HomeReportagesFrédo (réen)chante Renaud à Cergy

Frédo (réen)chante Renaud à Cergy

Photo Aurélie Cabarrot

Photo Aurélie Cabarrot

17 avril 2015. Cergy-Pontoise, un vendredi soir. Rencard pour un plateau de spécialités du cru : Sugar Lab, Willigens et Frédo chante Renaud. Apparemment on a eu de la chance, paraît qu’il y avait des bouchons interminables sur l’A86. On est passés complètement à côté, s’en rendant à peine compte, mais les mines étaient tirées autour de nous. Peu importe ! On a fini par arriver à l’Observatoire, sympathique salle aux allures de MJC, qui sait accueillir et redonne vite le sourire à tout le monde : on sent l’esprit associatif, ça rigole derrière le bar, les biscuits apéros sont posés sur le comptoir et la bière est plus qu’abordable. Et pas dégueu. Une bonne ambiance, on se sent de suite chez soi.

Les artistes de ce soir ressentent probablement la même chose, puisque c’est le principe de la soirée : ils sont chez eux ! L’Observatoire propose un événement aux couleurs locales, 100 % Cergy-Pontoise ; il y en a pour tous les goûts, mais le mot d’ordre c’est que tous sont d’ici, de Cergy-Pontoise donc.

Ca attaque très fort avec Sugar Lab ; ils sont 4 sur scène, et ont de l’énergie à revendre (mention spéciale à la chanteuse pour son dynamisme). Les sonorités sont tantôt rock, tantôt funk, niveau chant, on sent des influences de R’n’b par ici, de Soul par là. Un sacré melting-pot pour une musique qui est très rythmée, ça envoie ! Le groupe tient sa scène et l’aisance et la pêche de la chanteuse emporte le public. En plus, détail mais pas des moindres, les textes sont en français, ce qui n’est pas si fréquent dans ces styles !

Photo Aurélie Cabarrot

Photo Aurélie Cabarrot

On continue avec une ambiance plus reggae quand Willigens déboule sur scène. On le connaissait déjà par le biais de son premier groupe, K2R Riddim, mais depuis 2012 le chanteur guitariste Thibault Willigens mène un bout de chemin en solo, épaulé aux textes par Polo (mais si, tu sais, l’ancien Satellite qui a (entre autres) co-écrit Bleu Marine, avec Fredo justement !) et ce n’est pas pour nous déplaire. Accompagné par des musiciens de premier choix, il nous propose une musique elle aussi énergique, très dansante et enjouée ; on retrouve bien ici ce qu’on pouvait apprécier chez K2R Riddim. Les textes écrits par Polo caressent des morceaux de vie, des instants fugaces, et bien d’autres choses. Curieux que tu es, n’hésite pas à découvrir son premier album produit par… Fredo, qui a soutenu le projet dès le début !


Photo Aurélie Cabarrot

Photo Aurélie Cabarrot

Justement, le voilà le Frédo. C’est un peu la star de la soirée quand même. Il s’installe sur scène. Il vient chanter un patrimoine vivant. Renaud. Décor intimiste, à peine 2 tabourets et un orgue de barbarie dans le coin, ça te met direct dans l’ambiance. Quelques chansons en solo tout seul, et voilà qu’il est rejoint par l’épatant Alex Leitao à l’accordéon, avec lequel il jouera le reste du concert. Alternant chansons calmes, déconnantes ou engagées, les deux compères sont parfaitement à leur aise aussi bien avec le répertoire de Renaud que celui du Renard. Frédo a non seulement toute légitimité pour chanter Séchan mais il le fait avec les tripes, sur le fil de l’émotion, dans l’esprit rénaldien mais avec ses intentions propres. C’est très réussi. Les morceaux sont choisis au sens d’un florilège, c’est la crème du chanteur énervant qui est interprétée sous un paquet de petits yeux émerveillés. La chanson du loubard (oui je sais écrite par Muriel Huster mais quelle putain de chanson !), C’est quand qu’on va où, Je suis une bande de jeunes, etc. Tiens, ces trois-là de chansons, tu les retrouves sur notre chaine YouTube.

« On a mis Frédo chante Renaud pour l’affiche, mais on a pris quelques libertés » annonce tout à coup Frédo ; et c’est une succession de chansons des Ogres de Barback revisitées et réarrangées avec la simplicité d’un duo guitare / accordéon qui sont envoyées au public qui, réjoui, reprend refrains en chœur. On n’est pas si loin de l’univers de Renaud avec Les Ogres. Que ce soit dans les thèmes, le vocabulaire et les centres d’intérêt. C’est la même famille tout ça finalement.

Photo Aurélie Cabarrot

Photo Aurélie Cabarrot

On retourne le temps de quelques morceaux du côté de chez Renaud et c’est déjà l’heure du rappel. Rien vu passer. Pour le rappel, Frédo invite la clique à Willigens à le rejoindre sur scène, et c’est ensemble qu’ils font le final, reprenant notamment Léo des VRP. Quelle ambiance, que d’énergie ! On est repartis, on a repris la route sur un petit nuage, les mots de Renaud et Frédo plein la tête. Ça faisait tatatssin et des trucs comme ça.


Share With:

aurelie.cabarrot@gmail.com

No Comments

Leave A Comment