est une artiste lyonnaise qui s’est fait connaître par un premier EP en 2010. Il a fallu attendre 2015 pour qu’elle sorte son premier album. Entre temps, il s’est passé beaucoup de choses dans sa vie qu’elle raconte ici pour Hexagone. En mars, elle sera deux fois sur une scène lyonnaise à commencer par une sortie de résidence à A Thou Bout d’Chant, puis, à l’occasion d’un concert dans le cadre du festival des Chants de Mars. Deux de ses programmateurs avaient présenté récemment ce festival pour Hexagone. Comme je l’avais signalé, certains concerts risquaient d’être très vite complets. C’est ce qui s’est déjà produit pour Miossec et GiedRé. Ca ne va pas tarder certainement pour d’autres dates. Un conseil : lyonnaises et lyonnais, réservez !

Photo Diego Quagliotti

Photo Diego Quagliotti

Hexagone : Ton premier EP, Photo de famille, date de 2010. Que s’est-il passé pour toi sur le plan musical avant cette date ?
Claire Sabbagh   J’ai commencé par une licence de musicologie à Montréal et au retour je suis partie 2 ans à Lille passer mon Diplôme Universitaire de Musicien Intervenant. La bas, j’ai rencontré Remo Gary lors d’une formation à l’écriture de chansons. Cela a éveillé mon goût pour l’écriture et à mon retour à Lyon j’ai commencé à composer mes premières chansons : Photo de famille, Toutes ces p’tites choses… De retour à Lyon en 2006, j’ai suivi des cours à l’ENM de Villeurbanne avec Pierre Delorme et c’est là que j’ai vraiment découvert les trésors de la chanson française car, à part Goldman et Anne Sylvestre qui tournaient en boucle pendant nos voyages en famille, j’écoutais jusque-là plutôt de la musique anglo-saxonne. Mes parents sont très musiciens et dans chaque réunion de famille on chantait les Beattles, Queen, The Mamas & The Papas…. J’ai exercé pendant 5 ans dans les écoles à Grigny puis, parallèlement, j’ai commencé mon projet musical avec Pauline Koutnouyan . On a fait nos premières scènes ensemble à A Thou Bout d’Chant et dans des tremplins.

Hexagone : Sur quoi a débouché ce premier EP ?
Claire : Les retombées n’ont pas été énormes mais j’avais vraiment envie de faire ce travail de studio que j’aime beaucoup. Au même moment j’ai eu mon premier enfant et aujourd’hui j’en ai trois. Pendant toute cette période j’ai travaillé dans les écoles et j’animais des ateliers de musique pour des personnes avec un handicap mental et cela m’a beaucoup enrichie. En 2011, à la naissance de mon deuxième enfant je me suis rendue compte que je manquais de temps pour me consacrer à la composition et je me suis mise en congé parental pour développer davantage mon projet de scène.

Photo Diego Quagliotti

Photo Diego Quagliotti

Hexagone : Tu as donc sorti l’an passé un premier album.
Claire : Oui c’est En suspension, un album de 9 titres. Pour l’enregistrement je me suis entourée de plusieurs musiciens comme Clélia Bressat-Blum pour certains arrangements et les percussions, Guillaume Faure des Gadjo Loco, le groupe Nouk’s et bien sûr Pauline Koutnouyan. 2015 a été une année sur le fil, « en suspension », où j’ai eu la chance de rencontrer quelques mois avant ma sortie d’album Mikael Cointepas et Marie Daviet avec qui je joue depuis un an maintenant. Cette nouvelle formule trio me correspond bien et me permet d’aller vers de nouvelles sonorités : Mikael à la batterie et Marie aux claviers, à la guitare et aux choeurs.

Hexagone : Tu écris de nouvelles chansons en ce moment ?
Claire : Oui. Je cherche aussi des auteurs qui pourraient m’écrire des textes car je me sens plus à l’aise en musique qu’à l’écriture. J’ai rencontré Pol de Groeve et Zaia Evain qui m’ont proposé des textes, des gens passionnés qui adorent écrire. Et j’aime travailler en équipe.

Hexagone : Tu étais bien entourée aussi pour ton premier clip.
Claire : Pour mon dernier clip, j’avais toute une équipe de professionnels et amis qui m’ont entourée : un réalisateur-monteur vidéo, une metteur en scène, un danseur professionnel. Le travail de mise en scène m’a passionné et je me suis prise au jeu, un vrai moment de plaisir

Photo Stéphane Trentesaux

Stéphane Trentesaux

Hexagone : Tu as deux concerts prévus à Lyon en mars.
Claire : J’ai un concert de fin de résidence à A Thou Bout d’Chant le 3 mars. On va travailler avec le groupe en condition de scène pour travailler les nouvelles compositions et améliorer les enchaînements du tour de chant. Ça a du sens que ça se passe à A Thou Bout d’Chant puisque c’est là que j’ai commencé. Le second rendez-vous est à la péniche Fargo dans le cadre du festival des Chants de Mars, un samedi midi pour une formule brunch/concert. Après je serai en formule duo avec Marie en Savoie en mai et on va sans doute jouer aux Trois Baudets à Paris avant l’été. Mais je dois m’occuper de ça toute seule et j’aurais besoin de quelqu’un qui m’accompagne dans mon développement pour que je puisse me concentrer sur la scène et la compo.

Hexagone : Tu fais partie aussi du Cri de la Poule.
Claire : C’est un collectif d’artistes lyonnaises qui œuvre pour la création d’artistes féminines. On organise tous les ans un festival qui se déroule à Lyon à la salle Léo Ferré. On se retrouve régulièrement, on partage nos compétences, nos réseaux. Plein de poules en émulation, le monde entier devrait  voir ça !


Concert de fin de résidence à A thou Bout d’Chant le jeudi 3 mars à 20h30

Concert à la péniche Fargo dans le cadre du festival des Chants de Mars le 19 mars à 11h30.


Share With:

yveslepape@free.fr

Leave A Comment