HomeActuFéloche le facétieux au Hasard Ludique
Féloche - Hasard Ludique © Christophe Cussat-Blanc

Féloche le facétieux au Hasard Ludique

Etre ludique sur scène ? Une seconde nature pour Féloche ! Mais son show millimétré ne laisse aucune chance au hasard… Surtout depuis sa nouvelle « formule », qui coïncide avec le tournant électro-hip-pop de son troisième album Chimie vivante.

 

Féloche - Hasard Ludique © Christophe Cussat-Blanc

© Christophe Cussat-Blanc

Féloche avait raison et j’avais tort. Ça m’a pris du temps, non pas d’arriver mais de revenir jusqu’à lui. A sa sortie, j’avoue ne pas l’avoir écouté en boucle, son opus chimique. Un tantinet réfractaire à l’adjonction d’électro je suis… Et pourtant ce soir-là, je me suis vite rendu compte que j’étais capable de reprendre quasiment tous les refrains ! La prestation sur la scène Zebrock à la Fête de l’Humanité m’avait déjà réconcilié avec le facétieux Félix Le Bars, ce concert au Hasard Ludique a achevé d’enterrer ce fugace désamour.

 

L’amour, la joie. Le crédo des chansons de Féloche, qui parlent aux pieds – aux tripes même – avant de s’adresser au cervelet. Les représentants de sa mafia colombienne, venus en nombre l’idolâtrer, l’ont bien compris et exultent dès qu’il pénètre sur scène sur fond de fumigènes. Personnellement, je tombe en pâmoison devant Iya l’africaine bretonne et Sabrina la bulgare berbère (ainsi présentées par leur joueur de mandoline préféré). La première subjugue par sa grâce, son punch de danseuse, son aisance au chant et son sens du rythme au pad. La deuxième me tue littéralement par son jeu de basse so groovy et sa moue ravageuse.

 

Féloche - Hasard Ludique © Christophe Cussat-Blanc

© Christophe Cussat-Blanc

Un vrai « power trio ». Toujours la banane, toujours en mouvement Féloche et ses deux girls. Tango bondissant, reggae chaloupé, hip-hop déjanté, valse folklorique, voire dance avec un remix de son titre le plus connu, Silbo. Ils osent tout, pourvu que cela bouge. Le son rhythm’n blues cajun, emprunté au maître Dr John demeure bien présent. Les masques magnifiques dont ils s’affublent également. Un moment magique dans le show de Féloche, qu’il fait bien de conserver. La mise en scène, les jeux de lumière, tout est au cordeau.

 

On devine le perfectionniste derrière le blagueur virevoltant et impénitent, qui se justifie d’accorder sa mandoline « parce que c’est quand même de la chanson française »… On lui sait gré également d’avoir invité la charmante Pauline Croze sur Laisse aller et pour la reprise orientalisante et dansante de Chic Planète de l’Affaire Louis Trio. Si comme il affirme, « la musique est du sport pour le cœur », plus besoin de suer sang et eau dans une salle ou de « jogger ». Féloche, c’est bon pour ton corps, bon pour ton moral. Cours donc le voir lorsqu’il passera par chez toi !


Merci à Christophe Cussat-Blanc pour ses photos. On en retrouve beaucoup d’autres sur son site.

Share With:
Author

d.madelaine@noos.fr

No Comments

Leave A Comment