HomeReportagesEmilie Marsh, reine de Pic

Emilie Marsh, reine de Pic

Le Pic d’Or 2015. Concours en trois actes qui respecte la règle des trois unités d’une pièce de théâtre. Unité de lieu : le théâtre (et nous n’allons pas voir une pièce classique puisque nous sommes au théâtre des Nouveautés de Tarbes !). Unité de temps : la fin de semaine des 22 et 23 mai. Unité d’action : une joute en chanson  française dans laquelle interviennent vingt cinq candidats pour 6 prix.

Acte 1 : Les auditions

Photo Michel Gallas

Ti-Mano – Photo Michel Gallas

Les acteurs principaux – par ordre d’apparition sur scène – : Léa Helbo, Jeremy, Ernest Barbery, Lutopia, Jane for tea, Eskelina, Baptiste Daleman, Nehl Aëlin, Bastien Lucas, Paris Moscou, Marianne, Ti-Mano, Manon Raineri, Peyo Faya, Cyprès, Liz de Lux, Angèle, Esteban Fernandez, Les Akouphènes, Emilie Marsh, Théophile Ardy, La Bestiole, Rosie Marie, Charlie Tango, Ariel Kenig.

Vendredi de 9h40 à 12h. Une épreuve matinale et difficile : une seule chanson par candidat. Même si l’entrée est gratuite, vu l’horaire, les artistes se trouvent devant une salle vide avec uniquement le jury, deux chroniqueurs (Claude Fèvre du site Nos Enchanteurs et le gars moi-même) et deux stagiaires de la Dépêche de Tarbes. Un enchaînement d’artistes où parfois le temps d’installation désinstallation (un grand merci aux techniciens) est supérieur au temps de la chanson. Une chanson c’est court. Une chanson c’est rapide. Pas forcément le temps d’installer sa personnalité, d’aller au-delà du trac. Et est-elle vraiment représentative du répertoire de l’artiste, de son univers ; est elle adaptée au contexte de ce concours à élimination sur un titre ?

Photo Michel Gallas

Marianne – Photo Michel Gallas

Un petit entracte pour la pause déjeuner. Le temps de la rencontre et de l’échange. Rencontre d’une chroniqueuse avec un artiste qui a souffert d’un ancien article et des commentaires associés et qui profite de l’occasion pour l’exprimer. Rencontre et échange des artistes entre eux aperçus en groupes dans deux brasseries proches du théâtre. Rencontre et échange des deux chroniqueurs avec  le jury de professionnels pour un repas au soleil. Et on reprend l’après midi de 13h30 à 16h30. Un auditoire un peu plus nombreux : quelques amateurs, les parents ou amis et les artistes étant passés le matin. Les vingt cinq candidats nous livrent un large panorama de la chanson d’aujourd’hui avec beaucoup de styles différents, sur la forme, l’accompagnement musical, les sujets et la manière de les traiter. On conserve le traditionnel solo guitare voix  et les solo ou duo piano voix. Mais on vient désormais en groupe à trois voire à quatre (Lutopia, Liz de Lux). . L’électro est présent. Parfois la musique – batterie ou clavier – couvre le texte et le rend inaudible. En tant que spectateur je découvre, avec un grand plaisir, beaucoup d’artistes.  Je n’avais vu en scène qu’ Emilie Marsh,  Eskelina ici en solo, et Jane For Tea groupe toulousain. Je n’avais entendu ou vu en vidéo que Cyprès, suite au prix Moustaki, et Bastien Lucas.

Photo Michel Gallas

Baptiste Daleman – Photo Michel Gallas

Les originalités du premier tour ?  D’abord Ti-mano tout jeune qui arrive avec son accordéon, son ordinateur, son noeud pap sur une chemise blanche, qui joue assis  et nous percute avec le texte de Mauvaise foi et son refrain entraînant. Ensuite Charlie Tango qui se présente en duo guitare violon et fait naître l’émotion. Et puis Les Akouphènes duo féminin guitare loop cajon avec une percussionniste impressionnante. Les autres découvertes : moins originales sur la forme car en guitare voix, mais retenant fortement l’attention et avec une mélodie qui se retient facilement Marianne pour Tout ce qu’elle veut, chanson d’amour au féminin, et Baptiste Daleman avec Passioné. D’ailleurs le refrain de ce titre pourrait symboliser cette audition « Pas de frustation Juste vivre sa passion » et notamment les neuf artistes ou groupes, non retenus pour la demi-finale, qui auront fait le trajet pour une chanson. Un peu difficile certainement, entre autres, pour les trois des quatre artistes passés les premiers le matin qui sont éliminés.

