Wladimir Anselme : La Palmeraie

0
2014
Photo David Desreumaux

Quand il sort son premier album à 24 ans, Mauvaises Herbes, en 2000, Wladimir Anselme a le désir modeste de révolutionner le monde de la chanson. Il vient pour imposer son univers textuel alambiqué mais hautement poétique sur des musiques pas moins simples à saisir.

Aujourd’hui, si ses ambitions de réforme n’ont pas connu le succès qu’ il aurait espéré, les intentions créatrices et marginales de Wladimir sont demeurées intactes et on lui en sait gré ! Réalisé par les Atlas Crocodile (Csaba Palotaï à la guitare, Boris Boublil au clavier, Jeff Hallam à la basse et Marion Grandjean à la batterie), le second album d’Anselme, Les heures courtes, sorti en 2010, est une pure merveille à tous les niveaux.

Un album qui ne renie en rien le premier mais qui nous parvient plus épuré pour aboutir à des chansons qui touchent un plus grand nombre. Les textes sont pareils à des joyaux ciselés avec art et exactitude, les musiques sont des gants de velours qui viennent tantôt caresser, tantôt fouetter les mots de ce dadaïste de la chanson. On revient à ce disque, inlassablement, pour mieux comprendre ce qu’est l’accord parfait entre rock et chanson. Dommage que Wladimir se fasse si rare.

En écoute ici, La Palmeraie, dans une version acoustique.


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici