HomeReportagesAvignon off : Gainsbourg Confidentiel

Avignon off : Gainsbourg Confidentiel

Ce spectacle musical évoque les années 57 à 63 de Gainsbourg et ses cinq premiers albums. La scène se partage en deux espaces, un peu cocons et propices aux confidences.  Côté cour, un fauteuil, une lampe, et une table basse avec une carafe et un verre. Côté jardin, les deux excellents musiciens orientés jazz, David Fabre et Aurélien Maurice, et devant eux un pied avec un micro vintage que le chanteur comédien Stéphane Roux rejoint parfois. En fond de scène, au fur et à mesure de leur mention, chaque pochette d’album est projetée.

Un Gainsbourg confidentiel, diablement captivant. Le comédien décrit le contexte de cette époque et chronique ces albums ambitieux mais restés… confidentiels commercialement. Pour le premier album Du chant à la une ! …, Marcel Aymé écrit dans la préface : « Gainsbourg chante l’alcool, les filles, l’adultère, les voitures qui vont vite, la pauvreté, les métiers tristes… » Le chanteur donne à entendre une quinzaine de titres inconnus, de la plupart du public présent, et fort intéressants – seuls Le poinçonneur des Lilas, La Javanaise et Laetitia sont familiers à nos oreilles. Nous nous amusons à rechercher le Gainsbourg à succès caché dans ces premiers textes. La thématique de l’amour, fort présente, est développée d’une manière originale dont pourrait s’inspirer la plupart des auteur-e-s- actuel-le-s. Les chansons sont courtes, concises et épurées, avec déjà la détection des mots qui sonnent. Au-delà de la qualité des titres, du chant et de la musique proposés, le spectacle est valorisé par le texte de Jean-François Brieu, brillant chroniqueur et également portraitiste révélant moult précisions sur la personnalité de l’artiste Gainsbourg, son écriture de créateur et ses choix de musicien : « Ses textes regardent vers la littérature classique, ses mélodies optent pour la nouvelle vague. Il fait le grand écart… » Les chansons interprétées reprennent au moins un titre des quatre premiers albums. Et surtout dix du cinquième opus Gainsbourg confidentiel« le disque de l’homme seul qui fume à la table desservie où elle n’est pas venue. Le disque jazz du milieu de la nuit, quand les traits se gonflent, quand les bouteilles sont mortes, quand les paquets de clopes vides sont jetés par terre. Un album d’auteur, un disque secret. » Stephane Roux, avec une belle aisance de comédien et de chanteur, évolue avec facilité du fauteuil au micro sur pied, et du texte au chant. Au service des titres et de la musicalité, il chante sans mimétisme et avec ses propres qualités. Sur scène, par fidélité au personnage, il fume et boit du bourbon.

L’évocation s’arrête deux ans avant l’apparition d’une poupée de cire et du succès. Original, instructif et réussi, ce spectacle au joli succès public, s’adresse autant aux connaisseurs du Gainsbourg médiatisé qu’aux curieux, et donne envie d’écouter les premiers albums. Gainsbourg confidentiel, un spectacle qui ne devrait pas le rester.


Joué au  Collège de la salle – Festival Avignon off du 5 au 28 juillet

Nota – Local bien connu des avignonnais, Stephane Roux, a chanté dans plusieurs éditions du festival off, a géré le Théâtre des vents, et a créé un festival de chanson française.


La femme des autres from wobtv on Vimeo.

Share With:

mick.hexagone@gmail.com

No Comments

Leave A Comment