Acte 2 : La demi-finale

Photo Michel Gallas

Jane For Tea – Photo Michel Gallas

Sur les seize sélectionnés pour la demi-finale, pas de surprise avec mon propre choix : un seul groupe de différence. Rendez-vous donc, ce même vendredi, à 20h30 avec  : Charlie Tango, Jérémy, Jane For Tea, Eskelina, Bastien Lucas, Marianne, Ti-Mano, Cyprès, Angèle, Émilie Marsh, Rosie Marie, Nehl Aëlin, Liz de Lux, Théophile Ardy, Les Akouphènes, Baptiste Daleman. Et puis pendant la délibération du jury un concert du Pic d’argent 2014 : K. Grand changement, par rapport aux auditions : des lumières, du public et un animateur. Comme tu n’étais pas présent je vais te donner deux trois informations que tu ne trouveras pas sur le site des artistes et qui montrent que j’étais bien là. Les deux pianistes féminines Nehl Aëlin et Rosie Marie soignent leur présentation et changent de tenue. Rosie Marie, pour ces deux chansons, arrive sur scène en chaussures dorées à talons, joue pieds nus, chante joliment et repart chaussures à la main. Le groupe, en trio, Jane For Tea, lui, change d’instrument.

Photo Michel Gallas

Rosie Marie – Photo Michel Gallas

Séverine la chanteuse remplace son drôle d’instrument : un grattoir avec deux brosses à cheveux par un banjolélé et les deux musiciens arrivent avec une contrebasse et une petite batterie à la place des guitare et ukulélé du premier titre.  Puisque tu es sur Hexagone, il me semble géographiquement logique de t’informer que plus de la moitié des demi finalistes viennent de Paris (Emilie Marsh, Rosie Marie, Les Akouphènes, Cyprès et Angèle Osinski) ou de Lyon (Charlie Tango, Liz de Lux, Théophile Hardy, Jeremy), le reste – de l’Hexagone – étant représenté par Tours, Rennes, Grenoble, le Berry, le pays basque et Toulouse (ah, quand même !). Et Michel tu comptes nous parler un jour de la demi finale et des artistes ? Bon d’accord. Mais plutôt que de la demi-finale, je vais t’évoquer l’impression donnée après deux chansons et la sélection pour la finale. Ce concours est d’une bonne qualité, la présence sur scène de tous les candidats est indéniable et musicalement on sent l’assurance.

Photo Michel Gallas

Eskelina – Photo Michel Gallas

La qualité des textes semble parfois un niveau – au moins – en dessous. Dans la sélection pour la finale on retrouve les trois artistes que j’avais déjà vu plusieurs fois sur scène  – pour moi les incontournables – : Marsh, Eskelina et Jane For Tea.  D’abord Emilie Marsh, en trio, qui allie des textes personnels, un son rock, une belle présence sur scène et la musicalité d’un trio (guitare piano batterie). Ensuite Eskelina, en guitare voix, superbe interprète dont la chanson Emilie, façon délicate de parler d’amour entre femmes n’a pas de rapport, a priori, avec Marsh mais plus avec la première chanson de Marianne. Et enfin Jane For Tea pour la voix de Séverine, la musicalité du trio et la fantaisie des chansons dont ici le Test amant. Le jury est un personnage important de ce suspens en trois actes et son choix commence à s’écarter du mien pour deux trois artistes. Je reste  surpris de l’élimination de Charlie Tango qui m’a ému. J’aurai bien aimé aussi entendre une troisième chanson de Marianne et d’Angèle.

 

Acte 3 : La finale

Photo Michel Gallas

Les Akouphènes – Photo Michel Gallas

Les neuf finalistes, toujours par ordre d’apparition sur scène : Les Akouphènes, Eskelina , Bastien Lucas, Cyprès, Emilie Narsh, Jérémy, Jane For Tea, Ti-Mano, Liz De Lux. La salle est remplie, quelques toulousains amateurs de chanson et de découvertes ont fait le trajet et m’ont rejoint. Pour la finale, les artistes jouent deux titres dont au moins un nouveau. Émotion et suspense. Je te refais le coup des particularités de cette soirée. Cyprès, seul dans son cas, présente deux nouvelles chansons : Paris sous les Eaux et l’Accordéon dans la Lumière. Eskelina ajoute un instrument, la contrebasse et bien sûr la musicienne associée, également choriste : un vrai plus pour l’harmonie des voix. Les Akouphènes m’impressionnent sur Tic Tac, le duo de filles démontrant une belle maîtrise vocale et sonore (loop et batterie électronique). Après le concert de Radio Elvis Pic d’Or 2014, la remise des prix est effectuée.

