HomeReportagesFVC – N°5 : Pâques, René Char, Robert & Shana Parkeharrison

FVC – N°5 : Pâques, René Char, Robert & Shana Parkeharrison

FORUM VIRUS COURONNÉ – Présentation par Xavier Lacouture


Atelier n° 5 – Pâques, René Char, Robert & Shana Parkeharrison

Les consignes données aux participants

Nous voilà déjà à l’exercice N°5 . C’est aujourd’hui le lundi de Pâques alors voilà la proposition:

  • Une phrase : « Comment vivre sans inconnu devant soi » ( René Char )
    On n’est pas obligé d’employer forcément la phrase mais il faut garder le concept
  • Sept mots inspirés par Pâques : lune/ cloche / coutume/ calendrier / fête / bénir / cène ou scène
  • Une photo de : Robert et Shana ParkeHarrison
  • Structure
    3 couplets  de 8 vers
    2 vers de 10 pieds
    2 vers de 8 pieds
    2 vers de 6 pieds
    2 vers de 4 pieds
    rimes plates
    refrain ou pas au choix
  • Pâques c’est le retour des cloches, on passe donc du silence au son, alors pensez aux sons.

Alex Balduzzi – Sur le bitume

Je prends le train en marche et joins ci-dessous ma modeste proposition.

Sur le bitume (Alex Balduzzi)

Hier, on entendait sonner les cloches,
j’trainais mes cernes, sans le sous, sous les porches.
Dans le « no man’s land de cette rue,
théâtre d’une scène interrompue.
Seuls des reflets de lune,
Courent, traversent et m’importunent.
Et moi j’les grime,
À quoi ça rime ?

Toute cette mascarade,
Où est la fête, où sont les masques ?
Les confettis et les bourrasques,
J’veux pas lâcher prise, ni rendre mon costume…
Et faudrait lever le pied de l’accélérateur ?
Quel jour on est ?
C’est quand qu’on meurt ?
Sur le bitume…

Demain, c’est vrai, on devrait honorer
Les coutumes, les fêtes de calendrier,
Et bénir à nouveau faux saints,
Chienne de vie et autres margoulins.
Seuls les pamphlets obscurs
S’illuminent et perdurent.
Dans la pénombre,
J’les compte en ombres.

Et toute ces mascarades,
Où est la fête, où sont les masques ?
Les serpentins et les bourrasques,
J’veux pas lâcher prise, ni rendre mon costume…
Et faudrait, en plus, lever le pied de l’accélérateur ?
Quel jour on est ?
C’est quand qu’on meurt ?
Sur le bitume….

Aujourd’hui on allait chanter musique
Jouer fanfare et quelques notes folkloriques,
Je me suis fait une joie au chœur
De voir, arcs-en-ciel et couleurs.
Mais seul sonne troubadour,
Pas légers, le cor lourd.
Alors je danse
Et foule la trans…

De toute cette mascarade,
Où est la fête, où sont les masques ?
Les confettis et les bourrasques,
J’veux pas lâcher prise, ni rendre mon costume
Et faudrait lever le pied de l’accélérateur ?
Quel jour on est ?
C’est quand qu’on meurt ?
Sur le bitume…

 


Christophe Rymland – Avril 2020

Je prends le train en marche, j’ai enfin pris le temps de me pencher sur un exercice. J’ai vaguement respecté les contraintes.

Avril 2020 (Christophe Rymland)

Il fallut attendre avril 2020
Pour que tu mettes de l’eau dans ton vin
Hier encore plein d’arrogance
Tu crachais sur leur doléances
Je pense aux infirmières
Gauloises réfractaires
Coronavirus
Tu l’as dans l’anus

Le virus vient de sonner les cloches
A celui qui nous aura fait les poches
Elle n’est plus vraiment à la fête
Ta réforme des retraites
ADP Française des jeux
Comment dire ? c’est fâcheux
Coronavirus
Tu l’as dans l’anus

Manu tu aurais pu vendre la lune
En valeur mobilière comme de coutume
C’est peut-être un moment béni
Où le pays semble guéri
De sa fièvre libérale
ça redonne le moral
Un petit rictus
Coronavirus

 


Patrice Jania – La colère

Je m’appelle Patrice Jania. Je vis en Ardèche, dans le petit village de Thueyts. Guitariste et chanteur, je me produis partout en France et à l’étranger depuis 1991.

La colère (Patrice Jania)

Et toi, en vrai, t’as pas envie des fois
De faire leur fête aux choses autour de toi
De faire la vaisselle par le vide
Mauvaise lune, idées sordides
De défaire le ménage
La lessive, un carnage
Foutr’ le foutoir
Juste pour voir

La colère, que tu la contiennes
Ou pas, comment savoir si elle est saine

Et toi, en vrai, quand tu l’entends sournois
T’as pas envie de refaire son minois
La pauvre cloche, l’esprit réduit
Il parle, on dirait qu’il bénit
Redevenir sauvage
Et péter les plombages
Hachoir, bonsoir
Juste pour voir

La colère, que tu la contiennes
Ou pas, comment savoir si elle est saine

Et toi, en vrai, ça te fait rien au ventre
Ou est-ce que t’aime ça, coincé dans ton antre
Barrer sur le calendrier
Des journées à plus rien branler
Faire tiennes d’autres coutumes
Quand là-haut on t’enfume
Change de code-barre
Essaie pour voir

Share With:

hexagone.lemag@gmail.com

No Comments

Leave A Comment