HomeReportagesFestival DécOUVRIR de Concèze 2016

Festival DécOUVRIR de Concèze 2016

De retour du Festival DécOUVRIR de Concèze, il fallait que je vous raconte ce que j’y ai vu, ce que j’y ai entendu, les rencontres, les découvertes, le mélange des talents. À Concèze, la poésie rencontre la chanson, les musiciens accompagnent les poètes, les artistes partagent la scène, les mots et la musique. Pendant une semaine, les bénévoles œuvrent avec ferveur et avec le sourire, l’Ensemble Découvrir (qui accompagne de nombreux artistes sur un ou deux titres pour l’occasion) va de répétitions en répétitions et la famille Vincenot veille au bon déroulement général. Dans la journée, profitant du soleil de l’été, les enfants jouent pendant que les « un peu plus grands enfants » font connaissance, racontent des anecdotes, fredonnent en faisant résonner quelques accords. Le soir venu, le public prend place et chacun se laisse plonger dans le monde des uns ou dans des univers qu’il connaît plus ou moins. La curiosité, l’écoute et la bienveillance des spectateurs et des participants du festival dégage une bien belle atmosphère. La diversité et la qualité de la programmation en font une semaine très riche autant artistiquement qu’humainement.
Il serait trop long de revenir sur la totalité du festival (et comme tu as lu le compte rendu de David chaque jour, tu sais déjà tout), alors je vais juste partager quelques images et quelques impressions.

Ouverture

Château de Pompadour – Photo: MH Blanchet – Reproduction et utilisation interdites sans l’autorisation de l’auteur

La soirée d’ouverture a eu lieu samedi 13, sur les Terrasses du Château de Pompadour ! C’est donc dans un cadre fabuleux que l’Ensemble Découvrir et 12 des artistes participant à l’édition 2016 ont présenté 2 chansons ou quelques poèmes chacun, pour donner un avant-goût de la semaine à venir. Le public est venu nombreux au rendez-vous, dans un cadre magique, pour une soirée qui a ouvert de bien belle façon le festival.

Manu Lods dégage comme un rayon de soleil, redonne une bouffée d’air frais. Le talent de faire sourire et de toucher en même temps. Il joue habilement avec les mots, trouve des angles différents pour raconter ses histoires. Sur le même titre, il peut à la fois te faire rire, et te faire dire que c’est super beau. L’équilibre entre légèreté et profondeur, la justesse de dire les choses de façon à adoucir les cœurs.

Presque-Oui

Presque Oui – Photo: MH Blanchet – Reproduction et utilisation interdites sans l’autorisation de l’auteur

Thibaud Defever (alias Presque Oui), est un poète allié à un virtuose. Il pourrait uniquement lire ses textes, ou juste jouer ses morceaux, ça marcherait toujours aussi bien. Avec lui, on se laisse porter par les notes, sans trop savoir où elles vont nous embarquer, puis on écoute les mots qui touchent, frappent, apaisent, selon les titres. Un brin de mélancolie, une touche d’humour, une pointe de bonheur, tout est là.

N’ayant pas l’habitude d’écouter des lectures de poèmes, chaque moment « poésie » a été une découverte, mais celui-ci me laissera un souvenir spécial. Bien que le choix d’un texte long fasse que j’ai un instant décroché, Pierre Aussedat m’a impressionnée par sa façon de raconter Namouna (conte versifié d’Alfred de Musset). La diction, l’intonation, la gestuelle et l’expression du visage ont transmis avec finesse chacun des détails.

Eric-Guilleton-1

Eric Guilleton – Photo: MH Blanchet – Reproduction et utilisation interdites sans l’autorisation de l’auteur

Découvert le soir du lancement du Festival, Éric Guilleton m’a touchée dès les premiers mots de son titre La beauté des humbles. Quand ce morceau a commencé, il s’est passé quelque chose dans son regard, comme si une émotion particulière s’installait. À la fin, la sincérité et l’authenticité ne faisaient plus aucun doute. Il y a des choses qui ne trompent pas. La plume, l’interprétation… C’était beau, très beau…

Dani fait partie de belles surprises. Accompagnée par Émilie Marsh, elle a apporté une couleur musicale que l’on n’avait pas encore entendue pendant le festival. Je me suis surprise à fredonner les refrains de ses chansons incontournables, et le public s’est laissé porter par la belle énergie que dégageait ce duo, qui, il faut bien le dire, fonctionne à la perfection !

Emilie Marsh

Emilie Marsh – Photo: MH Blanchet – Reproduction et utilisation interdites sans l’autorisation de l’auteur

Émilie Marsh a une fois de plus confirmé tout le bien qu’on pense d’elle. La rockeuse a pris du métier, et depuis quelques mois, ça se ressent. Sur scène, elle est à sa place. De l’énergie, du son, du rock, mais jamais « trop ». Juste ce qu’il faut, là où il faut. La voix est posée, plus question de démonstration, uniquement la force de l’intention. Du rock classe comme on aime !

Rose a cette faculté précieuse de toucher les gens et faire du bien à travers ses mots. Le talent de poser les mots justes sur des mélodies qui leur donnent tout leur sens, des arrangements live qui apportent une dimension encore plus forte aux morceaux, l’authenticité évidente et la complicité du trio (elle était accompagnée par Mathieu Coupat au piano et Thomas Semence à la guitare) ont encore une fois conquis le public.

Ayant malheureusement dû partir plus tôt que prévu, je regrette d’avoir raté la soirée d’Antoine et Dounia Coesens, mais je me rattraperai à la première occasion possible. Merci à toute l’équipe organisatrice, à tous les bénévoles, aux artistes et au public, de faire de ce festival ce qu’il est ! Pendant ces quelques jours, j’ai fait des rencontres aussi belles qu’improbables, j’ai partagé des moments précieux, j’ai découvert des artistes aussi talentueux qu’humains et j’ai vu un public sachant apprécier autant les mots que la musique. Pour tout cela, merci !

Poesie

Pierre Aussedat – Photo: MH Blanchet – Reproduction et utilisation interdites sans l’autorisation de l’auteur

Share With:

contactmhbprod@gmail.com

No Comments

Leave A Comment