HomeHexagone le mag, la revue trimestrielle

Hexagone le mag, la revue trimestrielle

HEXAGONE LE MAG, LA REVUE TRIMESTRIELLE

Clique sur l’image pour accéder au Numéro Zéro


NOUS SOUTENIR, S'ABONNER, POURQUOI ?

Clique sur l’image pour accéder au Numéro Zéro

A nous, l’histoire d’une de nos folies…

Créé sous la forme d’un webzine en 2014, Hexagone le mag veut tenter l’aventure de la publication papier. Oui, c’est vrai, c’est audacieux autant que suicidaire mais on a décidé d’y croire et d’essayer de proposer ce que l’on peut appeler une offre globale, une publication augmentée, etc. Nommons ça comme on veut, l’idée est simple et consiste à utiliser les différents médias pour ce qu’ils ont de meilleur. Garder les avantages des uns et des autres en laissant leurs faiblesses de côté. Une alchimie du verbe…

Le web, c’est l’immédiateté. Parfois, c’est presque trop même. Des infos sont publiées avant d’avoir été vérifiées. Dérive classique… A Hexagone, on a décidé d’utiliser le webzine – ce site où tu lis ces quelques lignes en ce moment – pour diffuser les informations en lien avec une actualité proche, ou passée tout récemment. On va, par exemple, continuer ainsi de te proposer les différentes programmations mensuelles des lieux de chanson, continuer de te fournir des comptes-rendus de concerts, des photos, des vidéos. Internet permet tout ça et c’est très bien.

Maintenant, le magazine papier. Une revue trimestrielle de quasiment 200 pages. Tu vois le défi ? On ne va pas la jouer « vieux con » mais tu avoueras quand même qu’il est bien plus agréable de consulter une revue élégante, imprimée sur du beau papier épais, que de faire défiler des pages sur Internet. Plus joli, plus agréable donc. Mais ce n’est pas tout. La publication papier permet le format long des articles, illustrés copieusement de jolies photos faites maison. C’est à dire que l’on peut entrer en profondeur dans les oeuvres, dans les parcours des artistes, on peut développer des idées, etc. Si tu n’as pas le temps de finir de lire un dossier par exemple, tu mets ton marque-page et tu reprends plus tard. On respire, on ré-apprend à vivre un peu…

LE MAG-NUMERO ZERO-WEB-144-21

Clique sur l’image pour accéder au Numéro Zéro

Cette revue va devenir la « vitrine » d’Hexagone, c’est évident. Je le disais plus haut, 200 pages, c’est une somme ! Que vas-tu trouver dans ce mag ? Certes, beaucoup de choses que tu trouvais auparavant sur le site, et qui vont prendre leur place naturellement dans la revue : interviews, portraits, dossiers. Tu trouveras également de nouvelles rubriques, de nouveaux formats d’articles. Une part significative est accordée à l’humour, à la caricature, dans une rubrique intitulée « C’est pas sérieux. » Une longue interview en « chassé-croisé » confrontera les avis d’artistes sur un même sujet, une même problématique. Dans le numéro zéro, consultable en ligne en cliquant sur les photos illustrant cet article, nous sommes allés interroger cinq artistes sur leur relation à Renaud. Aussi, nous traiterons largement des sorties d’albums. Des intervenants extérieurs prendront la parole librement, la photo tiendra une place importante avec un port-folio central, nous irons à la découverte des lieux qui diffusent de la chanson, on s’attardera sur des événements particuliers en lien avec cette même chanson. On parlera des différents métiers du milieu du spectacle. On se fera l’écho des spectacles vus sur les scènes hexagonales, on fera raconter l’histoire d’une chanson par un artiste. Tu auras même droit à la partition parce que la chanson est faite pour être chantée et jouée. Et puis, chaque trimestre, un artiste nous livrera quelques uns de ses brouillons. Tu vois le boulot ? Un truc de ouf.

Ce projet, nous le pensons utile. Indispensable pour qui aime la chanson. Pour que ce projet vive, nous avons besoin de soutien. De beaucoup de soutiens. De toutes parts. Nous avons besoin de lecteurs, d’abonnés. Nous avons besoin d’annonceurs et pourquoi pas d’institutionnels ! Nous pensons qu’une publication comme Hexagone est tout aussi importante pour les annonceurs que ces mêmes annonceurs nous seront importants.

