Festival TaParole avec Roxane Joseph

1
483

Depuis quelques semaines, difficile d’ignorer cet évènement qui a démarré lundi dernier et dont les points culminants sont attendus pour les 13, 14 et 15 juin à La Parole Errante à Montreuil. Difficile d’ignorer disais-je car le tout Paris populaire et des salles de spectacles est placardé de cette affiche chatoyante jaune et rouge. Des bénévoles – pour la plupart – qui ne rechignent pas à la besogne pour faire vivre leur passion de la chanson tractent et affichent inlassablement. Le Festival TaParole arrive donc pour sa session 2014. Avec cette année encore une programmation où l’éclectisme le dispute à la qualité. La Maison Tellier, Nicolas Joseph, Batlik, Richard Desjardins, Eskelina, HK et les Saltimbanks, Alain Schneider pour les plus petits, etc. Devenu un rendez-vous incontournable de la chanson d’expression, TaParole a su imposer sa vision d’un autre système de valeurs associée à une idée exigeante de la chanson. Roxane Joseph, cofondatrice du festival avec son frère Nicolas en 2003 répond à nos questions.

Roxane Joseph par Bauer
Roxane Joseph par Bauer

Hexagone : Taparole a été créé en 2003. Rappelle-nous comment l’idée est née et quel était l’objectif au départ ?
Roxane Joseph : Mon frère est moi sommes passionnés de chanson depuis toujours. Il n’y avait pas de festival de chanson à Paris, en allant beaucoup au concert, nous avons rencontré beaucoup d’artistes talentueux et nous avons eu envie de les rassembler et de les aider à trouver un public plus large. L’idée était simple, si chaque artiste parvient à rassembler 20 personnes en les regroupant nous parviendrions à faire venir 200 personnes et dès la première édition nous étions complet chaque soir. Nous voulions donc offrir à ces artistes de belles conditions pour présenter leur travail et attirer l’attention du public et des professionnels tout en travaillant sur une idée d’accueil du public différente de celle qu’il trouve habituellement dans les salles. Il y avait aussi l’idée de recréer un petit monde en accord avec nos idéaux de partages, d’échange, de rencontre et de montrer le monde tel qu’il est ou devrait être, inviter des collectifs de militants mêlés à l’expression artistique et donner envie au public de s’impliquer dans les luttes en cours.

Hexagone : En 2014, l’objectif est-il toujours le même ?
Roxane Joseph : L’objectif est toujours le même mais l’échelle à changé, d’un public de 400 personnes nous sommes aujourd’hui à plus de 3000, la recette est la même aujourd’hui, le travail et l’expérience nous ont permis d’approfondir certains aspects, toujours au plus près de notre idéal : mêler découvertes et artistes plus professionnels, accueil du public convivial et humaine (cuisine maison avec des produits locaux ou bio), projet pensé dans sa globalité (recyclage des déchets, rémunérations équitables, focus sur des sujets de l’actualité militante, prix raisonnables, joie et enthousiasme!)

Hexagone : Comment s’opèrent les choix d’artistes ? Existe-t-il un comité ? Un vote ?
Roxane Joseph : Les choix est purement subjectif ! Nous sommes 3 à la programmation et le choix s’opère à l’unanimité. Pas de vote mais des discussions et beaucoup de concerts. Il faut que l’on puisse défendre tous les artistes programmés aucun n’est là par hasard, il y a aussi l’harmonie des soirées, il faut une cohérence donc certains artistes chéris ne trouvent pas leur place dans la programmation de cette année, on les garde pour une autre édition où leur couleur artistique correspondra à ce qu’on a envie d’exprimer alors. Comme nous ne sommes pas tenus par l’actualité de l’artiste mais guidés uniquement par notre cœur chacun trouve sa place le moment venu.

Batlik
Batlik

Hexagone : Que doit impérativement contenir le CV des artistes pour être programmés à Taparole ?
Roxane Joseph : Bon, on regarde pas les cv!! Il faut impérativement qu’on l’ait vu sur scène, première étape. Puis ensuite c’est vrai que le texte prime, la poésie, le contenu, les convictions. La démarche de l’artiste nous intéresse aussi, quels choix fait il pour tenter d’ouvrir les portes de ce métier? Quels sont ses prises de position, dans l’ensemble il faut que le contenu artistique nous emporte et qu’on observe une cohérence entre son discours et ses choix artistiques, si en plus il y a des affinités humaines c’est l’idéal!

Hexagone : Taparole, c’est combien de bénévoles, combien de salariés ?
Roxane Joseph : 60 bénévoles et 5 salariés pendant le festival. Plus une soixantaine d’artistes et une dizaine de techniciens qui sont également salariés durant le festival.

Hexagone : Etes-vous aidés par différents organismes pour boucler le budget ?
Roxane Joseph : Oui la région, la ville de Montreuil, l’ADAMI, la SPEDIDAM, la SACEM, les subventions couvrent environ 50% du budget, le reste est financé par le bar/restaurant et la billetterie.

Hexagone : On vous sait très ancrés à gauche. Vois-tu Taparole comme le véhicule d’un autre système économique ? D’un autre système de valeurs ?
Roxane Joseph : De valeurs différentes oui, si on peut montrer au monde que c’est possible de réaliser de beaux projets qui perdurent et se développent sans renoncer à ses idéaux, en les mettant en œuvre alors le pari est réussi. Quant à l’aspect économique il est évident que l’on prouve chaque jour que notre projet est viable, crée des emplois, une certaine économie, mais c’est aussi au prix de beaucoup d’abnégation, d’obstination et de travail, c’est un secret pour personne que les structures associatives restent dans une grande précarité, fragilité économique, notre réussite tient beaucoup à l’énergie des bénévoles et à la passion qui nous anime ! Mais je crois beaucoup au monde associatif, aux collectifs, aux initiatives citoyennes pour faire évoluer le monde, l’espoir se situe là, assurément.

