HomeReportagesLes Fils de ta mère : des swingers à Boby Lapointe

Les Fils de ta mère : des swingers à Boby Lapointe

Les Fils de ta mère : des swingers à Boby Lapointe

Photo Michel Gallas

Simon Barbe – Photo Michel Gallas

Les Fils de ta mère chantent les swingers. Hé Mick tu n’as pas encore publié des articles sur des concerts vus à Avignon en Juillet et là tu vas nous parler d’un concert joué en mai. Faudrait voir à se bouger un peu … Je sais qu’Hexagone n’est pas un quotidien c’est un magazine mais y a des limites toudmêm ! Bon pour ma défense je vais fournir deux arguments. Le premier : cet article n’est pas qu’un reportage sur un (vieux) concert mais il constitue une actu car les Fils de ta Mère font très fort en septembre sur la scène chanson toulousaine. Ils vont présenter  3 spectacles différents en 5 concerts. Et parler de leur dernier spectacle Chez ta mère peut donner envie aux futurs spectateurs d’aller les voir. Le deuxième argument (un peu plus discutable) : fin mai l’article était bien avancé, les photos faites et positionnées ; je ne sais pas pourquoi j’’ai « oublié » cet article. Alors flemmard comme je suis je n’aime pas faire quelque chose qui ne sert pas. Donc voici cet article sur un concert de mai …

Dois je te rappeler que Les Fils de Ta Mère est un collectif de chanteurs et musiciens toulousains qui se réunit Chez Ta mère (bar associatif toulousain, que tu connais si tu me lis) un weekend tous les deux mois pour créer un cabaret chanson, inédit, autour d’un thème ou du répertoire d’un artiste.

Photo Michel Gallas

Hugo Gary – Photo Michel Gallas

Ce soir là donc Les Fils de ta mère chantent les swingers. Le groupe est, bien sûr, composé de ses trois piliers : Chouf, Florent Gourault et Manu Galure. Mais pour la dernière de la saison quelques changements. D’abord dans la composition du groupe avec le retour de Simon Barbe à l’accordéon et la première de Hugo Gary à la batterie. (Je t’ai mis les photos en guise de présentation). Ensuite Manu Galure a laissé le piano pour la contrebasse. Peut être que le plus gros changement concerne un Manu en cheveux courts et petite chemisette à carreau (ne t’inquiète pas on ne l’a pas changé : le lendemain dimanche il a repris un de ses Tshirts à la couleur plutôt délavée). Et pour le concert, là aussi du changement, pas d’arrivée par le bar ni de traversée du public mais une arrivée classique par … la scène. Pas de groupe à géométrie variable suivant les chansons, pas de texte dit par Florent, pas de mise en scène : les cinq bonhommes sont sur scène tout le temps (Florent la laissera sur une ou deux chansons).  Donc un spectacle un peu plus concert que le cabaret habituel.

Photo Michel Gallas

Photo Michel Gallas

L’annonce précisait « De Trenet à Sanseverino ». Pas faux : Je suis swing pour démarrer et Fridda pour finir. Comme toujours un répertoire assez éclectique mélangeant certains titres très connus avec des chansons très inconnues. On passe de Poule à Bijou d’Eric Toulis à La pluie fait des claquettes de Nougaro pour arriver à On n’est pas là pour se faire engueuler. De même on part du superbe De dame et d’homme d’André Minvielle en passant par Le feutre taupé avec une intervention assez marrante de Gary sur les refrains (Gary qui a priori reprend le rôle joué par Gael Garrigand lors des dernières créations) et on arrive à un inattendu ici mais très connu Dans mon jardin d’hiver, arrangé savoureusement. Un Brassens swing avec Maman Papa, l’incontournable T’as la touche manouche de La Caravanne passe, un endiablé Au bar est barré Papa du groupe Bratsch. Au rappel on a droit à du Piaf avec Johnny tu n’es pas un ange. Pour les trois derniers morceaux le groupe quitte la scène et chante en acoustique. D’abord Les triplettes de Belleville puis deux dernières chansons devant le bar. Chouf s’est fait plaisir à la guitare, Galure nous a montré les ampoules sur ses mains liées à la contrebasse. Les présences de Simon Barbe et de Hugo apportent en musicalité. Et ils nous l’ont fait swing mais aussi groupe de jazz avec un solo de contrebasse puis d’accordéon puis … de batterie. Comme toujours beaucoup de plaisir en tant que spectateur.

Photo Michel Gallas

Photo Michel Gallas

Dans ce concert on a pu retrouver quelques unes des principales caractéristiques de la « marque de fabrique » Les Fils de Ta Mère : la reprise d’un répertoire avec respect et personnalité, une bonne humeur contagieuse,  un enchaînement de titres enjoués et de titres plus calmes,  la fin du spectacle en acoustique devant le bar et avec la conclusion finale et définitive au cri de « C’était les Fils de Ta mère ! … Le bar est ouvert ! ». L’autre conclusion de ce concert de mai était   « Vivement la rentrée pour le prochain Fils de Ta Mère ! » Et bien, quelle rentrée : c’est le groupe qui se produit le plus en septembre sur Toulouse.  Ils chantent les chansons de Magyd Cherfi le 11 septembre au  festival Bourbaki bouge ! Ils clôturent le mois le 30 septembre au Bijou avec leur cabaret chanson « tube » : Les Fils de ta mère chantent Brassens Brel et Ferré, déjà chroniqué sur Hexagone, spectacle joué le plus grand nombre de fois en dehors de Chez ta mère (au Grand Rond, à Lavaur, à Onet le Château (12) et … ailleurs). Pour la rentrée Chez Ta Mère, on leur a fait confiance pour être à nouveau créatifs et montrer leur amour de la chanson. Et on a eu raison. Au programme des deux prochaines séances : Boby Lapointe du 25 au 27 septembre puis Juliette en novembre ! Seule interrogation restante : on se demande (tout en le souhaitant) si à la rentrée Galure, pour les fidèles, aura renouvelé son stock de blagues pour les inter chansons. En tout cas si tu ne vois pas Les fils de ta mère en septembre ce ne sera pas de ma faute : je pense t’avoir prévenu …


Les Fils de ta mère chantent les chansons de Magyd Cherfi le 11 septembre – festival Bourbaki bouge !

Les Fils de ta mère chantent Boby Lapointe du 25 au 27 septembre Chez ta mère

Les Fils de ta mère «Brel, Brassens, Ferré»  le 30 septembre au Bijou

 

 

Share With:

mick.hexagone@gmail.com

Comments

Leave A Comment