HomeArtistesDimoné et Volo sur fond de Nuit Blanche à Villejuif

Dimoné et Volo sur fond de Nuit Blanche à Villejuif

Photo Flavie Girbal

Photo Flavie Girbal

Difficile hier soir de passer à côté de la Nuit Blanche à Villejuif, commune du Val de Marne partie prenante du Festival du même nom qui se déroule jusqu’au 19 octobre. En effet, si pour nous l’évènement de la soirée se passait dans la salle Eglantine du Théâtre Romain Rolland, sur le parvis, un barnum était déplié et ça honorait crânement la fête d’automne dans le quartier !

Mais nous, on a filé rapidement dans la salle pour aller écouter les 2 protagonistes du jour. En première partie, le montpelliérain Dimoné. Puis, les frères Volovitch qui forment le groupe Volo.

On ne fera pas de grands discours ici sur les prestations respectives. On va laisser place à l’image et aux acteurs. Mais deux mots tout de même. On peut déjà qualifier cette programmation d’éclectique. Dimoné et Volo ne jouent pas dans la même catégorie, mais l’un comme l’autre (les 2 autres plutôt !) ont de solides arguments à faire valoir.

Photo Flavie Girbal

Photo Flavie Girbal

Dimoné, accompagné par l’impressionnant multi-instrumentiste Jean-Christophe Sirven, donne dans le rock, une pop-rock savoureuse qui côtoie Daniel Darc sur la gauche, Alain Bashung sur la droite et peut-être Katonoma au centre. Sur des textes tout en images, en couleurs, en impressions et en sentiments, à des latitudes du narratif, Dimoné joue sur la sonorité des mots, les rêves et les fantasmes, avance et se débat sur scène comme en un combat avec lui-même. Un nouvel album paraît le 13 octobre prochain, intitulé Bien hommé mal femmé. Ce quatrième opus, réalisé par Jean Lamoot (Alain Bashung, Noir Désir), dépasse les superlatifs, les rend caducs. C’est d’une maîtrise dont n’aurait pas rougi le Bashung cité plus haut. Dans la poétique comme dans les mélodies et les arrangements. Dimoné frappe fort.

Je conclus provisoirement en t’annonçant que Dimoné nous a reçus en interview avant son concert et qu’on te prépare un dossier sur sa belle personne qui sera publié dans ces colonnes d’ici quelques semaines.

Tout de suite, en images, Un homme libre. Dimoné et Jean-Christophe Sirven.



Photo Flavie Girbal

Photo Flavie Girbal

Avec Volo, on n’est pas dans le même registre du tout. Point de rock et point de grosses perles de sueur. Mais de l’énergie tout de même et de la chanson de belle facture, cousue main. Il faut dire qu’ils ne sont pas débutants ces deux-là !

Frédo est un des membres fondateurs des Wriggles qui ont officié pour l’essentiel du milieu des années 90 au milieu de la décennie 2000-2010. Un gros succès fait de chansons trash-burlesque dans une veine engagée et sans concessions. Si Olivier n’était pas sur les planches à l’époque Wriggles, il était néanmoins régisseur du groupe et suivait donc l’aventure au plus près.

Le duo Volo se forme officiellement en 2002. Parution de leur premier album en 2005. Actuellement signé sur le label Play On, Volo a sorti en 2013 un album intitulé Sans rires et réalisé par Jean-François Delort. 2014 voit le début d’une nouvelle tournée qui célèbre les 10 ans d’existence du groupe. Le spectacle, présenté à Villejuif ce 04 octobre, présente des morceaux connus mais également bon nombre de titres à paraitre sur le prochain album. En gros, ce n’est pas du réchauffé que les Volo nous proposent.

Photo Flavie Girbal

Photo Flavie Girbal

Chantant l’un après l’autre, alternativement, Frédo et Olivier présentent deux univers cohérents dans leurs disparités. Frédo, plus hâbleur, chante les luttes et des histoires d’égo masculin. Olivier, quant à lui, plus introverti, délivre des messages plus en biais, dans une veine plus poétique, moins directe et frontale que son frère. Les deux réunis forment un duo des plus touchants de sincérité et d’humanité. Ajoutez à cela la présence de Hugo Barbet en troisième guitare, une présence d’une subtilité aussi discrète que lumineuse. Hugo améliore les guitares de Frédo et Olivier, les augmente, les bonifie pour mettre les quelques notes, les quelques accords retenus qui transfigurent les morceaux. C’est toujours fin et inspiré. Tantôt à la folk acoustique, tantôt à l’électrique. Volo, encore un groupe Hexagonable et on ne s’en privera pas !


Photos & Vidéo : Toutes les photos de l’article sont cliquables pour être agrandies. Pour les vidéos, pense à passer la qualité en HD 720 ou mieux encore en 1080. T’auras l’impression d’y être !


Share With:

hexagone.lemag@gmail.com

No Comments

Leave A Comment