LE MAG-NUMERO ZERO-WEB-144-49

Clique sur l’image pour accéder au Numéro Zéro

Afin de montrer la cohérence de notre projet, de montrer aussi la volonté qui nous anime, nous avons souhaité faire un numéro zéro. Un numéro gratuit pour qu’il puisse être vu, lu et partagé le plus possible, par le plus grand monde afin de remporter l’adhésion de chacun. Ce numéro zéro reprend une partie d’articles et d’interviews déjà parus sur Hexagone. Mais une grande part du contenu est original. Cela dit, ce n’est pas là l’important à ce stade. L’idée est surtout de présenter un numéro tel qu’il sera mis en vente à partir de septembre prochain. Ne pas faire un demi-numéro témoin, une intention de revue, mais un mag de 200 pages comme on entend le proposer pour son numéro 1. C’était un gros boulot et on est heureux de te le livrer avec toutes ses imperfections liées à sa jeunesse… On espère qu’il aura l’heur de te plaire. Fidèles à notre ligne depuis le départ, nous avons souhaité une maquette simple, fluide mais néanmoins classe. J’espère qu’on a réussi. Tu me diras.

Payant, je disais. Oui, bien sûr. Et c’est bien le point le plus important, le plus compliqué à résoudre en 2016. Le nerf de la guerre. Depuis l’émergence d’Internet, on vit une ère de la gratuité. C’est un problème, disons-le. Pourtant, si on veut exister de façon indépendante, il faut vendre son travail… On ne va pas se battre contre des moulins à vent, mais on va essayer de faire comprendre, de justifier qu’une revue comme Hexagone s’achète, ne se donne pas. A la différence du webzine. Tout d’abord, en partant du plus évident, une revue comme celle-ci représente des coups d’impression et de routage qui pèsent, et dont on ne peut se soustraire. Ensuite, faire un magazine, c’est du temps, beaucoup de temps, et en plus de l’investissement humain, cela représente des investissements en matériel  (appareils photos, objectifs, caméras, matériel d’éclairage, logiciels, etc.) Et puis, tout bêtement, pour qu’un organe comme Hexagone puisse poursuivre son travail de découverte, de programmation de concerts, l’association doit enregistrer des rentrées d’argent pour avoir des moyens. Dernier point, pas le plus anodin à mes yeux de féru de psychanalyse. Un jour, un psychanalyste m’a dit : « Pour qu’une cure soit efficace, il est fondamental que le patient y soit un peu de sa poche. » Sans être un psychanalyste du lectorat de la chanson, je pense qu’un lecteur ne peut apprécier pleinement sa revue, et se l’approprier, que s’il met la main au porte-monnaie… Une sorte de transfert en somme.

LE MAG-NUMERO ZERO-WEB-144-141

Clique sur l’image pour accéder au Numéro Zéro

La revue Hexagone le mag ne sera pas distribuée en kiosques. Il faut être lucide. La chanson, celle que nous défendons, celle qui est manufacturée par les artistes indépendants qui ne gravitent pas dans les grandes sphères médiatiques, est un marché de niche. Comme on dit en marketing. Alors, n’allons pas jeter de l’argent par les fenêtres. Inutile de tirer à 50.000 exemplaires pour en balancer les trois quarts à l’arrivée. Inutile, de même, de passer par un prestataire qui coûte un bras pour une exposition en kiosque qui donnera un résultat quasiment nul. La diffusion se fera sur abonnements et nous allons mettre en place un système de vente en lien avec certaines salles de concerts pour que le magazine soit vendu par ce biais également. Ensuite, on tentera de s’implanter dans les médiathèques et les librairies car Hexagone ressemblera davantage à un livre qu’à un magazine classique. On appelle ça un « mook » dans le jargon. Quelque chose entre le livre et le magazine. Avec un papier et une couverture épais, pour que tu puisses le conserver dans ta bibliothèque. A la lettre H. Entre Hemingway et Homère. Et le sortir quand tu en as envie, ce qui n’est pas franchement faisable sur Internet.

