HomeActuSouscription Giovanni Mirabassi

Souscription Giovanni Mirabassi

Giovanni Mirabassi va produire un documentaire sur sa récente tournée en Asie et a besoin de nous tous. C’est dit !

S’il semble plus évident de croiser Giovanni Mirabassi au Sunset ou à Pleyel, les liens de ce pianiste virtuose avec la chanson ne datent pas d’hier et sont solidement ancrés entre tradition et engagement. D’ailleurs, si Montmartre peut s’enorgueillir d’avoir Giovanni sous son toit, c’est à La Bohème d’Aznavour qu’elle le doit !

C’est ainsi qu’on a pu voir Giovanni, non pas seulement accompagner Nicolas Reggiani sur l’album (et en tournée) Léo en toute liberté en 2004, mais ré-inventer l’univers musical du vieux lion tout en le respectant et en prenant malgré tout ses distances par rapport à l’original.

Giovanni Mirabassi, c’est aussi le tout premier compositeur et pianiste d’Agnès Bihl. Il suffit de ré-écouter La fleur du large sur l’album La Terre est blonde paru en 2001 pour s’engouffrer dans l’univers raffiné et virevoltant du pianiste.

Mirabassi, c’est encore un album très personnel consacré aux chansons révolutionnaires sur Avanti en 2000. C’est toujours de chansons dont il est question avec l’album Cantopiano en 2006, florilège de la chanson française d’hier à aujourd’hui. Gainsbourg, Alexis HK, Agnès Bihl à nouveau, Jeanne Cherhal, Bernard Dimey et Jehan, entre autres sont passés à la moulinette du Steinway & sons de Giovanni.

Donc, Giovanni Mirabassi était en tournée en Asie du 12 au 24 mai 2014 dernier. De cette tournée, un documentaire réalisé par le jeune Romain Daudet-Jahan devrait voir le jour et c’est très réjouissant. « Devrait » dis-je car aujourd’hui si une grosse part du budget est bouclé entre les divers subventions et mécénats, il reste cependant 3400 euros à trouver en 17 jours !

Une souscription est donc lancée sur Kisskissbankbank pour remplir au plus vite l’enveloppe qui n’attend que notre modeste contribution à tous. C’est pour la bonne cause là aussi, c’est pour la musique. Et si « c’est à la fin du bal qu’on paie les musiciens » disait Leprest, Giovanni a déjà tellement joué pour nous qu’on lui doit bien ça !

Share With:

hexagone.lemag@gmail.com

No Comments

Leave A Comment