HomeInterviewsAttention les Feuilles, un festival pas comme les autres à Annecy

Attention les Feuilles, un festival pas comme les autres à Annecy

Attention les Feuilles, un festival pas comme les autres à Annecy

Le Festival Attention les Feuilles se déroule dans l’agglomération d’Annecy du 6 au 11 octobre. Laurent Boissery nous en parle. Il est le fondateur du festival et le directeur du Rabelais à Meythet dans la banlieue d’Annecy, la salle de référence pour la chanson française en Haute Savoie. La programmation de ce festival est exigeante et fait la part belle aux artistes émergents comme Cabadzi, Léonid, Théophile Ardy, Hildebrandt, Cyrz et Délinquante. Mais on y verra aussi Nicolas Jules, Sarah Ollivier, Valérian Renault et Loïc Lantoine avec le Very Big Experimental Toubifri Orchestra. Loin de ce cantonner aux belles salles de spectacle de l’agglomération d’Annecy, les artistes vont se rendre dans les bibliothèques, les médiathèques et les maisons de retraite à la rencontre d’un public aussi fidèle qu’ouvert à la découverte.

Photo Cyrille Choupas

Photo Cyrille Choupas

Hexagone : Quelle est la ligne directrice du Festival Attention les feuilles?
Laurent Boissery : Quand j’ai créé ce festival, j’ai cherché d’abord à positionner Le Rabelais comme le « lieu chanson » de l’agglomération d’Annecy car il n’y avait pas à l’époque de salle dédiée à la chanson. La communauté d’agglomération d’Annecy s’est créée juste après notre première édition et on a donc cherché à intéresser le maximum de personnes sur ce territoire tout neuf créé en 2002. Nous avons souhaité rayonner sur toute l’agglomération, et pour ça, on a investi des lieux qui ne sont pas a priori destinés au spectacle comme les bibliothèques, les médiathèques, les maisons de retraites. Il nous est même arrivé de travailler avec une auberge, un bistrot… On a fait des lectures de chansons dans des bus, des animations sur les marchés. Cette année il y a autant de rendez-vous qui relèvent de l’animation sans entrées payantes dans les lieux publics que de concerts payants dans des salles de concert. Au bout de 15 éditions, le festival s’est imposé comme un des grands moments de la rentrée culturelle sur l’agglomération.

Hexagone : Par rapport à la première édition, y-a-t-il eu des évolution marquantes ?
Laurent Boissery : La toute première édition ne s’était déroulée qu’au Rabelais. Mais depuis 2003, on rayonne sur toute l’agglomération. D’une année sur l’autre certains lieux ne renouvellent pas leur partenariat et reviennent 2 ou 3 ans plus tard. Globalement, on est présent sur une dizaine de communes dans une bonne vingtaine de lieux différents depuis plus de 10 ans maintenant.

Photo Gaëlle EvelinHexagone : Beaucoup de festivals ont vécu une année difficile en 2015. Est-ce aussi le cas d’Attention les feuilles ?
Laurent Boissery : Les aides du département et de la région sont importantes. Elles s’expliquent par le fait que le festival investit des lieux qui ne sont pas dédiés au spectacle. Mais cette année, on a dû réduire le volume du festival. On est passé de 12 à 6 jours en maintenant au moins un rendez-vous dans chacun des lieux partenaires. Le budget du festival s’élève approximativement à 160 000 euros avec tous les apports des partenaires. Les subventions s’élèvent environ à 100 000 euros qui intègrent une part de la subvention annuelle de la communauté d’agglomération au Rabelais. Les subventions dédiées explicitement au festival s’élèvent à 12 000 euros. L’an passé nous avons eu 26 000 euros de billetterie.

Hexagone : Le public d’Attention les Feuilles est disponible pour une programmation aussi exigeante ?
Laurent Boissery : Nous avons un public d’amoureux de la chanson qui osent la découverte. Ils savent que notre parti pris est de ne pas faire appel à des têtes d’affiche. On fait la part belle aux artistes émergents. On est sur cette « ligne éditoriale » qui veut faire découvrir des artistes au public. On garantit une qualité artistique : ce sont des gens qui ont quelque chose à dire et qui sont des références par leur originalité et leur créativité. Et puis je compte sur la fidélité du public et son envie de découverte et de curiosité. C’est un pari qui fonctionne puisque on réunit chaque année de 3500 à 4000 spectateurs. Pendant la saison du Rabelais où il n’y a pas la même dynamique et on a plus de mal à réunir du public pour les 2 ou 3 rendez-vous chanson que nous organisons.

Photo Mlle Coco

Photo Mlle Coco

Hexagone : Quels sont les moments forts de la programmation ?
Laurent Boissery : La soirée d’ouverture se fait au Brise Glace avec Cabadzi dont le dernier album me paraît somptueux. Au Rabelais nous avons un spectacle avec Nicolas Jules et Sarah Olivier. La soirée avec Loïc Lantoine et Valérian Renault se passe à Rumilly dans la plus grande des salles où se passe le festival. Dès qu’elle a été créée, il y a 8 ans, la salle de Quai des Arts, une salle où il y a une programmation chanson importante, s’est associée très naturellement au festival. On y a déjà fait venir pour le festival Zebda et Richard Desjardins. La soirée de clôture va se faire avec Léonid, un artiste qui a un bel avenir.

Le programme complet du Festival, c’est ici
La page Facebook du festival, c’est

Share With:

yveslepape@free.fr

No Comments

Leave A Comment