HomeReportagesCoup de jeune pour Renaud à Lyon avec François Gaillard et Frédéric Bobin

Coup de jeune pour Renaud à Lyon avec François Gaillard et Frédéric Bobin

Coup de jeune pour Renaud à Lyon avec François Gaillard et Frédéric Bobin

Visuel de Pierre Amoudry

Visuel de Pierre Amoudry

Les lyonnais François Gaillard et Frédéric Bobin proposaient samedi 6 et dimanche 7 juin un spectacle de reprises de Renaud. Je les ai rencontrés il y a quelques semaines pour parler avec eux de ce projet et puis, bien sûr, je suis allé les écouter à Agend’Arts, une salle de la Croix-Rousse à Lyon dont on aura l’occasion de reparler souvent car sa programmation en chanson est de qualité et très imaginative.

François Gaillard a entendu pour la première fois Renaud à 11 ans en 81. C’était le temps des tous premiers albums, et François, encore parisien à l’époque, se souvient : « Tout ce qu’il disait j’avais envie de le dire aussi. Et pourtant je n’avais pas de mobylette…. »
Pour Frédéric le premier contact remonte à 85/86 avec le 45 tours Miss Maggie alors qu’il avait 7/8 ans, juste avant la sortie de l’album Mistral Gagnant. Mais ce qui a été décisif pour lui c’est que son frère (qui écrit aujourd’hui le texte de ses chansons) l’écoutait beaucoup. Il a, dit-il, été « biberonné à Renaud et s’est intéressé ensuite à tous les nouveaux albums. »

Le projet de chanter Renaud est en fait très ancien. Avec Higelin, c’est un artiste sur lequel nos deux amis se retrouvent totalement. Mais de nombreux projets communs ont vu le jour avant celui-là. Le plus marquant peut-être est le spectacle « Copains comme chanson » qui les a réunis avec Evelyne Gallet et le regretté Matthieu Côte pour partager, échanger, mélanger leurs propres chansons. Et puis, en 2014, Guillaume Lloret, le patron d’Agend’Arts qui connaissait leur projet, leur annonce qu’il les programmait pour chanter Renaud en juin 2015.

Photo Manon Frizot

Photo Manon Frizot

Les deux compères se sont mis alors au travail. Le plus difficile a été de faire un choix dans l’immense répertoire qui s’ouvrait à eux. L’un comme l’autre auraient eu envie d’en chanter beaucoup, beaucoup trop pour le format de la soirée. Mais il n’ont pas eu de mal à se mettre d’accord sur les chansons qu’ils aimaient l’un comme l’autre.

Leur idée était d’éviter à tout prix l’hommage empesé et la déférence exagérée. Ils n’ont donc pas hésité à prendre des libertés avec les arrangements originaux. Ils ont choisi de changer sans exagération les ambiances et les rythmes. Pour François en effet « Renaud souffre un peu des arrangements des années 80. C’est un peu ampoulé et ça a vieilli. Les textes sont toujours aussi beaux et ça vaut le coup de creuser un peu pour les servir autrement. ». Mais Frédéric le précise bien « C’est du feeling. On n’avait pas une volonté de bousculer vraiment. On l’aime aussi tel qu’il est et on le reprend à notre façon mais sans volonté de casser. »

Au bout de ce travail, les 2 spectacles à Agend’Arts ont été un beau succès. Lors du rendez-vous de dimanche, on pouvait croiser de nombreux artistes de la scène lyonnaise comme Buridane, André Bonhomme, Hélène Piris et le stéphanois Christopher Murray avait fait, lui aissi, le déplacement.

Photo Manon Frizot

Photo Manon Frizot

Sur scène Frédéric et François s’entendent à merveille. La guitare de Bobin fait merveille avec l’accordéon de Gaillard. Aucun des deux instruments ne prend le dessus sur celui du partenaire. La complicité si évidente entre les deux artistes produit un coktail très réussi de chanson à la française et de folk à l’américaine qui donne un vrai coup de jeune au répertoire de Renaud. Et ceci avec une vrai cohérence qui est à cent lieux des albums d’hommage où chacun y va avec sa propre façon d’aborder la reprise.

Quant aux choix de nos deux compères, il nous ont proposé un bel assortiment des chansons les plus connues de Je suis une bande de jeunes à Dans mon HLM et de textes moins célèbres tels Deuxième Génération…. « J’aime surtout, tout ce qui vous fait peur, La douleur et la nuit…. ». Emotion maximum dans l’assistance. Et puis cela fait tellement plaisir de pouvoir chanter tous ensemble Germaine et Doudou s’en fout.

Un très beau spectacle entrecoupé d’une lecture très judicieuse de textes écrits par Renaud du temps où il écrivait dans Charlie, lecture assurée par Laurent Boissery, directeur de la salle Le Rabelais à Meythet du côté d’Annecy et organisateur d’Attention les feuilles, le très beau festival de chanson dont la 15ème édition est annoncée pour le mois d’octobre prochain.


Share With:

yveslepape@free.fr

Leave A Comment