Photo Michel Gallas

Emilie Marsh – Photo Michel Gallas

Sans surprise Pic d’Or : Emilie Marsh, aussi prix du public, beau doublé. Au dessus du lot, son trio permet de faire entendre un rock musical où la voix et les textes restent en avant (ce qui n’a pas été le cas de tous les groupes), elle est brillamment et depuis longtemps, accompagné par Etienne Champollion un spectacle à lui tout seul, le tournant effectué depuis son disque précédent trois ans auparavant montre sa personnalité. Avec surprise, le Pic d’argent : Bastien Lucas (qui en finale a eu des soucis avec son clavier et des titres me semble-t-il pas assez forts). Les autres récompenses : Prix du texte Ti-Mano, Prix de la musique Eskelina (qui ne compose pas), Prix d’interprétation Cyprès (une voix et un personnage particuliers). Dans mon choix personnel j’aurais récompensé  Jane For Tea et Les Akouphènes mais se mettre d’accord à plusieurs, dans un jury à forte personnalité, n’est pas chose aisée.

Photo Michel Gallas

Photo Michel Gallas

En discutant avec les artistes, beaucoup parleront de la difficulté de ce type d’épreuve avec un ou deux titres pour se faire remarquer, de l’injustice à vouloir comparer et juger des artistes aux univers différents. Mais tous reconnaîtront le grand intérêt : la rencontre et l’échange. Rencontre et échange avec d’autres artistes, avec les professionnels, avec le public. Je repars avec le plaisir de la découverte de nombreux artistes. Je reviendrai certainement l’an prochain, ayant fortement apprécié l’organisation et l’accueil. Et toi je te propose d’être curieux et d’aller sur le site de tous les artistes oui, même et surtout ceux dont je n’ai pas parlé, d’écouter les chansons proposées, de voir les vidéos publiées. Nous ne sommes pas obligés d’avoir le même avis et le contexte d’un concours reste très particulier. Pour ma part, je te cite ci dessous quelques sites d’artistes pour ceux qui ont quelques dates bientôt.


Le Pic d’Or 2015 du 21 au 23 mai à Tarbes (65) au Théâtre des Nouveautés. Nota : ci-dessus clic sur une photo elle apparaît en grand, ci dessous clic sur le nom de l’artiste ou du groupe et tu es sur son site.

Emilie Marsh : de belles dates à venir, ne la rate pas. Une petite sélection : le 19 juin au forum Léo Ferré à Ivry, le 13 juillet aux Francofolies de La Rochelle, le 29 juillet au festival Chansons de Paroles à Barjac (30), le 9 août au café Plum à Lautrec (81) en région toulousaine, le 14 août au festival Découvrir à Concéze (19). Toutes ces dates servant certainement de préparation au concert solo du 19 septembre dans la salle d’Hexagone à Clichy (92).

Angèle : Hexagonaute Parisien, sois curieux le 12 juin au forum Léo Ferré à Ivry (1ère partie), le 17 juin Les Rendez Vous d’Ailleurs (20 ème) en duo.

Rosie Marie : Hexagonaute Parisien, sois curieux (2 ème épisode) : le 3 juin à la Dame de Canton

Baptiste Daleman : sur sa page Facebook ses concerts de juin entre Anglet, Bayonne et Saint Jean de Luz dans sa région et le 7 juin une escapade à Amsterdam. pour toi si tu es vacancier ou voyageur

Les Akouphènes : bon t’as peut être (sûrement) raté leur concert du 30 mai en 1ère partie de Susheela Raman au Théâtre Hébertot. Promis, le prochain concert parisien je et l’annonce en avance. Comme je t’annoncerai les prochains concerts de Marianne et Jane For Tea.

Nota : La presse Web était aussi représentée par Claude Fèvre de Nos enchanteurs que je retrouve souvent pour les concerts sur Toulouse et désormais sur les festivals. Tu peux voir ici  une de ses chroniques sur le Pic d’Or.

Share With:

mick.hexagone@gmail.com

Comments
  • Salut,
    De tout ce beau monde, je ne connais qu’Emilie Marsh, qui vient passer en 2015 dans une dimension supérieure de la chanson, celle des artistes qui vont marquer leur temps…. (Comme Jérémie Bossone) … suivre et soutenir le plus possible, et le mieux possible, allez les voir en concert, c’est irremplaçable…

    16 juin 2015

Leave A Comment