Nous continuerons d’exister sur le web, je l’ai dit, c’est important. Mais le trimestriel nous semble une nécessité : faire une revue moderne sur la chanson d’aujourd’hui. Depuis la disparition de l’excellente Chorus, plus aucune revue n’aborde la chanson sous cette forme, dans tous ses segments, en profondeur. De la scène aux coulisses, en passant par la régie. C’est ce que nous souhaitons faire avec cette revue. Parler de la scène chanson dans toute sa diversité, questionner le métier et l’analyser, aborder ses tendances, ses dérives, son avenir. Avec un ton, le nôtre. Faussement désinvolte. Vraiment concerné mais avec le sourire. On n’a pas la plume d’un Proust ou d’un Balzac, peut-être pas l’oeil d’un Cartier-Bresson, mais on a une volonté farouche qui devrait compenser. Et puis, ce qui est primordial selon moi, c’est de « faire ». Avec ses propres moyens, mais faire. Il vaut mieux faire avec des moyens réduits plutôt que rien faire en ayant beaucoup…

LE MAG-NUMERO ZERO-WEB-144-183

Clique sur l’image pour accéder au Numéro Zéro

Pour la faire cette revue, nous avons besoin de ton soutien. Et du tien. Et du tien… Je l’ai dit déjà, mais je le répète à dessein. On a choisi de ne pas faire de financement participatif pour que tout se passe sur le site d’Hexagone, sans laisser de commission à une plateforme de financement. On lance donc une campagne d’abonnements qui – nous l’espérons – remportera un large succès. On compte sur toi pour partager cet article très massivement si tu es convaincu par notre action. On a besoin de disposer de la trésorerie nécessaire pour lancer la machine.

Sinon, quoi ? Si on ne lève pas suffisamment de fonds, que fait-on ? En décembre, quand j’ai lancé le projet, je disais que si on ne réunissait pas la thune nécessaire à l’impression, on laissait tomber. J’ai revu la copie. Je suis convaincu de la nécessité d’une revue chanson telle qu’on la propose. Donc, elle existera et le format d’Hexagone changera définitivement à la rentrée, tel que je l’ai décrit précédemment. Je t’assure qu’on va pousser comme des sauvages pour l’accoucher ce papier ! On met en place plusieurs formules de soutien que je te laisse découvrir sur la page de notre toute nouvelle boutique. Tu peux t’abonner, pré-acheter le numéro 1 qui paraitra vers le 20 septembre. Tu peux également choisir d’adhérer à l’association Hexagone le mag. L’adhésion, concrètement, ça ne t’apporte pas grand chose hormis le plaisir de nous aider à exister, d’être acteur à ta façon. C’est aussi ta façon à toi de nous dire que tu apprécies notre boulot et que t’es bien content de lire nos pages. (Déjà, si tu es arrivé jusqu’à cette ligne, chapeau !) On te fera tout de même profiter de reducs’ sur les produits à venir dans la boutique (t-shirt, goodies, etc.).

Cependant, très concrètement, pour nous permettre d’exister avec un regard (presque) serein sur l’avenir, c’est l’abonnement qui est hyper important et à privilégier. On compte sur toi au pluriel ! Annonceur, on compte aussi beaucoup sur toi. Tu es essentiel dans cette aventure. On se contacte très vite ?


Pour ton règlement, tu peux utiliser Paypal parce que t’es jeune et moderne. Si t’es old school, tu peux faire un virement, comme papa. Tu peux aussi envoyer un chèque comme mamie pour ton anniversaire. C’est toi qui vois, pour nous c’est du pareil au même. On te laisse faire ton choix selon tes préférences. Clique sur l’image ci-dessous et tu atterris dans la boutique pour faire tes emplettes et nous faire exister. Remplis ton caddie.

 

Comments
  • Je veux m’abonner et inclure une pub si possible encore merci

    24 août 2016
  • C’est la fin d’année et notre service compta nous réclame les factures correspondant à tous nos bons de commande, dont la vôtre.
    Pourriez-vous s’il vous plaît nous la faire parvenir par mail ?

    16 décembre 2016
  • Il s’agit d’un abonnement de 2 ans pour la médiathèque de l’Orangerie, à Vichy.
    Merci !

    16 décembre 2016

Leave A Comment