HomeVidéosEiffel – Chocho

Eiffel – Chocho


Extrait de l’album ‘Stupor Machine’

Réalisateur : Julien Raynaud
Maquilleuse : Mara Sastre
Monteur : Sébastien Ravizé
Producteur délégué : Mike Palace

Avec l’aide et le soutien d’Alexis Willis, Blandine Raynaud, Bruno Martin, Mike Palace et Frédérick Diot.

Moyens techniques : West Motion, 18-55, Willis Willis

Estelle Humeau: basse, chœurs
Nicolas Courret: batterie, chœurs
Nicolas Bonnière: guitares électriques, chœurs
Romain Humeau: chant, guitares électriques et acoustiques, piano, programmations, chœurs

Réalisé et mixé par Romain Humeau au Studio des Romanos
Enregistré par Hugo Cechosz au Black Box Studio et Romain Humeau au Studio des Romanos
Ecrit et composé par Romain Humeau
Edition: Poil de Planète
Mastering: Alexis Bardinet, Globe Audio / Bordeaux.

Réalisateur : Julien Raynaud
Producteur délégué : Mike Palace

(p) & © 2019 LE LABEL – [PIAS]

#EIFFEL #ChoCho #StuporMachine

« Tout le long, le long de tes trésors
Giflés de mystères et de brumes
Tu m’apparaissais tel un sémaphore
Griffant le bleu nuit des lagunes
Chocho, tu cabotines
À l’origine
Mon ourson, ma frangine

Attends-moi un peu
Aux splendeurs déhanchées de ton fandango
Va et viens où, comme tu peux
Quand au froid des ténèbres tu souffles le Chocho
Chocho

Toutes chairs et galbes en farandole
Cloud nine à fleur de Centaure
Tu m’apparaissais tel un trompe-la-mort
Dont vint à éclore la corolle
Chocho, je coule de source
À l’origine
Petite Ourse frangine

Attends-moi un peu
Aux splendeurs déhanchées de ton fandango
Apprends-moi le feu
Les sept mers recommencées de tes vertigos
Va et viens où, comme tu peux
Quand au froid des ténèbres tu souffles le Chocho
Chocho

Apprends-moi le feu
Apprends-moi le feu

Et tout le long, le long de l’eau qui dort
Miel de nos lunes, bouton d’or
Chocho, tu cabotines
À l’origine
Petite Ourse frangine

Attends-moi un peu
Aux splendeurs déhanchées de ton fandango
Va et viens où, comme tu peux
Quand au froid des ténèbres tu souffles le Chocho
Attends-moi un peu
Aux splendeurs déhanchées de ton fandango
Va et viens où, comme tu peux
Quand au froid des ténèbres tu souffles le Chocho
Chocho »

Share With:

hexagone.lemag@gmail.com

No Comments

Leave A Comment