Richard Desjardins
Richard Desjardins

Hexagone : Quelle a été l’évolution de la fréquentation depuis la création jusqu’à 2013 ?
Roxane Joseph : De 400 à plus de 3000. Cela a été très progressif, à échelle humaine, en suivant notre bonhomme de chemin, le public s’est toujours montré très réceptif aux intentions que l’on mettait dans la programmation, dans nos évolutions, nous avons une grande confiance dans notre projet car nous sommes convaincus de sa pertinence!

Hexagone : La prog est assez éclectique cette année dans les styles présentés. Est-ce Taparole ou la chanson en général qui évolue, qui se modifie ?
Roxane Joseph : J’ai toujours pensé que la richesse de l’esthétique chanson se situait dans sa variété au sens noble du terme. Elle est variée, riche, foisonnante, la chanson c’est du rock, du slam, de la poésie, du minimalisme, de l’humour, de la revendication, c’est tout ça à la fois, mais cette année, c’est vrai, on avait envie de couleurs, de mouvements, de rythmes, inviter la maloya réunionnaise, le folk de la Maison Tellier… Je pense que la chanson s’est toujours inspirée de nombreuses influences mais qu’elle est parfois défendue par des chapelles qui l’emprisonnent un peu, alors qu’elle n’est jamais plus belle que lorsqu’elle est libre et qu’elle surprend. Bien qu’il y ait beaucoup de groupes qui choisissent l’Anglais, il y a aussi un regain d’intérêt pour notre vieille langue, on le voit avec le succès d’un groupe comme Fauve ou La Femme, il y a donc des mouvements contraires mais je crois que c’est ainsi depuis longtemps.

Hexagone : Aussi, le festival se déroule sur quasiment une semaine et sur différents lieux à Montreuil. A quelle envie également cela répond-il ?
Roxane Joseph : C’est dans l’essence d’un projet de le faire évoluer, grandir, c’est ce qui motive, entretient la passion, mais dans notre cas nous ne voulons pas nous développer en perdant justement les objectifs de départ, donc un des choix qui est fait est de s’étendre dans la ville, nouer de nouveaux partenariats, s’ouvrir et collaborer avec d’autres structures, chaque année nous rencontrons de nouvelles personnes qui nous permettent d’ancrer davantage le festival dans la ville, on aimerait bien s’étendre à d’autres villes encore et embraser toute la région!

Nevché
Nevché

Hexagone : Si Taparole avait le budget des Vieilles Charrues, on verrait qui à la Parole Errante ?
Roxane Joseph : Ou la la…. Vaste question. On se paierait Brigitte Fontaine, Higelin, Fauve, Manu Chao…. On pourrait surtout se payer le luxe de multiplier les découvertes.

Hexagone : Dans le sillage de Taparole, il y a eu La Menuiserie comme nouveau labo à chansons. Quelles sont les prochaines étapes, les prochains projets ?
Roxane Joseph : Et bien comme toujours…. Pousser les murs de La Menuiserie où on commence à se sentir à l’étroit, on cherche sérieusement un lieu plus adapté à notre démesure! Le festival c’est génial, mais éphémère, le vrai pied c’est des concerts toute l’année, accompagner des artistes au quotidien, être auprès d’eux, de leur fragilité et frôler le bonheur à travers les yeux du public, pour ces instants vécus, partagés, on est prêts à bouger le monde!

Hexagone : Quel est ton meilleur souvenir à Taparole depuis sa création ?
Roxane Joseph : Un des moments que je préfère c’est à la fin de chaque soirée, quand le public repart, je me place près de la sortie et je les vois sortir, heureux, beaux, apaisés, émus, ils ont souvent un mot doux pour nous, pour les artistes, les bénévoles et ça fait tellement de bien de vivre ça, je peux rentrer chez moi, dormir quelques heures avec la quiétude que procure la certitude du travail bien fait.


 

INFOS PRATIQUES

Festival TaParole à La Parole Errante
du 13 au 15 juin 2014
La Parole errante 9 rue François Debergue – 93100 Montreuil
Métro Croix de Chavaux – Bus 102 / 115 / 127 / 122 / N16 / N34
01 48 40 56 53 | info@festivaltaparole.org | www.festivaltaparole.org
Tarifs : 15€ |11 € | PASS 4 jours 30 € | gratuit pour les -12 ans
Spectacle jeune public : 5€ pour les accompagnants

Festival TaParole Hors les Murs
du 9 au 12 juin 2014

Lundi 9 juin 2014 à partir de 17h
Bal folk du Collectif Markus
Théâtre de Verdure, la Girandole
65 rue Pierre de Montreuil 93100 Montreuil | Métro Mairie de Montreuil et bus 122 arrêt Saint-Just ou 15 mn à pied
Libre participation à partir de 5€

Mardi 10 juin 2014 à 19h30
Lavomatic Tour (scène ouverte, entrée libre)
Ser’press laverie
41 bd Rouget de Lisle 93100 Montreuil

Mercredi 11 juin à 15h00
Spectacle jeune public François Lemonnier Quand j’étais petit
Théâtre Berthelot
6 rue Marcelin Berthelot – 93100 Montreuil
Réservations conseillées : 01 41 72 10 35 – resa.berthelot@montreuil.fr
5€

Jeudi 12 juin à 20h30
Rocé
Café La Pêche
16 rue Pépin – 93100 Montreuil
www.lapechecafe.com – 01 48 70 69 65
Tarifs : 14€ | 11€ | 8€ | Pass 4 jours 30€

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here