Tant pis, on verra pas la mer – Martins et Mouron –

0
157
© Chantal Bou-Hanna

Les 6 et 7 mai dernier, le Théâtre de Vienne (38) présentait la création du spectacle de Bruno Martins et Jean-Michel Mouron : Tant pis, on verra pas la mer mis en scène par Michel Belletante. Les deux artistes que nous avons connu pendant plus de vingt ans comme membres d’Entre 2 Caisses, nous proposent un spectacle original de parlures et mangement (termes indiqués en sous-titre). Parlures : nos deux comédiens parlent et racontent. Et le mangement ? Tous les sièges rouges du théâtre on été enlevés, l’espace récupéré est occupé par des tables rondes entourées de chaises sur lesquelles les spectateurs s’installent. Un mangement très bon d’ailleurs : en entrée sardinade comme à Nazaré, en plat le potjevleesch spécialité du Nord – plus facile et savoureux à déguster qu’à écrire ou prononcer – et en dessert ananas au rhum.

© Chantal Bou-Hanna

Le chti El’Biloute (Mouron) et Tiago d’origine portugaise (Martins) nous reçoivent dans leur bistrot, typé « bar de la marine », à l’occasion de l’anniversaire de Biloute. Ils racontent et chantent, évoquent la mer et les rapports humains. Nous naviguons entre le Portugal (on y entend Amalia Rodrigues) et le Nord (ils chantent Raoul de Godewarsvelde : Quand la mer monte).

Dans la forme, ce spectacle théâtral, semble volontairement assez éloigné d’un concert d’Entre 2 Caisses. Jean-Michel Mouron qui était le seul sans instrument, joue de la guitare, et Bruno Martins a délaissé sa contrebasse pour un accordéon. Ils chantent moins (une dizaine de titres) et pas vraiment le même répertoire : Niagara (L’amour à la plage), la Rue Ketanou (Le capitaine la barrique) et Fernandel : La bouillabaisse pour laquelle ils font entonner au public le refrain : « Ah que c’est bon la bouillabaisse, ah mon dieu que c’est bon, bon, bon » Sur les sujets abordés, ce spectacle apparaît très proche de ces deux artistes. Les histoires et souvenirs sont parfois inventés (comme les aventures de Borgnefesse), souvent autobiographiques (comme les voyages au Portugal ou en Irlande). On ressent la grande et longue complicité, ainsi que la tendresse et la nostalgie qui unit ces deux amis (excellents comédiens qui ont su transférer tout cela sur leurs deux personnages !). Le groupe Entre 2 Caisses s’était formé pour partager des chants de marins et pour le rappel ce sera… une chanson de marin (Les filles de Lorient). Toutes les histoires et les chansons respirent la mer. Nous avons été particulièrement émus par Bréhal chanté a cappella par Jean-Michel et nous avons fortement apprécié leur interprétation pour Les Marins (Font et Val) et Verne et Zola (Bernard Joyet). Ces deux amis, amateurs de vin, finissent par Fortis, j’aimais le vin (Gérard Pierron) : « Auront-ils le goût que je garde / Et la saveur de l’amitié ? / Vin rouge, anis, rhum et café » 

© Chantal Bou-Hanna

Un spectacle en complète acoustique et en totale humanité. Un régal pour les oreilles et le palais, les yeux et l’esprit. Les deux comparses nous font rire et nous émeuvent. Le soir de la première, des amoureux du spectacle vivant sont venus d’Allemagne, d’Indre-et-Loire, de Nantes et de Toulouse. Des camarades chantistes étaient également dans le public : les deux autres Caisses Dominique Bouchery et Gilles Raymond ainsi que Monique Brun. Tant pis, on verra pas la mer mais nous reverrons Martins et Mouron et ça c’est chouette ! Pour les séances privées ou chez les particuliers, les chanteurs conteurs se font aussi cuisiniers et serveurs.

Sur le site de Martins et Mouron, vous trouverez la recette de la sardinade et celle du potjevleesch en chti. Et aussi les prochaines dates annoncées : le 6 septembre au Bijou à Toulouse dans la salle de bar, le 14 octobre à Saint Martin-en-Vercors (26), et du 15 au 17 mars 2023 à La Touline à Azay-sur-Cher. En Novembre, ils seront au festival Jambon Beurre à Saint-Pierre-et-Miquelon.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here